Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2006

Comme d'habitude

Je ne vais pas encore vous bassiner avec mon ancienne adoration pour Michel Sardou, ne soyez pas inquiets (d'autant que cette chanson a été d'abord interprétée par Claude François, remettons les choses à leur place). Non, c'est juste que ces derniers temps, je réfléchis pas mal à mes habitudes.

Du coup, j'ai eu envie d'être un peu sérieuse ; les jugements à l'emporte-pièce, c'est gentil deux minutes, mais il y a des moments où il faut savoir s'incliner devant la science : j'ai donc ouvert mon dictionnaire. Qui donne deux définitions distinctes du mot habitude :

 

-disposition, acquise par la répétition, à agir fréquemment de la même façon : bon ben là c'est plutôt clair, on a tout bien compris ;

 

-capacité, aptitude acquise par la répétition des mêmes actions : ah ah ! vous la voyez la nuance ? Bon d'accord, elle est ténue, mais elle existe.

 

Comme je l'ai déjà évoqué dans ce post, mon amour immodéré pour la routine et son cortège d'habitudes a souvent tendance à m'effrayer. Je m'accroche au quotidien à une foule de détails plus insignifiants les uns que les autres, probablement parce que ça me rassure. C'est une attitude extrêmement énervante, d'abord parce qu'elle me donne parfois l'impression d'avoir un âge canonique, et ensuite parce que je me dis que j'accorde de l'importance à des choses totalement vaines.

Mais dernièrement, j'ai réalisé que certaines de ces habitudes avaient disparu, sans que je l'aie cherché, et sans que je m'en aperçoive vraiment, d'ailleurs. Autant le dire tout net, j'étais estomaquée. Comment peut-on avoir eu l'impression tenace que sa vie tient à la couleur assortie des serviettes de toilette, et réaliser soudain qu'au fond, on s'en contrefout ? J'avais peine à y croire. Je suis quasiment construite autour de ces détails, qui m'aident à vivre finalement, et tout d'un coup ils disparaissent sans aucune conséquence. C'est à la fois gratifiant et angoissant ; gratifiant car je me suis sentie rudement plus maline que la routine, et angoissant car ça renvoie à l'impossible permanence de notre cadre de vie. Rien ne dure, en gros.

L'habitude est fourbe, voilà ce que j'en dis. Et surtout, l'esprit humain est supérieur à la force du quotidien. Vous direz ce que vous voudrez, mais moi ça me rassure. Il faut dire qu'on nous bassine depuis qu'on est gamin : prends l'habitude de faire comme ça... attention à ne pas attraper (un peu comme une maladie honteuse) cette sale habitude... Le monde entier s'accorde à dire que les enfants, dès leur naissance, sont pétris d'habitudes, qu'ils en ont désespérément besoin. En fait l'habitude serait une sorte de caractéristique innée. Mouais... moi j'ai plutôt l'impression que ce sont les parents qui inculquent immédiatement leurs propres habitudes à leurs enfants. Qui ensuitent, ces ingrats, se créent les leurs. Pour les refiler à leurs mioches, bref, on va pas refaire l'histoire du monde.

Alors on s'en fait une montagne, on se dit qu'on ne pourra JAMAIS se passer de certaines choses. Mais en fait, si, on peut (on doit ?). Et on ne s'en porte pas plus mal. D'autant qu'il nous en reste plein d'autres, des habitudes ; une a tendance à chasser l'autre. La solution, c'est peut-être d'en changer souvent. Je pense que quand on vit seul, c'est une résolution difficile à tenir, car personne n'est là pour vous faire remarquer que vous êtes cinglé de poser votre cendrier à exactement trois centimètres de votre paquet de cigarettes. Et si d'aventure quelqu'un se risque à émettre un doute quant à votre santé mentale, il ne le fait qu'une fois, demandez à mes amis.

En tout cas, ces derniers temps, je sens frémir en moi le vent de la révolte contre les habitudes. Dont acte : pour une fois, je n'écrirai pas un billet de dix kilomètres. Je vous laisse, l'heure sacro-sainte de mon dîner approche. C'est pas gagné..

