Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2006

Miroir, mon laid miroir

Enfin, ça dépend des jours, bien sûr, on en est toutes là, je pense. Oui, j'écris "toutes", parce que j'ai quand même l'impression que le rapport à sa propre image reste bien plus compliqué pour les femmes que pour les hommes. Mais bon, je peux me tromper (si si), n'hésitez pas à me le dire.

En tout cas pour moi ça reste assez inextricable. Voilà ma théorie (oui, encore une, j'en ai des caisses) : il est IMPOSSIBLE d'avoir un regard un tant soi peu neutre sur sa propre personne (physique, s'entend, parce pour le reste ça me semble plus facile, curieusement). Je vous entends d'ici : ben oui, on sait bien que c'est pas possible, tu nous prends pour des débiles ? Pas du tout.

Ce que je veux dire par là, c'est qu'on n'a pas idée à quel point ce regard peut varier. D'un jour à l'autre. D'une humeur à l'autre. D'une personne à l'autre, surtout. Je trouve cette versalité fascinante. Et désespérante, évidemment.

L'image qu'on a de soi, tout d'abord ; je suis persuadée qu'elle reste fixée par un vécu, quelles que soient ensuite les modifications réelles qu'elle subit. Par exemple, moi, j'ai toujours été dodue (dans le meilleur des cas), mais depuis deux ans je suis revenue à un poids "normal" (notez les guillemets). Eh ben rien à faire, la plupart du temps, je me vis comme une personne grosse. L'image que je pense donner est une pure construction mentale et psychologique. Je m'en rends compte, mais ça n'y change rien ; ce qui change en revanche, c'est que j'ai appris à vivre avec. Je dépense donc une énergie considérable à me dire que si les gens me regardent étrangement, ce n'est pas parce que je leur bouche la vue. Et surtout, j'arrive à me dire que si certains me qualifient de "ronde" (pour les gentils) ou de "grosse" (pour les autres, il faut hélas reconnaître que ça reste péjoratif), ils ont toujours la possibilité de regarder quelqu'un d'autre.

Tout ça est d'ailleurs très instable... il suffit parfois d'une humeur au beau fixe, d'un vêtement particulièrement seyant ou d'un regard flatteur pour se sentir subitement à son avantage. Encore que... dans le regard de l'autre, l'apparence devient vite une prison, et personnellement je préfère me fier à mon propre jugement. Plaire, pourquoi pas, mais se plaire à soi en priorité, quitte à ne plaire à personne d'autre, ce qui du reste est bien improbable, surtout lorsqu'on a une bonne image de soi. Cette image est changeante, fluctuante, forcément subjective, mais c'est la nôtre, et c'est ce qui la rend précieuse.

Jusque là, tout va bien. Là ou ça se complique, c'est que l'image qu'on a de soi modifie sensiblement l'image qu'en ont les autres, et donc leur comportement. Le rapport à l'autre étant généralement calqué sur le rapport à soi (nous sommes les misérables jouets de notre inconscient, ne l'oublions pas), les gens ont tendance à nous traiter comme nous le faisons avec nous-mêmes, sauf que c'est plus blessant. S'estimer moche, grosse ou mal foutue est une chose, se l'entendre dire, ou pire, insinuer, en est une autre. Ca fait beaucoup plus mal...

Mais là encore, ce n'est pas aussi simple. Il faudrait faire une expérience : réunir des gens (connus et inconnus) et leur poser à tous les mêmes questions sur notre physique. Je pense que la variété et la diversité des réponses seraient stupéfiantes. On a naturellement tendance à penser que l'opinion que nous avons de nous-mêmes a quelque chose d'absolu ; moi je pense que c'est totalement faux. Pour s'en persuader, il suffit de penser aux ressemblances : tata Marcelle jure ses grands dieux que vous êtes le portrait de votre père (son neveu, comme par hasard), alors que papy Raymond est persuadé que vous avez tout pris de votre mère (sa fille, est-il besoin de le préciser).

C'est la même chose pour l'image de soi, en général. Vous êtes persudée que vous avez le nez de Cyrano, mais la plupart des gens ne voient que vos jolis yeux bleus. Vous vous plaignez d'être plate comme une limande, certains admirent votre silhouette longiligne et élancée. Vous comparez votre derrière à la porte d'Aix, on vous considère comme une fille pulpeuse. Et tout ça est d'autant plus vrai des gens qui vous aiment, évidemment. La question n'est pas de vouloir systématiquement entendre des avis lénifiants ou vilement flatteurs, mais plutôt d'être valorisée par leur bienveillance et leur envie que vous vous sentiez bien dans votre peau.

Mais bien sûr, si vous restez sur une image négative de vous-même, c'est celle-là que les gens vont retenir, et vous renvoyer : c'est un sacré cercle vicieux. D'autant que lorsqu'on a une image de soi dégradée, on a tendance à chercher éperdument du réconfort dans le regard des autres. Qui ne vous renverront que votre piètre estime de vous, CQFD.

