Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2006

J'ai toujours raison

Vous en doutiez ?

Non mais je ne plaisante pas du tout, là. Je suis totalement persuadée d'avoir toujours raison. Enfin, pour moi. Parce que pour les autres évidemment, c'est une autre histoire, et c'est bien sûr là que ça devient intéressant.

Comme je suis quelqu'un de particulièrement péremptoire, j'ai une tendance naturelle à penser que mon opinion est valable pour tout le monde. Je crois d'ailleurs que c'est pour contrecarrer ce fâcheux penchant que j'ai sous-titré mon blog de la sorte, c'est un exemple typique de la méthode Coué. J'essaie férocement de me persuader que ce que je pense n'est pas une vérité fondatrice. Je suis atrocement présomptueuse, à présent je ne peux plus vous le cacher.

Quand cet orgueil démesuré ne concerne que moi-même, ça ne pose pas de véritable problème ; au contraire, c'est plutôt un atout : je fais ce que je veux comme je l'ai décidé, foutez-moi donc la paix, et passez votre chemin si ça ne vous plaît pas. Ca ne m'empêche pas non plus d'aimer discuter de certains de mes avis, mais j'avoue, c'est vraiment pour le fun, car à chaque fois une petite voix me dit qu'à la fin de la discussion chacun se retranchera dans son camp, en se disant qu'il n'en pense pas moins. Enfin, moi en tout cas, je me dis ça, sans pour autant bouder mon plaisir, puisque j'adore refaire le monde.

Mais il y a des situations où cette inflexibilité devient pénible. Lorsque parfois j'écoute un proche m'exposer un problème ou une situation délicate, je me mords les joues jusqu'au sang pour ne pas lui hurler : " Mais c'est ça qu'il faut faire, ça saute aux yeux voyons !!! ". Ca me semble parfois tellement évident, j'ai du mal à comprendre que les autres ne le voient pas aussi. Du coup je ne sais jamais quoi dire, j'ai trop peur d'être catégorique. Sans compter que de toute façon, l'idée d'influencer les gens me révulse, probablement parce que j'ai horreur qu'on essaie de m'influencer. Je refuse d'avoir du " pouvoir " sur les gens, c'est vraiment une perspective qui m'est insupportable. Même si bien sûr c'est inévitable. Puisque j'ai toujours raison.

Là je plaisantais, bien entendu ; cela dit ça donne une assez bonne idée des noeuds que je me fais au cerveau. Bref. La plupart du temps, les gens qui viennent vous confier leurs soucis n'attendent pas particulièrement un conseil ou une réponse, mais plutôt de l'écoute, donc ce que vous dites n'a pas une réelle importance à mon avis, l'essentiel étant de savoir faire preuve d'écoute et d'intérêt.

Quand il s'agit de discussions d'ordre plus général, la situation devient vite intenable. J'ai tellement de mal à supporter les conflits et les rapports de force que j'abandonne souvent la partie. Mais j'en arrive toujours à la même interrogation : pourquoi suis-je si persuadée d'avoir raison, de connaître de bons arguments, d'avoir l'impression de me trouver face à de telles évidences, alors que l'autre en est à des années lumière ? Et pourquoi deux points de vue, parmi d'autres, semblent-ils toujours si irréconciliables ? Je parle pourtant avec quelqu'un qui est culturellement, socialement et temporellement proche de moi (oui je suis très sectaire, je ne parle qu'à des gens qui me ressemblent), mais les idées qui fondent mes opinions lui semblent totalement étrangères. Ou négligeables. Ou utopiques, ce qui a le don de déclencher ma fureur. Utopiste ! est devenu une insulte, je n'arrive pas à m'y faire.

Rien que de très banal, finalement. La vie est pleine de tous ces désaccords, ces disputes, ces malentendus. Il paraît que c'est bénéfique ; c'est sûr que le consensus mou ça fait rêver personne... encore faudrait-il que ce consensus soit fondé sur ce que je pense être vrai pour me convenir, ce qui me renvoit à mon problème précédent : le refus de peser sur l'opinion des gens. Misère, on va pas s'en sortir...