Commentaires

Bonsoir Pomme, c'est mon premier commentaire ici et pourtant je lis régulièrement.

Ce message m'interpelle car j'ai eu l'impression toute ma vie d'avoir été écartelée entre habitudes héritées et ancrées depuis la petite enfance et l'envie constante de tout envoyer promener afin d'agir à ma guise et selon ma fantaisie... comprenne qui pourra!

Et bon appétit!

Écrit par : Tatami | 06/12/2006

Oh les habitudes, si elles sont "bonnes" (dans le sens, bonnes pour toi, qui te font du bien), ce peut être bien d'en avoir ! :-) Et puis on peut bien "avoir l'habitude" de prendre tel chemin pour rentrer chez soi le soir (parce que ça va plus vite, que c'est plus pratique), mais décider de temps en temps d'en changer (personnellement, c'est pas là que j'irai changer mes habitudes : je vais pas aller me coltiner 15 stations de plus juste pour changer mon habitude de trajet ;-p) ...

Alors évidemment, des fois l'habitude est prise de faire quelque chose qui n'est pas réellement bon pour soi (et/ou pour les autres, mais en général cela va plutôt ensemble, au final - car si c'est bon pour soi mais pas pour les autres, on va se faire taper, donc en fin de compte la conséquence sera que c'est mauvais pour soi :-p) ... et dans ces cas où c'est "mauvais", c'est pas très cool les habitudes ... Et dur d'en changer ...

... Mais enfin quoi, l'habitude, c'est la base même de la vie ! L'homme est un être d'habitudes (c'est pas moi qui le dis, on l'a vu en cours mais je sais plus de qui c'est, sans doute de plein de monde, car faut pas être suprêmement érudit pour sortir ça - mais non je dis pas ça pour toi, juste pour les pseudo-savants ;-))

Oui donc je disais, c'est la base même de la vie, et heureusement ! T'imagines, dès qu'on est enfant, déjà que c'est pas facile tous les jours de comprendre comment marchent les choses, d'apprendre à résister à la frustration de pas avoir ses cadeaux de Noël dès septembre ... Alors si en plus, y'avait aucune règle, aucune habitude ... Bah on serait mal ! C'est déjà assez compliqué comme ça ! Et d'abord, pour vivre en société, y'a besoin d'un minimum d'habitudes, ça permet une certaine prédictibilité des gens et de leurs comportements, ce qui est tout de même assez rassurant (dans une certaine mesure, évidemment y'a des trucs qui enferment et étouffent, mais un nombre raisonnable d'habitudes, et ça roule !).

D'ailleurs imagine un peu une vie sans habitude, aucune : on serait perdu ! Ok, on pourrait se dire : chaque jour et neuf ! ... Sauf que bonjour l'angoisse le matin au réveil ! Les habitudes font que l'on a certains mécanismes qui nous font gagner du temps (enfin pas toujours) et/ou nous permettent un certain équilibre puisque certaines choses sont connues, on sait plus ou moins à quoi s'attendre, ce sont des repères (autant de synonymes, j'en ai bien conscience, mais j'enfonce le clou).

Bref, tu as des habitudes ? Tant mieux, comme nous tous ! Tu en as perdu certaines et ça ne va moins bien pour autant ? Bah tu vois ! Point trop n'en faut, mais un peu c'est mieux ;-) (Ouais je sais, c'est de la poésie pure et dure !!!)

Écrit par : Odile sans régime | 06/12/2006

Moi j'ai plein de délicieuses habitudes:

- lire avec tellement de plaisir chacun de tes billets
- cliquer deux jours après, alors que je sais que c'est sans espoir (! (pour voir s'il n'y a pas un autre billet !
- piétiner ensuite dans l'attente du prochain
- avoir envie de réclamer
- (mais souvent Hélène a pris l'habitude de s'en charger !)
- me taire et attendre !
- être à chaque fois ravie au suivant !

