Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2006

Paris, encore

Je suis à Paris depuis hier. Comme toujours cette ville m’envoûte d’être si proche et si lointaine, si familière et si étrange, tout et son contraire. Paris est un monde…

A chaque séjour des souvenirs affleurent, des souvenirs de la vie que j’y ai vécue fugacement, des souvenirs des gens que j’y ai rencontrés, ceux que je vois et que je verrai, et ceux que je ne verrai plus. Je n’arrive pas à en concevoir de regrets, juste une douleur lancinante qui finit par me tenir compagnie. Je vis avec elle, autour d’elle, je la connais, et elle me rassure. Elle me fait sentir vivante, et curieusement j’en éprouve beaucoup de reconnaissance.

Mais ce n’est pas sur ça que j’ai envie de m’attarder… cette ville a tant à m’offrir. Je prends tout, goulûment, je ne veux pas choisir ; j’ai la chance de venir ici en touriste, je n’ai donc pas à me préoccuper des mauvais côtés. Et puis chaque venue est l’occasion de rencontres rares, que je serre contre mon cœur quand parfois le cafard me ronge.

C'est un sentiment d’exil aussi, c’est être loin de chez soi, loin de ses gens. C’est comprendre que revenir vivre ici serait les laisser. Perspective enchanteresse et insupportable. Une autre vie, dont le choix ne me sera pas offert. C’est ainsi…

A Paris, la nostalgie qui ne me quitte que rarement est toutefois vite distraite par le tourbillon dans lequel j’entre avec bonheur quand j’y arrive. Des rendez-vous, des projets, et l’imprévu de chaque seconde. Comme le calme étourdissant de cette après-midi pluvieuse dans un appartement de fond de cour, qui semble venir apaiser le tumulte et l’agitation d’une soirée si inédite pour moi. Encore une fois, la chaleur et le bonheur éprouvés, quand j’appréhendais la froideur et la distance. A chaque fois je m’en veux de ne pas faire plus confiance aux gens. A chaque fois je me promets de m’améliorer.

Il m’est impossible d’évoquer tous les sentiments contradictoires qui m’habitent lorsque je reviens ici. Tout ce que je sais, c’est que cette contradiction est féconde. J’ai besoin de ces allers et retours pour avancer. Plus que jamais, je sais que je reviendrai à Paris, et plus que jamais je sais que ce sera pour mieux en repartir.

 

 

Commentaires

Bon d'accord mais moi je veux des détails, des photos, des relents de fumée qui viennent de la cuisine, des filles assises sur des poubelles au risque de leur vie, des produits de bôtés qui s'échangent des fringues qui s'essayent des rires, enfin toutes ces choses que tu ne dis pas quoi !!

Écrit par : Laurette | 29/10/2006

Bonjour Pomme,
voilà un moment que j'ai déserté l'écrit ici ... mais pas l'oeil, pas tes syllabes ni ton rythme, ni rien de ce que tu sais enrichir le monde.
Je suis également parisien et demain je pensais aller trainer mes semelles au nord de la capitale, aux Puces de Clignancourt précisément, une paire d'heures dans l'après-midi avant que ne tombe l'encre des nuits trop longues maintenant ...; alors si tu peux et si tu veux, retrouvons-nous par là-bas vers 14h et si tu ne peux pas d'autres occasions viendront sans doute puisque tu dis encore venir ...

Écrit par : zulunation | 29/10/2006

Tu vois, je te lis et cela résonne fort en moi : il y a quelques années, lorsque je retournais à Paris (amis, famille, magasins, etc...) j'avais ce sentiment très fort. J'avais cette sensation de laisser des morceaux de moi en partant.
Et puis, je ne sais pas comment, la bascule s'est faite...C'est l'inverse maintenant : ma Bretagne me manque tant que c'est un plaisir incroyable de rentrer chez moi. Comme ça, sans l'avoir décidé, je suis passée de "parisienne pur jus" (née, élevée à Paris...) à "bretonne adoptée jusque dans son coeur" (et c'est même pas pour un Homme, je suis single!!! :-p)... mais de lire tes mots si justes, cela m'a presque donné une certaine nostalgie (très fugace!!!!) de ma "vie d'avant".
Merci pour ta poésie...

Écrit par : Breizhoudoudou | 29/10/2006

C'est joli cette nostalgie et cette ambivalence ... Tu fais bon aussi lorsque tu fais plus court comme ici :-)

Écrit par : Odile sans régime | 29/10/2006

amuse-toi bien à paris!

Écrit par : Lost in France | 29/10/2006

et bien moi je suis amoureux à la folie de Prague, et ça fait deux ans que je ne l'ai pas vue, j'en ai le coeur déchiré!!!

Écrit par : speedro | 29/10/2006

Je retiens de ton billet du jour qu'il est bon de faire confiance aux gens, et surtout aux rencontres, quand on sent que l'on y est pris pour ce que l'on est. Souvent, ces moments là sont largement à la hauteur du chemin parcouru pour les réaliser!
Paris, j'y vis depuis 3 ans, je m'y perds souvent et je m'y retrouve aussi, magie urbaine...

Écrit par : mariaba | 30/10/2006

Je ne suis pas partie de Paris depuis suffisamment longtemps pour avoir envie d'y revenir, du tout. Mais de lire que c'est possible, ca me rejouis. Tu y as vecu longtemps a Paris ?

Écrit par : Manivelle | 30/10/2006

j'adore le commentaire de Laurette ! si elle ne l'avait pas déjà écrit, je t'en aurais fait un dans le même sens ! ;o))

Écrit par : Anne Cé | 30/10/2006

Quel beau texte une fois encore... Je comprends très bien cette ambivalence dont tu parles, je crois que je l'éprouverais si j'étais partie d'ici. Mais à te lire, je prends surtout soudainement conscience que maintenant, Paris, c'est chez moi. Vraiment. Je ne suis plus une lyonnaise qui habite à Paris, mais une parisienne qui a vécu, autrefois, à Lyon... Merci pour tes mots, une fois encore...