Et que dire des impitoyables canons esthétiques en vigueur ? Je trouve que c'est incroyablement difficile de se situer en-dehors de ces références. Nous sommes toutes engluées dans notre époque (du moins faut-il l'espérer, vivre comme au XIX° ça doit pas être facile tous les jours), et les caractéristiques exigées pour appartenir au cercle des belles, des jolies, des regardables, des potables, mieux vaut que je m'arrête là, sont hyper dures à atteindre. Surtout si on en a envie d'éviter l'auto-surveillance permanente, la frustration éternelle et la contrainte quotidienne. Sans compter tout l'aspect mercantile qui se cache derrière ces diktats, et qui a tendance à nous faire perdre de vue l'essentiel : ressembler à je ne sais quel top model, c'est bien beau, mais se faire plaisir, vivre comme on veut, profiter de la vie, être soi-même, quitte à être différente, ça aussi ça rend jolie non ?

Etre indulgente avec soi-même, ça rend jolie. S'accepter, ça rend jolie. S'aimer, ça rend jolie. La voilà, la vérité vraie. Et surtout, ça aide à supporter le regard des autres, ou plutôt l'idée que vous vous en faites, car il ne sera jamais aussi impitoyable que celui que vous portez sur vous-même...

 

Spéciale dédicace : à Caroline, qui, à mon humble avis, mérite de porter sur elle-même un regard bienveillant et apaisé.

Commentaires

Je suis prems???
c'est fou ça...
Pomme, tu remues des choses douloureuses, même si aujourd'hui je suis plus apaisée avec l'image que j'ai de moi, il y a des jours avec et des jours sans.
Sans estime, sans pitié, sans pudeur, sans douceur. Mais je respire bien fort et j'essaie de faire de chaque jour un jour avec: avec indulgence, avec timidité, avec aisance, avec compassion, avec amour, avec désir.
Et le désir, s'il naît autravers du regard de l'autre, il vient aussi par le travail sur soi. J'aime mes fesses très dodues, mes rides naissantes, mes cicatrices, ma peau douce, mon grain de beauté tout près de la lèvre, chaque petit bout de moi raconte quelque chose, alors plus question de laisser à quiconque le droit de juger de mon corps, de mon histoire.
merci Pomme!! tu dois être drôlement belle pour écrire si bien...

Écrit par : mariaba | 23/10/2006

j'ai eu beaucoup de mal à m'accepter physiquement...là ça va mieux mais je ne m'aime pas encore assez! ben ton billet m'a fait versé ma petite larme! c'est tellement vrai ce que tu dis Pomme! promis, je vais faire comme tu dis!

Écrit par : marie caroline | 23/10/2006

comment peux-tu penser que ta dédicace pourrait me déplaire ? J'adore ton post, il recèle de vérités, tu te doutes à quel point je partages ton point de vue... Merci, je reviens d'une dure journée et je suis émue. A très bientôt...

Écrit par : caro | 23/10/2006

Tu as tout dit.
Je vais me re-regarder dans le miroir et je reviens...
Merci.

Écrit par : Vali, Samy' moman | 23/10/2006

Comme dit mariaba: ça remue, ça remue!!!
Je sens que je vais relire ce post souvent.
Encore une fois, merci pomme de partager tes réflexions qui sont souvent les nôtres (en tout cas les miennes).

Écrit par : funambuline | 23/10/2006

@mariaba : ton commentaire est magnifique... merci !

@marie caroline : oh ben je voulais pas provoquer la tristesse... c'est un long chemin aussi, l'acceptation de soi...

@caro : je suis soulagée... j'ai beaucoup pensé à toi, à notre parcours commun en écrivant ce post... bises !

@Vali : avec plaisir ;-) Je suis sûre que le miroir a été indulgent... il le faut !

@funambuline : tout le plaisir est pour moi, à lire vos commentaires...

Écrit par : pomme | 23/10/2006

Ah, la perception de soi... Vaste sujet, sur lequel il m'est arrivé d'écrire aussi, parce que cela fut douloureux, ne l'est plus, enfin moins...
C'est vrai, nous sommes souvent nos propres juges impitoyables, pour ne pas dire nos bourreaux... Il faut du temps pour s'accepter. Pour accepter de s'accepter...
J'ai haï mes rondeurs, puis les ai apprivoisées. Aujourd'hui je me surprends à aimer mes rides qui se dessinent, elles signifient quelque chose, racontent des histoires. Tiens, il faudrait écrire les mémoires d'une ride !
Merci Pomme, je suis contente d'avoir un peu de temps ce soir pour revenir musarder chez toi, il y fait toujours bon.

Écrit par : Traou | 23/10/2006

pomme.
que tu es belle.

