Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2006

La fée Romone

Je le trouve très drôle, ce jeu de mots ; normal, il est pas de moi. Je ne me souviens absolument pas de la personne qui a un jour sorti cette expression. Je me rappelle en revanche que ça faisait partie d'une longue liste de blagues avec le mot " fée ", je vous épargne les exemples, certains étaient trrrrès vulgaires. Bref, qui que tu sois, hommage à ton sens du calembour.

Les phéromones, vous voyez ce que c'est ? Moi je n'en ai qu'une vague idée, mais évidemment c'est pas ça qui m'empêche d'en penser quelque chose. En gros, il s'agit de substances secrétées par notre corps, qui ne sont détectables qu'inconsciemment par les autres. Donc les gens autour de vous captent vos phéromones, mais ils ne s'en rendent pas compte.

C'est bien malheureux, d'ailleurs, puisqu'il apparaît que les phéromones régissent un grand nombre de nos comportements, les comportements inter personnels en tout cas. Manifestement, elles indiquent aux autres la façon dont nous les percevons, et donc les renseignent sur la conduite à tenir envers nous. Les détails techniques m'échappent bien sûr complètement, neuro-transmetteurs bidule chouette, on n'est pas en cours de sciences nat, aucun intérêt.

Ben moi, tout ça, je trouve que c'est du flan. Je ne peux pas prétendre me soustraire totalement à mon animalité, mais faudrait voir à pas nous prendre non plus pour des babouins en rut.

Parce qu'évidemment, les phéromones sont particulièrement actives en matière d'attirance physique, et, disons-le tout net, d'amour. Le seul fait qu'on veuille mettre ce sentiment en équation me hérisse ; je m'en voudrais de contester des théories scientifiques établies (puisque je n'ai pas l'ombre du début des capacités intellectuelles pour le faire), mais franchement, vouloir nous persuader qu'on s'est maqué avec Untel à cause de son odeur subliminale, ça me donne envie de hurler.

Alors d'accord, ça joue. Mais c'est tellement autre chose... je n'ai pas l'impression d'être particulièrement cérébrale, mais tout de même, être réduite à des flux corporels lors de cette alchimie qu'est la rencontre amoureuse, je ne peux pas l'accepter. Et pour cause : je suis la preuve vivante que les phéromones ne sont pas forcément nécessaires pour tomber amoureux. Je n'ai pas envie d'entrer dans les détails, croyez-moi sur parole : pas besoin de renifler inconsciemment ce que dégage quelqu'un pour éprouver de l'amour. Du vrai.

Et quand bien même ce serait le cas : devrait-on pour autant accepter cet état de fait ? Est-ce qu'on ne devrait pas plutôt chercher à y échapper ? Pas possible, me direz-vous. En effet, vous répondrai-je. Ca me détruit encore plus de devoir me rendre à l'évidence... je n'ai aucune envie de m'y résoudre, ça me REVOLTE d'être à ce point soumise à la biologie.

Et encore, ça s'arrêterait là ! Mais non, les théories sur le déterminisme amoureux fleurissent en permanence. Le plus inquiétant, ce n'est pas qu'elle existent, mais bien que personne ne semble s'en offusquer. Personnellement, celles qui me désespèrent le plus, ce sont celles sur la fonction sociale du couple (notez le subtil glissement de l'amour au couple, les sociologues n'ont vraiment pas l'air de faire la différence, ce qui est déjà très révélateur à mon sens). Donc, la formation d'un couple est motivée par l'amour (mais on passe là-dessus très vite, pas intéressant, trop banal), mais aussi (et surtout ?) par les affinités sociales, culturelles et économiques des deux individus concernés. Tellement romantique que Roméo et Juliette, à côté, c'est un manuel de mécanique.

Pour schématiser (oui, j'aime toujours autant ça), on ne se marie qu'à l'intérieur d'une même classe sociale. Ca s'appelle l'endogamie, et c'est Marx qui doit bien rigoler. Ca, c'est ce que des études très sérieuses révèlent ; encore une fois, impossible de contester. Mais possible de hurler, par contre. Je suis atterrée. Et en même temps évidemment, je ne peux que comprendre... quand je pense à tout ça, une citation de Jean Anouilh me revient immanquablement à l'esprit : " Il y a l'amour, et puis il y a la vie, son ennemie ". L'amour, c'est bien beau, mais s'il est trop difficile de le vivre, il ne veut plus rien dire. Les gens ne considèrent que ce qui est réalisé. La nature humaine est ainsi faite.