Mais il faut bien faire avec. Je garde farouchement mon avis et mes idées, je ne peux pas faire autrement de toute façon. J'essaie aussi de les faire valoir quand ça me semble possible et raisonnable. Et si ça s'avère inutile et conflictuel, je les garde pour moi, en me disant que ça ne passionne pas les gens de toute façon. Ce à quoi je voudrais parvenir, malgré tout, c'est à me départir de la certitude, dans certains cas, que mon avis est manifestement le seul à être valable. Parce que ça me ramène évitablement à l'idée que chaque personne sur cette terre pense la même chose, depuis que le monde est monde. Et aussi parce que les conséquences de ces modes de pensée antagonistes sont parfois terrifiants. Si c'est pour devenir méchante, fielleuse ou cruelle, je préfère encore avoir tort.

 

Commentaires

Ah ça me fait penser à ces débats interminables qui ne manquent jamais d'être lancés ... Il y a deux ans, particulièrement, c'était très fréquent dans mon groupe de copines de cours. Et sur les sujets les plus polémiques, évidemment (avortement et tout ça ...).

À chaque fois, je me jurais de ne plus donner mon avis, de rester à l'écart, car ça m'échauffait et je finissais par bouillir intérieurement dans un certain nombre de cas ...

Mais chaque fois qu'un débat était relancé, je ne pouvais m'empêcher d'intervenir. Je me disais "je ne peux quand même pas laisser dire ça, il faut que j'entre dans le débat !"

Maintenant, les débats les plus fréquents sont avec mon copain, et à ce niveau-là non plus on n'est pas sortis de l'auberge ... Mais si des fois ça me fatigue, à l'idée de devoir argumenter, soutenir mon idée, être bien claire et bien cohérente et tout ça

(et pas seulement balancer "mais enfin, t'es con au quoi, tu comprends pas que j'ai raison ???" - évidemment, je sais moi-même que c'est stupide et que c'est la fatigue et la lassitude qui me feraient dire ça ... mais dis-donc, on n'est parfois pas loin)

... bref, si ça me fatigue, ça me fait aussi plaisir de constater que la liberté d'expression n'a pas totalement disparu ...

Quant à risquer d'influencer les autres, je n'y crois pas tellement. Je crois qu'on peut permettre aux autres de considérer notre point de vue, et du coup d'élargir leur champ de réflexion, sans nécessairement changer le fond de leur opinion sur la question ...

Mais pourquoi pas, dans certains cas, permettre à quelqu'un qui ne disposait pas de toutes les informations (et on est tous dans ce cas), d'affiner son idée, quitte à, peut-être, changer d'avis ...

Je ne considère pas que cela influence, mais plutôt que cela ouvre ... L'influence ne serait négative que dans le cas d'une personne extrêmement fragile sur son opinion ... et si fragilité il y a, ce n'est peut-être pas sans raison ...

Écrit par : Odile sans régime | 05/11/2006

Je te suis à moitié dans le labyrinthe de ces pensées … moi aussi, je n’aime pas les conflits mais je ne supportent pas d’entendre des inepties...Résultat ?
Une terrible frustration car j’émets mon avis mais disons … en marchant sur des œufs ce qui veut dire que personnes n’écoute et quand finalement une grande gueule pense la même chose que moi et arrive à convaincre tout le monde… y’a évidemment personne pour se souvenir qu’1/4 d’heure avant je disais la même chose …
Pourtant je me lance parfois, faut pas croire mais encore une fois, ne voulant pas de conflit, je coupe la poire en deux …
Et après ça, je suis toujours le chef de file des groupes au boulot …chercher l’erreur…

Écrit par : Stéphanie / Gabbel | 05/11/2006

100% d'accord avec Odile sans régime.
Je ne crois pas que l'on puisse influencer qui que ce soit, on peut seulement ouvrir d'autres directions, élargir le champ de vision.
Moi non plus j'aime pas le conflit, les discussions qui allumaient le feu, étaient plutôt d'ordre politique, religieux, sexuel.
Je me suis rendue compte au fur et à mesure, que beaucoup parlaient pour ne rien dire, juste pour polémiquer.
D'ailleurs ceux qui parlent le plus (et souvent le plus fort) sont ceux qui en savent le moins. Ils ont toujours tout plein de solutions pour tout, les 1er à dire "y'a qu'à - faut qu'on".
Dans ces types de discussions, on ne faisait pas avancer grand chose, à part mon intolérance...... à écouter des anneries.