Écrit par : sophie L.L | 06/12/2006

Au moins ici, chez toi Pomme, nous n'avons pas l'habitude de venir y lire la banalité, ni sur le style ni sur le fond ; pour autant pourrait-on dire alors que nous aurions l'habitude de venir y chercher (y trouver ?) du plaisirs ? pourquoi pas ... Moi je crois que non ; pour une raison assez simple : cette usance de venir ici te lire est, dès frappé la première lettre de l'url, une successions de surprises, un chapelet de découvertes, de stimulations du (des) sens, c'est à dire en fait l'exact inverse du rite ou de la règle d'usage, l'antinomie du banal, de l'ordinaire ou du médiocre... Et ce que je trouve pour ma part délicieux et captivant à lire tes billets, c'est qu'ils se suffisent à mes yeux ; ils ne sont pas des appâts irrésistibles pour des réactions méningées ou vécues, ils se suffisent car ils sont beaux, complets, il s'en dégage une sorte de gnomisme privé qui ne mérite pas à tous coups écho ... ... et cela est d'une telle rareté qu'une habitude quelconque n'est pas prête de s'y enchâsser ! J'espère donc que longtemps encore tu vas poursuivre avec nous, tes lecteurs anonymes ...

Écrit par : zulunation | 06/12/2006

je m'aperçois que moi aussi , avec le temps, je change... et Dieu sait si j'ai affirmé plus d'une fois "c'est comme ça et pas autrement" :))

Certaines habitudes en devenaient même des rituels, des coutumes , j'ose avouer, (presque) des tocs.

Combien de fois ai je entendu , "tu verras, tu changeras avec le temps ... " forcée d'admettre que le temps a raison de certaines habitudes, et cela n'empêche pas la terre de tourner finalement ? :))

"je vais bien tout va bien" :))

Et en plus, tu aimes Mimi Sardou ? alors là c'est la cerise sur le gâââteau ;)

Écrit par : katy | 07/12/2006

C’est très bien d’avoir des habitudes… On les prend, on les accepte inconsciemment avec le temps… et on en est très content…
Le problème, c’est quand on s’aperçoit que ces habitudes ne vont plus ou que quelqu'un nous en fait la remarque… Et donc vient le temps d’en changer pour se faire à nouveau plaisir et rajeunir. Changer son train train de vie, comme par exemple modifier le sempiternel emplacement de parcage de la voiture et c’est la joie de se démener à la rechercher partout en pestant contre les voleurs…
Que du plaisir le changement !
Mais c’est aussi comme changer les meubles de place dans la maison… Ou la couleur de fond de son blog assortie aux serviettes de toilettes … ;o)
Alors c’est l’effet jeune, et le caractère et la joie de vivre suivent de très près…
Bises ♪Pooomme d’habituuuude ♫ :o)))

Écrit par : Serge | 07/12/2006

Arf, les habitudes changent suivant nos besoins et ça c'est une chose sure. Quand je suis partie vivre en Belgique alors que je vivais à Nice depuis ma naissance et bien j'ai adopté de nouvelles habitudes. Et maintenant que je vis au Japon, de nouvelles habitudes s'installent sauf que là je ne les aménagent pas sur les anciennes, j'ai du reprendre pas mal de choses depuis le début et faire valdinguer les anciennes habitudes!!!
C'est là que les envies se sont révélées (les miennes et celles de l'Homme bien sûr) et nous avons revisité nos habitudes de vie en fonction de l'environnement et de nos envies (celles dont nous ne pouvions pas nous passer et celles qui, finalement, n'étaient pas si importantes).
Après il y a aussi l'habituation et la sensibilisation qui sont aussi deux phénomènes très intéressants... Mais je suis sure que cela fera l'objet d'un autre billet... Et ça, je suis sure que cela influence les habitudes!
;-)

Écrit par : Esther | 07/12/2006

Si tu dors toujours du même côté du lit, c'est une habitude, si tu changes de côté tous les soirs c'est une habitude, si tu réfléchis pour essayer de changer de côté de manière un peu irrégulière, c'est une habitude (celle d'y penser chaque soir !) !!!
En gros, si ton caractère te rend sensible à ces détails de la vie quotidienne, tu n'as pas moyen d'échapper aux habitudes !! Et à quoi bon ?

D'autres personnes (j'en ai un sous mon toit) ne font absolument pas attention à ces choses et seraient bien incapables de te dire de quel côté du lit ils ont dormi hier... Bon, ça ne les empêche pas d'avoir quand même des habitudes, hein, mais beaucoup moins de ces petites manies du quotidien !