Donc pour réaliser leur amour, les jeunes tourtereaux se choisissent d'une part grâce à leurs phéromones, ces petites particules fourbes, et d'autre part selon leur appartenance à un même groupe social. Il faut reconnaître que c'est plus simple, et plus rassurant. Et moins risqué. Le prince et la bergère, aux chiottes. Ou alors le prince est vraiment très riche, et la bergère a de très gros seins, comme les couples pipole qui s'étalent à la une des magazines. Mais là, je l'affirme catégoriquement, il n'est plus question d'amour, ni même de couple.

Heureusement, tout ça n'empêche pas les victimes de ces mécanismes sournois d'être heureuses ensemble. Ou en tout cas, d'y trouver leur compte. Je ne peux que m'en réjouir, mais décidément je ne peux pas accepter l'idée d'être un jour à leur place. Moi, ce ne sont pas mes phéromones ou ma place dans la société qui me jouent des tours, mais c'est encore une fois mon orgueil. Finalement, je ne suis pas persuadée que ce soit mieux.

 

Spéciale dédicace : à CherryOnTheCake, qui à me lire doit être horrifiée par ma vision de la biologie. Rassure-toi, j'admets que je suis AUSSI un animal, mais c'est pas de gaieté de coeur...

Commentaires

Hi hi, moi je te soutiens à fond, Pomme !
D'abord c'est idiot : tous ces trucs biologiques, c'est naturel, et ça devrait donc nous mener vers des amoureux(ses) qui nous correspondent, car c'est connu, la nature est bien faite !
Comment on explique alors qu'on se soit presque tous retrouvé(e)s une fois dans notre vie follement amoureux(ses) de quelqu'un qui n'était absolument pas fait pour nous (incompatibilité de caractère, etc...) ?
Voilà, CQFD ;-)

Fyfe, biologiste de comptoir ;-)

Écrit par : fyfe | 12/11/2006

et t'as oublié quelque chose, pomme: en plus d'être des animaux dont les choix seraient guidés par la biochimie, nous sommes des êtres humains dont les choix(notamment amoureux) sont guidés par... l'inconscient. et notamment par les souvenirs linconscients que nous avons de notre 1er objet d'amour c'est à dire: maman.
ok je sors.

Écrit par : julie | 12/11/2006

une fois de +, je dis tout comme Julie !
je sors aussi !

Écrit par : sophie L.L | 12/11/2006

Et donc, quand tes phéromones te poussent (systématiquement) vers quelqu'un qui n'est pas "marxiellement acceptable" (avec les problèmes qui vont avec), ça s'appelle être scorpion c'est ça?
bon, je sors itoo.

Écrit par : Lilo | 12/11/2006

Ah, le déterminisme amoureux...
Eh bien il me semble, comme l'ont déjà dit Julie et Sophie, que l'inconscient nous pousse à faire de ces choses... C'est presque pire que des molécules quantifiables (enfin je ne suis pas biologiste, très loin de là, mais tu vois ce que je veux dire) parce qu'on met parfois des années à comprendre pourquoi on agit d'une façon ou d'une autre.
Bref, je crois que je sors aussi.
Mais un dernier mot: la fameuse fée, elle est bien utile avec les animaux, justement. J'ai un spray génial qui semble rendre mon chat heureux et m'évite de retrouver mes affaires lacérées... (pour le PQ, ça compte pas!!)

Écrit par : mariaba | 13/11/2006

Bah moi ça me choque pas plus que ça les phéromones, je trouve ça totalement fascinant. Et puis j'ai vu (à la télé, ça vaut ce que ça vaut, mais que voulez-vous, je suis très télé) des études qui montrent qu'il y a plein de facteurs biologiques qui déterminent un couple. Ca disait notamment que les femmes (c'est bien connu, l'homme propose, la femme dispose !) seraient capables de repérer comme ça, totalement sans s'en rendre compte, l'homme au patrimoine génétique complémentaire au sien. Pour faire de beaux bébés, donc (très animal tout ça non ?). Ca fait peur, mais je trouve ça fascinant quand même.
Pourquoi alors y a-t-il tellement de couples qui ne fonctionnent pas si la nature est si bien fichue ? Ben justement parce que l'amour s'en mêle et que ça, ça n'a rien à voir. Désir, amour... pas pareil. Couple, amour, pas pareil non plus... enfin pas forcément.
Quand au fait de trouver son âme soeur dans la même couche sociale, je pense que ce n'est pas du déterminisme, c'est juste que c'est plus facile de trouver quelqu'un qui partage tes centres d'intérêt dans le même milieu que toi. Mais pas toujours. D'où les exceptions.
Enfin, il reste tout de même des mystères inexpliqués pour moi : mais comment diable Môman et Le Père ont-ils pu former un couple un jour ? Les phéromones sans doute...