Depuis j'ai mis de l'eau dans mon vin, (tariquet......) Je parle un peu moins (du coup je dis moins de bétises !!) et j'écoute un peu plus.
J'ai gagné en sérénité et c'est déjà pas mal.

Écrit par : Lucette | 06/11/2006

Moi, j'ai toujours l'impression de pas en savoir assez pour pouvoir avoir une opinion "valable". J'essaie toujours de me mettre à la place de l'autre pour me dire que de là-bas on voit différemment car les expériences de la vie, les moyens, etc sont différents. Mais en contre partie, je ne tolère pas les personnes qui se permettent de me juger "comme ça" sans même essayer de comprendre mes motivations dans certaines décisions. Et c'est là que le bas blesse, car je suis assez intolérante (bouh la vilaine) mais je ne le montre pas trop en public (bouh la cachotière), j'essaie de me contenir parce que, comme disait ma grand-mère (paix à son âme): "c'est pas bien beau tout ça!"

Écrit par : Esther | 06/11/2006

Je te trouve plutôt raisonnable... moi je ne peux m'empêcher d'être cette fille à grande gueule qui a toujours raison et parle plus fort que les autres (et que je n'aprécie pas beaucoup!!!).
Et finalement si quelqu'un imagine qu'utopiste peut être une insulte, il n'est peut-être pas nécessaire de partager certaines choses avec elle et de partager plutôt d'autres domaines...

Écrit par : funambuline | 06/11/2006

bon moi non je ne pense pas avoir avoir toujours raison, au contraire je suis influencable (trop) et je n'aime pas les conflits, je préfère souvent laisser couler que discuter des heures. Il n'y a qu'un seul moment ou j'ai toujours raison, c'est en voiture, je suis une très bonne conductrice, c'est entendu; et c'est l'autre couillon qui a tort!

Écrit par : maryline | 06/11/2006

meuh non, tu ne peux pas avoir toujours raison puisque MOI j'ai toujours raison!

Écrit par : marie caroline | 06/11/2006

Marie-Caroline tu me l'otes de la bouche !!! Etant donné que pour l'instant nous n'avons pas vraiment eu l'occasion de nous contredire, je me dis que nous avons toutes les deux raison... dans le même sens. C'est merveilleux, enfin quelqu'un qui pense comme moi et qui est donc dans le VRAI !!! ;-))

Écrit par : caro | 06/11/2006

@Odile : ce que je voulais dire par influencer, c'était dans le cas de discussions plus intimes... mais tu as raison, je ne suis pas sûre que ça se passe comme ça de toute façon.

@Stéphanie : je me reconnais tout à fait dans ce que tu dis !

@Lucette : moi aussi plus ça va plus j'écoute... d'abord parce que je n'ai pas toujours quelque chose d'intéressant à dire, mais aussi parce que ça me semble tellement plus enrichissant...

@Esrher : pareil ! Je me dis qu'à écouter je lutte contre mon sectarisme ;-)

@funambuline : aussi paradoxal que ça puisse paraître il m'arrive aussi très souvent de me comporter comme ça... quand je ne peux pas m'en empêcher en tout cas ;-)

@maryline : ah oui en voiture c'est énorme ! Personnellement je deviens un monstre, je me sens parfois capable d'en venir au meurtre !!!

@marie caroline : ;-)))))))))))))))

@caro : ton raisonnement tombe sous le sens ! Les grands esprits se rencontrent....

Écrit par : pomme | 06/11/2006

C'est vrai Pomme.
Et en même temps parfois -et ce furent des terribles fois- j'avais raison mais en ne voulant pas penser justement que j'avais forcément raison ! j'ai fait quelques erreurs monumentales.
Et il y a eu ces moments affreux ensuite, où je me suis dit:"mais bon sang, j'avais raison. pourquoi je ne me suis pas fais assez confiance?!"

Mais aussi sur beaucoup beaucoup de choses, qu'est ce que je me suis trompée dans la vie !
Qu'est-ce que j'avais tort!
Qu'est-ce que j'ai perdu comme temps !

Écrit par : sophie L.L | 07/11/2006

pomme, le titre de ton billet "really stole the words from my mouth" -- je te laisse traduire....