Tout ça pour dire qu'à mon avis, on n'échappe pas à qui on est ;-)

Écrit par : Fyfe | 07/12/2006

Moi j'aime bien me créer certaines habitudes... Surtout si ce sont de petites choses qui n'ont pas franchement d'importance, comme tu le dis toi-même : la couleur des serviettes, le thé de telle heure, le savon machin, le chemin par tel endroit... On en change, on en trouve d'autres, on les oublie parfois aussi. J'aime le fait de les créer, ces habitudes, et je croiss qu'au contraire la vie de célibataire est formidable pour ça ! On se découvre plein d'envies sans importance, qu'on abandonnera un jour, mais qui sur le moment nous rendent la vie plus douce, plus ordonnée, ou autre (chacune ses névroses, haha). Et du coup comme tu dis, certaines habitudes en chassent d'autres.
Ou parfois on se révolte, on révolutionne ses habitudes, et quand ce sont les plus anciennes, wouah, c'est dingue, on est capable de vivre autrement, on a vaincu au moins quinze dragons en faisant un truc qui paraitra à d'autres totalement débile (genre on décide de plier ses pantalons en quatre au lieu de trois). Chacune ses névroses, je le disais plus haut, haha.
Et puis je suis aussi un peu du même avis que Fyfe... Tout est plus ou moins habitude, alors autant profiter du bon côté de ces trucs là. Et se créer plein d'habitudes agréables.

Écrit par : Petitelouise | 07/12/2006

@Tatami : enchantée ;-) Je suis toujours ravie quand un lecteur laisse son premier commentaire !
Je pense comprendre ce que tu veux dire... c'est là où les habitudes posent problème : elles sont le reflet de tout un système, un mode de vie, dont on a parfois envie (besoin ?) de se débarrasser.

@Odile : bien sûr que les habitudes sont utiles ! Encore faudrait-il savoir simplement s'en servir, sans qu'elles deviennent des contraintes... et c'est pas toujours si facile ;-)

@sophie L.L : si gentille... une fois de plus ! Ca je trouve que c'est une bonne habitude ;-)

@katy : ça fait du bien de se sentir débarrassée de certains vieux réflexes... pour Sardou, je précise que mon idolâtrie s'est émoussée avec le temps. Mais je ne renie rien !!! ;-)

@Serge : bon sang tu es le roi des jeux de mots, je suis mortellement jalouse ;-)))

@Esther : ah ! Esther, j'ai cru te perdre ! Où étais-tu donc passée ? (plus sérieusement, j'ai vu que ton absence était due à un périple à travers le pays du soleil levant ;-)). Je vois que es une voyageuse dans l'âme... j'aime beaucoup ta conclusion, je vais y réfléchir...

@Fyfe : eh oui, tu as parfaitement raison. Hélas ;-) Les habitudes me dérangent surtout dans le sens où elles me définissent, et me contraignent, donc. Elles me rognent un peu de liberté, j'aime pas ;-( Mais pas moyen d'y couper...

@Petitelouise : ravie de te voir ici ! J'aime beaucoup ton commentaire, il est hyper positif. C'est vrai que c'est un des bons côtés du célibat... pas le seul, heureusement ;-)

Écrit par : pomme | 07/12/2006

@zulunation : vi vi, une réponse pour toi tout seul, la classe ;-)
Une fois de plus je ne sais que répondre devant tes si jolis mots... je soupire.... et je ne m'y habituerai jamais, tu le sais déjà. Merci...

Écrit par : pomme | 07/12/2006

Il faudrait que quelqu'un dise quelque chose sur la pyramide des besoins humains de Maslow mais alors, là, ça ne serait pas moi.

Merci pour le lien, pomme!