Écrit par : Cely | 13/11/2006

@fyfe : ah tiens, une collègue ;-) Tu as raison, les phéromones nous poussent vers des malfaisants, c'est une honte !

@julie : oh ben non, t'en va pas ;-) Nan mais t'as raison de le rappeler... d'ailleurs comment l'oublier...

@sophie L.L : je vois, c'est un complot ! ;-)

@Lilo : ah ! une variante astrologique. Intéressant... je ne suis pas sûre que ça soit propre au scorpion non ? Je vais de ce pas appeler Elisabeth Teissier ;-)

@mariaba : bah pourquoi vous voulez toutes partir ? ;-) Il faut longtemps pour comprendre certains mécanismes, tu as raison, mais au moins on peut les analyser, et se faire plein de noeuds au cerveau, génial non ? ;-)

@Cely : ah oui, le mystère du couple parental, c'est énorme ! Perso je n'en suis toujours pas revenue... c'est si compliqué, puisque tout ce dont tu parles se mélange jusqu'à être inidentifiable.

Écrit par : pomme | 13/11/2006

Merci!!!

Cela faisait des années que je ruminais la même aversion envers cet espèce de "déterminisme amoureux" comme tu le dis si bien.

Je ne suis pas la seule, ça fait plaisir :-)

Écrit par : Keltia | 13/11/2006

bon j'ai pas encore mangé alors mon analyse sera brève, mais les phéromones je crois que ça joue vraiment, il y a des odeurs, des fluides, euh je sais pas trop quoi en fait, qui s'attirent, après ça veut pas dire qu'on doit être amoureux. Mais je l'ai souvent ressenti, il y a des hommes qu'on a envie d'embrasser, etc, alors que d'autres même mieux physiquement nous laissent froides.
Quand au déterminisme amoureux + largement, simplement je pense qu'il faut certaines affinités culturelles pour rester en couple, même si on dit que les contraires s'attirent, peuvent ils vivre en harmonie très longtemps?

Écrit par : maryline | 13/11/2006

Bon, alors pour une fois je ne suis pas d'accord, les odeurs, moi, c'est un truc de dingue. Non seulement ça marche dans le cadre de relations amoureuses mais dans mes autres relations aussi. Je suis super animale pour ça, quelqu'un dont l'odeur ne me "convient" pas peut à la longue m'être antipathique. Je sais, ce n'est pas glorieux, mais c'est comme ça. Et je reconnaitrais l'odeur du cou de mon homme entre douze. Je peux aussi avoir un coup au coeur dans le métro si je renifle le parfum d'un ex.

Pour le déterminisme amoureux, hélas, je crains qu'en effet on ne soit poussés dans les bras de gens qui nous ressemblent... Et je trouve ça triste.

Mais bon, voilà, moi je kiffe romane.

Écrit par : caro | 13/11/2006

Ah oui!! Des noeuds au cerveau, ça on sait très bien faire!! ;)
Mais plus sérieusement (hum hum), si faut tenir compte de nos phéromones ET de notre entourage social, ben one st rendues les filles, c'est tout ce que j'ai à dire.

Écrit par : Lilo | 13/11/2006

Bon je vais faire un commentaire hyper constructif et intéressant : les phéromones j'en pense strictement rien, en revanche je ne crois pas à l'exogamie (c'est déjà pas fastoche de construire un couple, pas la peine de se rajouter des difficultés ;-)).

Et pour que tout le monde soit là, Marx, Freud et Amadieu, je vous recommande "le poids des apparences", très intéressant aussi pour ce qui concerne l'endogamie.

Écrit par : Hélène | 14/11/2006

@Keltia : enchantée ;-) Je suis ravie que ça te parle !

@maryline : ah mais je suis bien d'accord, je suis consciente que tous ces phénomènes ont des conséquences, mais ça ne m'empêche pas de le déplorer... je ne suis pas toujours très réaliste, j'avoue ;-)

@caro : ah mais moi aussi je me considère comme quelqu'un d'olfactif ! C'est hyper important en effet, mais là il s'agit de l'odeur consciente, et pas de mécanismes dont on ne se rend même pas compte, pas pareil !!! Je suis d'accord avec toi, certaines odeurs peuvent être rédhibitoires, et c'est totalement subjectif.