Écrit par : Lost in France | 07/11/2006

Bah bien sûr que tu as toujours raison. Quand on y réfléchit (non pas que TU n'y a pas réfléchit hein, c'est une tournure de phrase réthorique) bien, mon opinion est basée sur une réflexion que j'ai eu moi, et donc éprouvée (parce que je suis vraiment la pire des pointilleuses). Jamais je ne me suis contredit, ce qui est un signe que ce que je pense est loin d'être idiot non? Je le pense, ben c'est donc la vérité. CQFD.

J'ai rarement vu quelqu'un ne pas être d'accord avec lui même... Sauf peut être les gens vraiment tordus, quand on fait exprès de se poser en avocat du diable parce que ça devient très vite énervant/ennuyant que tout le monde soit d'accord autour d'une table et voulant à tout prix éviter que la discussion tombe dans le consensuel "je suis d'accord, moi aussi je pense que...", qui, avouons le, est tout de même bien moins rigolo qu'une bonne prise de tête entre amis (et surtout entre pas amis...). Quoi? Je suis la seule à faire ça? ;)

Donc, bref, je m'égare.
Ensuite, forcément, est-ce que ça veut dire que les autres, puisqu'ils pensent également (quoique, là parfois ça mérite que l'on se pose la question tout de même...), est-ce que ça veut dire qu'en théorie, eux aussi ont raison? Ben oui.
S'ils pensent comme moi.
Mais s'ils pensent le contraire, comment peuvent-ils avoir raison puisque c'est moi, qui ai raison (voir premier paragraphe)? ;)

Écrit par : Lilo | 08/11/2006

@sophie L.L : c'est tout à fait le genre de peur qui m'assaille lorsque je pense à tout ça....

@Lost in France : got it ;-)

@Lilo : j'ai trouvé mon maître !!! Je m'incline devant toutes les strates de ton raisonnement ;-)))
On en est à peu près au même point en tout cas.

Écrit par : pomme | 08/11/2006

vérité en deça de la Loire, mensonge au delà. Finalement, la vérité n'est elle pas à géométrie variable ?
Tout comme toi, j'évite les conflits, surtout inutiles, mais parfois, j'essaye juste de me mettre à la place de l'autre pour voir SA vérité.
A force d'efforts, j'ai appris à garder le silence (ce qui pour une grande bavarde comme moi est la torture ultime) et être bien plus tolérante envers ceux qui à mon avis se trompent.
Je te rejoins quand tu dis qu'une personne qui vient demander conseil n'attend pas la vérité, ni même les conseils, mais de l'écoute.
Une amie qui fait erreur, je l'écoute et la laisse faire ses erreurs qui lui apprendront bien plus que ce que je pourrais lui dire.
J'aime beaucoup ta façon d'écrire, je reviendrais.
Merci pour ce moment de réflexion.

Écrit par : Dom | 08/11/2006

Moi non, en fait j'en sais rien, je suis pas sure...
Voila à quoi se résume ma vie !!

Enfin n'exagerons rien quand même ; j'ai des fortes convictions sociales et politiques, et là, je n'en demords pas, ou très rarement, si je suis déçues ou que l'on me prouve par A+B que ma vision n'est que utopie, et encore !!

Par contre en ce qui concerne ma vie privée, je n'ai jamais su prendre des décisions. Je tergiverse, je remets à plus tard, j'attends de voir et je me décide au dernier moment sans être sure d'avoir eu raison d'avoir pris cette décision, ça s'trouve j'aurai du choisir l'autre option, je tourne et retourne dans mon pauvre cerveau les tenants et aboutissants de ma décision. C'est pénible et épuisant !!

Les conseils j'aime pas ça, sauf si je les demande clairement.

Il me semble que c'est plutôt un défaut masculin de vouloir trouver une solution à toutes les préoccupations qu'on leur exposent, on réfléchit à voix haute et ils pensent généralement que c'est à eux de trouver une solution.

Ma collègue, une très jeune femme pourtant, est épuisante à cause de ça. Si je lui parle de mes problèmes avec mes gosses, mes parents, notre job le dernier pull que je voudrais, ou pas, ou peut être... Elle me trouve la solution en 2 temps 3 mouvements... Et moi je ne cherchais qu'une écoute, j'sais pas moi des oui oui , des Ah bon, des j'te comprends, mais pas la, SA solution. Ca m'énerve !!