Écrit par : Lost in France | 10/12/2006

Les habitudes qui se font la malle, c'est plutôt bon signe: signe de souplesse, d'adaptation aux micro-changements dont on est l'objet, preuve que rien n'est immuable!!
Mais certaines habitudes sont quand même des repères (pour moi en tout cas) qui rythment le quotidien et rassurent drôlement. Les traditions, familiales ou autres, sont des habitudes finalement.
Et certaines habiudes ressemblent parfois à des névroses... Dernièrement, j'ai remarqué que je devenais bien plus souples avec certaines contraintes que je m'imposais depuis toujours, sans trop m'en rendre compte: faire la vaisselle AVANT d'être à court de couverts par exemple, ou manger équilibré. Maintenant, il m'arrive d'aller me nourrir à l'extérieur d'un truc pas sain du tout tellement toute la vaisselle est sale! Bon, je la fais au retour, et je redeviens madame propre quand même... mais c'est un bon début, et un sacré luxe que d'arriver à s'assouplir de la sorte!

Écrit par : mariaba | 11/12/2006

Perso je suis assez attachée à mes petites habitudes (manies diront les esprits chagrins), elles me réconfortent, me rassurent dans mon quotidien, d'autant plus que je sais pouvoir m'en passer si besoin s'en fait sentir (tiens comme mon moule à tarte par exemple ;-)).
Comme le dit Mariaba tant que cela ne tourne pas en névrose les rituels sont plutôt une bonne chose.
Le rituel du soir pour les enfants, chez moi c'est histoire et bisous de maman puis bisous de papa, puis bisous du grand frère, puis un petit pipi, puis maman j'ai soif, et enfin la lumière dans le couloir qui reste allumée et gros dodo (et tranquilité des parents qui s'effondrent dans le canapé pour regarder une connerie à la télé) !!

Écrit par : Laurette | 11/12/2006

@Lost in France : avec plaisir ;-) Pour la pyramide de Maslow, j'ai une vague idée de ce que c'est, mais pas assez pour en parler... peut-être que ça pourrait être fait si naine rousse passe par là.

@mariaba : moi aussi je considère que c'est un luxe de s'affranchir de certaines habitudes, qui en effet s'apparentent plutôt à des névroses !

@Laurette : ah oui ça rassure les petites manies ! mais parfois ça finit par faire peur ;-)

Écrit par : pomme | 11/12/2006

Moi je crois que le fait de te détacher de tes habitudes est signe d'émancipation, d'une plus grande sécurité affective. ça me semble être extrêmement positif, non ? Je sais personnellement que les habitudes auxquelles je me raccroche sont souvent là pour me rassurer, comme des sortes d'ancres invisibles qui jalonnent ma journée, comme des certitudes, remparts contre l'imprévisible. Alors s'en libérer, comme ça, l'air de rien, c'est juste bien, je pense.

A bientôt, chère pomme...

Écrit par : caro | 11/12/2006

Test à faire : Aller au supermarché et se donner comme règle de ne RIEN acheter de semblable à ce qu'on achète d'habitude. Je le fais de temps en temps pour bousculer la routine, et c'est très rigolo (et en plus on découvre des produits nouveaux... qui deviennent des habitudes, évidemment ! ;-)

Fais le test et dis-moi ce que tu en as pensé (ou si cela a totalement perturbé ton horloge interne...)

Écrit par : Traou | 12/12/2006

Ah tiens très bonne idée: demain je fais ça Traou ! je verrai la tête de mes enfants: rien de + conventionnel que des ados, pour la bouffe !

Écrit par : sophie L.L | 12/12/2006

@caro : ah oui c'est très bien, ça ne fait aucun doute ! Je suis même étonnée du retentissement que ça peut avoir...

@Traou : mais quelle bonne idée !!! Bon, pour être honnête, je ne sais pas si je vais y arriver, mais je vais y penser...

@sophie L.L : je ne doute pas que ce soit compliqué !

Écrit par : pomme | 12/12/2006

voui, je m'suis promenée ;-)
Et comme tu l'as deviné... J'adore ça et j'en redemande en permanence!!!

Écrit par : Esther | 13/12/2006

Et si tu prenais l'habitude d'écrire un billet par semaine ?
Dans ce cas, euh, c'est demain !

Écrit par : sophie L.L | 13/12/2006

@Esther : petite veinarde ;-)

@sophie L.L : mission accomplie !

Écrit par : pomme | 13/12/2006

Les commentaires sont fermés.