@Lilo : c'est clair, ça arrange pas tellement nos affaires tout ça ;-)

@Hélène : j'ai entendu parler de ce bouquin, mais j'ai un peu peur de le lire, à mon avis ça va me mettre dans une colère noire ;-) Cela dit ça a l'air passionnant.

Écrit par : pomme | 14/11/2006

ah mais moi mes phéromones m'ont poussée à aller contre le déterminisme social en quelque sorte. Il y a prescription donc je peux le raconter, dans mes jeunes années j'ai eu des aventures avec des types avec lesquels je n'avais aucun point commun culturel, social...et qui m'ont attirée, je ne sais pas expliquer pourquoi, pas la beauté, juste une attirance comme ça, une alchimie des corps.

Écrit par : maryline | 14/11/2006

Ah ben moi aussi ça m'est arrivé maryline, mais on a fait notre vie avec eux ? Et ben non, justement ;-))

Pomme le bouqin d'Amadieu ne met pas du tout en colère, c'est au plus légèrement soporifique, je te le prêterai ;-)

Écrit par : Hélène | 15/11/2006

@maryline : ah c'est intéressant tiens, les deux phénomènes peuvent être antagonistes, c'est vrai...

@Hélène : toi aussi tu as raison... scrogneugneu !!!
Pour le prêt, avec plaisir ;-)

Écrit par : pomme | 15/11/2006

Hélène j'ai bien conscience que ma démonstration ne tient pas la distance, je voulais juste rebondir sur les 2 thèmes de l'article et leurs diverses articulations.
En même temps moi je suis fille d'ouvrier et de famille communiste. Le déterminisme social aurait du me conduire à être secrétaire, employée, quelque chose de ce gout là et pas à faire sciences po (Pomme est bien placée pour témoigner qu'il ya plus de bourgeois dans cette école), et avoir pour compagnon un homme de droite qui a peu de sympathie pour les communistes (on a plein de points communs mais on évite les discussions politiques!)

Écrit par : maryline | 15/11/2006

Vu comme a maryline, il me semble que je devrait réviser mes idées sur l'endo et l'exogamie, plus tout à fait à jour, en effet ;-)

Écrit par : Hélène | 16/11/2006

En voilà une discussion intéressante ! Bravo les filles ;-)

En effet Maryline, l'IEP (de Toulouse en tout cas) ne semble pas être un très bon exemple de l'ascenseur social ;-). Hélène certaines moeurs ont évolué, mais je suis certaine que la théorie d'Amadieu est encore tout à fait valable.

Écrit par : pomme | 16/11/2006

Ha Pomme j'ai manqué faire sous moi en lisant ta note de février "Y'a des jours"... J'en pleure encore, ça fait du bien derrière la tête, ça détend les zygomatiques!
Bon je sais, je commente une note vieille comme ta robe Mais c'était tros bon.
Pomme tu es formidable, mais je le savais déjà...
Je vais essayer de rattraper le retard, j'ai plein de lecture, j'adore...

Écrit par : naine rousse | 16/11/2006

Gigi ? C'est toi là-bas dans le noir ? ;-))))
Roh je suis super contente de te voir ici... merci !

Écrit par : pomme | 16/11/2006

roh, bin oui c'est moi... avec un pseudo pareil... je passe de bons moments, je fais des commentaires sur des trucs que tu as écrit au siècle dernier mais bon... Je vais raccrocher les wagons (prononcés ouagons bien sûr)...
A bientôt ma Pomme.

Écrit par : naine rousse | 17/11/2006

Et pourtant...
Le sens de l'odorat est LE sens principal qui est occulté et mis au rancard par notre mutation d’Homme moderne, mais ses soubresauts nous affolent complètement...
Les nerfs olfactifs sont reliés à une zone du cerveau qui est appelée le cerveau reptilien. Le plus "vieux" cerveau de l'humain. Le pouvoir des odeurs sur notre inconscient est primordial.
Une nouvelle thérapie, l'olfactothérapie permet de soigner des souffrances et de faire ressortir des traumas enfouis uniquement à respirer certaines odeurs. Et là je suis très sérieux Pomme. Une odeur parmi 14 peut déclencher chez une personne un retour fulgurant d’une mémoire qui était enfouie dans un coin de la psyché.
Nos corps exhalent des molécules / odeurs qui sont parfaitement perçues par les humains. Si tu ne veux pas parler d'amour, au moins parle d'une attirance et donc d'une répulsion pour son contraire.
Le papillon récupère des messages chimiques amoureux (phéromones) à plusieurs kilomètres.
Tente cette expérience d'un parfum subtil (évite les nauséeux ;o))sur ta délicate peau. Le même parfum sur une autre personne n'aura pas la même fragrance. C'est dû à un mélange à la surface de l'épiderme...
Ne te défends pas d’être un peu comme une bête qui largue des effluves. Les odeurs sont aussi une ligne de défense. Pour soi mais aussi pour les autres. Si l’odeur de quelqu’un ne te convient pas, c’est que cette odeur est associée à quelque chose que tu rejettes inconsciemment et que tu as enfoui dans la banque de données de ton cerveau ancestral…
J’approfondis librement cette méthode depuis trois ans. Les résultats sont très étonnants… Détonants parfois…
Au fait ! Qui et quand et pourquoi le premier parfum ? Séduction ou répulsion? Besoin d'attirer jusqu'à tromper le sens de l'olfaction? C'est pas tout à fait nouveau donc... Puisque ça date de très très longtemps... depuis la première fleur...Héhé !
Bises Fée rho Pomme ;o)