Bon en même temps je suis pas sure de ne pas être hors sujet. Ptain ça continue ...........

Écrit par : Laurette | 08/11/2006

Ben moi aussi j'ai toujours raison, c'est normal non ? Ah bon, je croyais que c'était normal ;-))

Bon j'en rajoute un peu, en réalité je n'essaie pas d'influencer les autres, ça ne m'intéresse pas.
En revanche je suis toujours sûre à100% de ce que je fais pour moi-même, et jusqu'ici je n'ai jamais rien regretté, ce qui assez assez agréable à vivre ;-)

Écrit par : Hélène | 08/11/2006

Comment ça Hélène tu n'essaies pas d'influencer les autres???
Et le gloss? et le crayon taupe? et les bottes cavalières???
Je rêve, quelle mauvais foi!!! :-) (à prendre au 15e degré au moins!)

Écrit par : funambuline | 08/11/2006

@Dom : bienvenue ! Pas toujours facile de rester silencieuse en effet... mais parfois c'est vrai qu'il vaut mieux. Merci de tes compliments, reviens quand tu veux ;-)

@Laurette : moi aussi les gens qui ont toujours une solution à la bouche m'exaspèrent ! C'est pour ça que je me mords les lèvres souvent, je n'ai pas envie de faire la même chose ;-) Je suis d'accord avec toi pour le penchant masculin à trouver de solutions, les hommes doivent penser que c'est leur rôle... la bonne blague ;-)

@Hélène : oui c'est surtout ça que je voulais dire en fait. Après des années à hésiter, maintenant je sais ce que je dois faire, c'est très confortable en effet.
Sinon, c'est normal que tu penses que tu aies raison ;-)))

@funambuline : ah ah ! Je crois que tu mets le doigt sur une contradiction évidente !!! Hélèèèèène ? ;-)))))

Écrit par : pomme | 08/11/2006

Hi hi funambuline, en fait non je n'essaie réellement pas d'influencer les autres, je dis péremptoirement ce qui me conviens et ce que j'aime ;-)

Les gens font ce qu'ils veulent de leur peau, je n'irai pas essayer de les faire changer d'avis. Ca me saoûle trop qand on me fait le coup, j'ai aucune envie de le faire aux autres.

Maintenant si mes bottes cavalières plaisent aux filles, on est sur un autre genre de quetion ;-)

Écrit par : Hélène | 08/11/2006

On fait ce qu'on veut de notre peau, mais bon, si on ne se démaquille pas le soir on risque quand même les mines de sel de bains, c'est assez disuasif comme procédé dictatorial !!! ;-)
(Mais j'arrête-là, pardon pour le hors-sujet total pomme!!!)

Écrit par : funambuline | 08/11/2006

PS : oui oui c'est génétique, une homme a besoin de trouver une solution pratique à un problème, alors qu'une femme est plus naturellement portée à l'écoute et à l'empathie.

Comme on dit toujours, dites à un copain que vous avez mal à la tête, il dit "ben prends un cachet", alotrs que la copine dira dit "ohhh, ma pauvre !" ;-)

Écrit par : Hélène | 08/11/2006

hi hi funambuline, tu es scotchée à ton PC ma parole (comme nous toutes, donc) ;-)))

Écrit par : Hélène | 08/11/2006

Ben alors les filles, c'est la fête aux commentaires ce soir ! Pas de souci pour le HS, on peut discuter quand même !

Écrit par : pomme | 08/11/2006

ha ha! POur prouver que j'ai raison, je ne recule devant aucun obstacle (surtout si l'obstacle, c'est ma propre réflexion)!!
Sinon, y'a la carte pseudo intello, qui est de dire que c'était Descartes et Kant qui disaient que puisqu'ils pensent vraiment sans aucun doute au fond d'eux en l'existence de Dieu, il existe (oui bon je shématise/raccourcit, mais en résumé, c'est la conclusion quoi, si on veut éviter le charabia sue la morale pratique et tout et tout, surtout que mes coms sont déjà assez longs comme ça non?). Donc vu que je pense sans aucun doute, immédiatement que j'ai raison, c'est que j'ai raison. :þ