Écrit par : caro | 30/10/2006

bon du moment que tu dis que tu vas revenir, ça va! ;)

Écrit par : julie | 30/10/2006

C'est amusant ce que tu dis Caro, hier on mangeait (dehors) chez une amie et on parlait justement de ça.
Elle est née et a vécu un peu à Paris puis dans bien d'autres villes/pays avant de s'installer à Toulouse. Et pour elle, "chez moi" c'est à Paris...
Tandis que moi, je ne suis à Toulouse que depuis trois ans et ici est devenu "chez moi"...

Écrit par : Anne Cé | 30/10/2006

@Laurette : je sais pas raconter ce genre de trucs... mais évidemment tu auras le récit dé-tail-lé dans 3 semaines ;-) Par contre j'ai un truc terrible à avouer : je n'ai pas pris de photos. J'avais emprunté l'appareil de ma soeur exprès, mais pendant la soirée ça m'est sorti de la tête, je ne pense jamais à faire des photos. Pardooooooon !

@zulunation : poétique, comme toujours... et comme cette ballade, sans aucun doute...

@breizhoudoudou : je crois qu'au fond, on peut choisir l'endroit où on se sent chez soi. Et c'est formidable ! Merci de tes compliments.

@Odile : c'est gentil... j'avoue que j'avais la flemme de faire plus long !

@Lost in France : pas de souci ;-) Comment faire autrement d'ailleurs ?

@pedro : on m'a beaucoup parlé de la beauté de cette ville...

@mariaba : exactement ! Tout pareil !

@Manivelle : oh non pas longtemps, dix-huit mois à peine... peut-être est-ce trop court pour en avoir marre à tout jamais ;-)

@caro : avec plaisir... je vois ce que tu veux dire, du reste pour moi tu ES parisienne !

@julie : vi vi, je vais revenir tout le temps, vous allez plus en pouvoir de voir ma tronche ;-)

@Anne-Cé : moi aussi le commentaire de Laurette m'a fait rire ! Je ne voulais pas vous décevoir les filles, promis on vous racontera tout bien avec Hélène ;-) Je pensais que tu était originaire de Toulouse... là c'est toi qui devras me raconter !

Écrit par : pomme | 30/10/2006

Quoi t'as oublié de prendre des photos !!
Bon je te pardonne, j'imagine que s'y tu n'y a pas pensé c'est que la soirée était déjà tellement pleine, tellement belle de jolies rencontres !!
Je le dis tous les jours mais franchement Internet qui parait si froid au début permet de faire de jolis rencontres in finé.

Écrit par : Laurette | 30/10/2006

Ton texte sonne comme un air de musique..

Bon, j'ai une guitare, mais je ne sais pas m'en servir, alors, comment qu'on fait hein?
Ben... je crois que le mieux, c'est de ne rien faire, et laisser ce petit air dans nos têtes

:)

Aller, rentre vite maintenant, il fait noir, et je commence à avoir la trouille seule ;p

Écrit par : CherryOnTheCake | 30/10/2006

Je ne m'éloigne pas assez de Paris, Ma Ville... A y être trop immergée, j'oublie parfois à quel point je l'aime. Et puis j'y reviens après une absence, je vais faire un tour sur les quais, j'aperçois la Tour Eiffel qui scintille dans la nuit, et je suis prise d'une grande bouffée d'amour...

Ou bien je lis tes mots qui parlent avec émotion de cette drôle de notion de "chez soi", et je me dis qu'on peut en avoir plusieurs...

Écrit par : Traou | 01/11/2006

@Laurette : je suis vraiment d'accord avec toi, moi non plus je n'aurais jamais cru ça ! Et pour les photos, en effet je n'ai pas vu le temps passer avec ces nouvelles rencontres...

@Cherry : pétocharde ;-)
Moui d'ailleurs il faudra que tu m'expliques un jour d'où sortent ces guitares...

@Traou : ça a un côté rassurant de pouvoir choisir... ce soir, rentrée chez moi, mon chez moi habituel en tout cas, le sentiment d'exil est affreusement prégnant...

Écrit par : pomme | 01/11/2006

"Rencontres rares que je serre contre mon coeur quand parfois le cafard me ronge"...
Et pour le 23, 24? (l'inquiétude me ronge un peu)

Écrit par : sophie L.L | 04/11/2006

j'adore ton texte. mais moi c'est vital. Paris, Paris, Paris... Les quartiers que je connais et où je retrouve des détails, ceux que je découvre et qui m'épatent. Ceux qui ne me plaisent pas et que je gomme vite fait: non, ça n'est pas Paris, non non non... Le fait de pouvoir y vivre toute une vie sans jamais tout connaître... en partir le coeur serré et y revenir en chantant, et en y ayant pensé souvent...
et avoir la gorge serrée d'habiter à 100m de Paris et de trouver ça tellement différent. Les magasins fermés entre midi et quinze heure, les rues éteintes à 22h, le ciné-club qui se prend pour un cinéma et le théâtre qui ne peut pas avoir une programmation un peu classique parce qu'il faut faire moderne... QUAND Y REVIENDRAI-JE VRAIMENT ?

Écrit par : LOutre | 23/11/2006

@LOutre : bienvenue ici ! Comme je me reconnais dans tes mots... moi aussi j'ai tendance à tenir pour acquis le fait qu'un jour je reviendrai VRAIMENT à Paris...

Écrit par : pomme | 23/11/2006

Les commentaires sont fermés.