Écrit par : Serge | 18/11/2006

@Serge : ouh là je vois que tu es un éminent spécialiste... je n'essaie même pas de lutter, même ma mauvaise foi me dicte de capituler ;-)

Écrit par : pomme | 20/11/2006

Faire aumône n'est valable qu'avec les don-dons.
L'amour ne peut être mis ainsi en pièces, je trouve.
Au parfum des bourses enfiévrées, je préfèrerai toujours la fragrance de l'âme énamourée.

Filou en odeur de sainteté

Écrit par : filou | 24/11/2006

@filou : je suis sans voix. Bravo, c'est beau et plein de sens !

Écrit par : pomme | 24/11/2006

Si, tu as une belle voie, celle de la fantaisie. Garde ta capacité à t'amuser de tout et de rien; c'est un bien beau chemin de vie ...

Écrit par : filou | 25/11/2006

@filou : merci, ça me touche beaucoup.

Écrit par : pomme | 27/11/2006

Tss tss tss... T'as plein de bonnes intuitions scientifiques, d'ailleurs je me dis souvent que t'aurais été une excellente chercheuse !
Merci pour ta dédicace! J'avoue avoir retenu ma respiration à chaque ligne, mais ça va, la scientifique que je suis fait assez bon ménage avec la diseuse de bonne aventure que je suis aussi, donc l'un dans l'autre, tu sais, je suis un peu (j'ai bien dis un peu ;p ) d'accord avec toi, si si.
Et j'ai bien peur aussi que la science ôte petit à petit la magie à l'amour... Faut donc se mettre des oeillères..
Surtout parce que, quand, en science, on découvre quelque chose, c'est bien souvent remis en question quelques temps après par d'autres découvertes.
De ce fait, certaines idées qui étaient totalement admises par la communauté scientifique entière ont été balayées car elles ne s'avéraient pas exactes.
D'ailleurs, mon travail de ces trois dernières années a montré justement que ce qu'on pensait (d'un truc que j'explique pas, sinon, niveau audimat ça va craindre) ben c'était faux, preuve à l'appui. Et du coup, mes résultats ont bien du mal à être publiés, car ils embêtent beaucoup de monde...
voila voila...
j'ai été longue non? Je me suis auto-saoulée je crois!! ;p

Écrit par : CherryOnTheCake | 29/11/2006

@Cherry : tu n'as pas du tout été longue, au contraire ton explication est passionnante. Je suis ra-vie de constater que les phéromones descendront peut-être un jour de leur piédestal ;-)))
C'est gentil de faire confiance à mes capacités (?) scientifiques, mais je préfère te laisser ça, tu t'en tires très bien ;-) Et tu sais à quel point je suis admirative de ton métier...

Écrit par : pomme | 29/11/2006

Moi les phéromones je suis contre, pourquoi simplement parce que mon copain a commencer a me tromper en mettant le parfum sexes au phéromones en vente sur ebay, il ne s'est plussenti si j'ose dire ;-) et plein de filles ont commencé a lui courir après, alors ne me parlez plus du parfums sexes même s'il sent bon votre ami risque de vous quitter pour se faire draguer par les plus jolies filles et pour la version femme que j'ai testée vous n'avez pas finie avec les boulets et les empoisonneurs, merci pomme et bravo pour ton livre.
Mel.

Écrit par : Melissa | 25/02/2007

@Melissa : bienvenue ;-) Ah ben c'est moche comme histoire hein, mais cela dit je ne suis pas sûre que le parfum sexe soit particulièrement efficace ! Merci pour tes félicitations ;-)

Écrit par : pomme | 25/02/2007

Les commentaires sont fermés.