Après, je crois que de vouloir à tout pris faire changer d'avis les autres, c'est un truc très très français.
Chose qui m'arrive souvent, dans une discussion, d'avoir des avis différents, c'est génial, ça permet d'élargir notre point de vue, parfois même de nourrir notre propre réflexion etc... Mais ce qui m'énerve vraiment, c'est les gens qui t'expliquent quinze fois la même chose sous prétexte que tu n'as pas compris (oui bon, j'avoue je fais aussi pareil de temps en temps, ce qui voudrait dire que je m'énerve? ben non, puisque moi j'ai le droit, j'ai tjs raison...), tout simplement parce que tu restes sur tes positions.
On arrive donc à des dialogues de sourds du genre "mais tu comprends pas", ben si je comprends très bien, sauf que moi je te dis que je suis pas d'accord. Généralement, c'est les même qui te sortent "mais je comprends pas que tu puisses dire ça". Ben si, au fond ils comprennent, juste ils ne pensent pas pareil, et s'ils n'arrivent pas à faire changer d'avis la personne en face, c'est forcément qu'elle ne comprend pas (même si elle te démontre qu'elle suit ton raisonnement). A ce compte là, c'est un problème de vocabulaire.
Comme s'ils confondaient la compréhension et l'acceptation. Se comprendre et être d'accord, c'est deux choses bien distinctes. Ce qui fait que les gens idiots ont toujours l'impression que personne ne les comprend (attention, je ne dis pas que tous ceux qui pensent qu'on ne les comprend pas sont idiots hein ;)), alors que c'est juste qu'ils ne disent que des bêtises!! ;)

Écrit par : Lilo | 10/11/2006

"On a toujours tort d'essayer d'avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu'ils n'ont pas tort !"
Raymond Devos
Tout est dit dans cette phrase de mon cher Raymond je crois! lol!

Écrit par : pedro | 10/11/2006

@Lilo : oui je suis bien d'accord avec toi (!), mais parfois je me dis qu'en plus de ne pas penser la même chose que certaines personnes, je ne comprends pas pourquoi ils pensent ce qu'ils pensent... ça se complique non ? ;-) Ou alors je comprends, et ça m'énerve encore plus parce que je me dis qu'après tout moi aussi je pourrais penser la même chose... ouh là, tout ça est bien embrouillé pour un samedi matin !

@pedro : alors ça résume assez parfaitement les choses ! Je crois que tu nous as tous mis d'accord ;-)

Écrit par : pomme | 11/11/2006

bonsoir,
Je me permets de mettre un petit mot (de toute façon, personne ne pourra me dire que j'ai tort, hihihi).

La chose difficile avec les gens qui ont raison, c'est que ces gens c'est tout le monde...
Du coup, nous avons toutes les raisons du monde de penser que tout le monde est obtus ou aveugle devant nos arguments les meilleurs...

Le problème des fois, est que l'on donne son avis avant que l'autre ne l'ait demandé et c'est là que le bât blesse, car l'on impose notre opinion avant que l'autre ait pu s'en forger une. Même si elle avait été exactement la même, la personne si elle est un tantinet susceptible ne va pas lâcher l'idée que vous voulez lui imposer une manière de penser.

Je suis la petite soeur d'une "fille à grande gueule qui a toujours raison et parle plus fort que les autres" et donc, j'ai appris à écouter (pas le choix, hihihi) les opinions des autres.

Donc, ces gens qui ont toujours raison, oui c'est énervant, mais en même temps, qu'on le veuille ou non, c'est souvent grâce à eux qu'on se forge une opinion ou qu'on affirme celle que l'on avait déjà choisie!

merci pomme de me montrer que qqun qui pense avoir toujours raison doute de soi finalement!

Écrit par : anais | 12/11/2006

@anaïs : avec plaisir ;-) Je suis enchantée de constater que ça peut parfois être utile de ramener sa fraise ! J'hésiterai moins souvent ;-)

Écrit par : pomme | 12/11/2006

Mon adage :

" A quoi ça sert que je t'explique ? A rien, car si tu es intelligent tu as déjà compris, et si t''es con, tu ne comprendras rien" !!!!!

;o)))))

Écrit par : Virgule | 12/11/2006

@Virgule : je ne la connaissais pas, elle est excellente ! Bienvenue, au fait ;-)

Écrit par : pomme | 13/11/2006

Les commentaires sont fermés.