Écrit par : julie | 23/10/2006

Vais essayer d'être un peu pragmatique... Je crois qu'on est toujours le beau, le gros, le con, le mince, le moche... de quelqu'un. Reste à savoir ce qu'on est pour soi et c'est sûrement le plus difficile.
Pour moi (nous ? enfin les meilleurs) tu es toi, sans critères, sans jugements et ne change surtout pas (de toute façon, ça sera en pire ;-))

Écrit par : Jen | 24/10/2006

C'est si juste...
C'est depuis que j'ai eu 35 ans que j'arrive à porter ce regard sur moi et pourtant rien n'a changé dans ma vie (toujours célibataire sans enfants :-) ), sauf moi :-)
Merci Pomme
Je ne sais pas ce que te renvoit le miroir mais ton coeur doit être beau

Écrit par : Breizhoudoudou | 24/10/2006

S'aimer soi-même, oui, se trouver belle, oui, mais arrêter de se chercher surtout, arrêter de se trouver, arrêter de penser à soi-même, à l'image qu'on donne ou pas, je pense que ça, c'est la plus grande victoire.

Je parle pas de devenir une des dames du catéchisme, hein, qui s'occupent de leur prochain et sont un véritable défi fashion, mais y'a un juste milieu, que j'essaie d'atteindre.

Parce que je trouve que le pire, dans cette société "engluée dans notre époque", c'est le temps passé à se poser ce genre de questions.

Je dis pas ça genre "t'es futile, Pomme, y'a des gens qui meurent de faim dans le monde, blablabla", loin de là, d'abord, je suis pareille, mais j'me soigne!

Écrit par : Charisma | 24/10/2006

Hey, j'espère que j'ai pas l'air genre ultra pédante/condescendante/ catho/ méprisante dans mon précédent comm, parce que c'est pas du tout ça que je voulais transmettre, mais j'ai un peu la tête dans le pâté cosmique, ce matin, alors mille excuses si j'ai l'air ponitifiante!

Écrit par : Charisma | 24/10/2006

Rien à ajouter, tout pareil, bravo pomme, tu es la meilleure ! (et bien foutue en plus ;-)).

Écrit par : Hélène | 24/10/2006

@Traou : moi aussi je suis ravie de te voir là ;-) Ton commentaire tombe à pic, j'ai justement repéré hier une charmante nouvelle ride... ça aussi, je ferai avec !

@julie : je suis confuse. Toute rouge et tout. Merci...

@Jen : ah ! je savais que ça t'inspirerait. Finalement, c'est vrai que l'image qu'on a de nous est la plus compliquée à définir, puisque pour ça il faut s'extraire de tout un tas de contraintes... merci de ta dernière phrase ;-)

@Breizhoudoudou : je t'ai croisée chez Hélène, je suis donc ravie de te voir ici ! Ton compliment me touche énormément...

@Charisma : tu n'as pas du tout l'air pontifiante ! Ni les autres trucs d'ailleurs ;-) Et tu as raison : le mieux au fond, c'est de "s'oublier", de ne plus se poser sans cesse ce genre de questions...

@Hélène : tu ne manques jamais une occasion de me le rappeler, j'adore ;-))) Même si j'ai évidemment un peu de mal y croire ! Merci !!!

Écrit par : pomme | 24/10/2006

C'est tellement vrai...

Écrit par : Ln75 | 24/10/2006

Ah ben si tu peux me croire, j'ai beau avoir le compliment facile, je ne mens jamais (sauf à ma mère ;-)).

Écrit par : Hélène | 24/10/2006

"Vous êtes persudée que vous avez le nez de Cyrano, mais la plupart des gens ne voient que vos jolis yeux bleus."
Mais, mais... mais c'est moi ça!
C'est un article criant de vérité et tellement vrai! Je me suis totalement reconnue dedans, et j'avoue ça m'a fait du bien. Notre perception de soi change tellement au gré des humeurs! Surtout que dans mon cas je ne peux compter que dessus, car je n'ai pas beaucoup d'avis d'autres personnes, voir pas du tout.
Alors se trouver bien un jour, horrible l'autre, au bout d'un moment ça devient fatiguant.
Ce qu'il faut se dire, c'est que ce n'est pas que le physique qui nous rend belles, mais tout ce qu'on a à l'intérieur de nous et qui forge notre personnalité.
Na.

Écrit par : Camomille | 24/10/2006

"S'aimer, ça rend jolie". Oh que je suis d'accord !
S'affranchir du miroir (ou de la balance), ça rend jolie aussi ;-)

Et découvrir les gens par leurs mots (sur des blogs par exemple !), plutôt que par des à priori physiques, ça fait du bien!
Bon, je ne m'étale pas sur ce dernier point, ce sujet avait fait l'objet de toute une discussion très intéressante chez Caro ou chez Hélène je crois ! (désolée de ne pouvoir vous copyrigther mieux les filles...)

Bref, merci Pomme !

Écrit par : Fyfe | 24/10/2006

D’après les cabinets miroirs des publicitaires aux alouettes, la beauté extérieure serait l’élan pour atteindre le "bien être" intérieur…
Ah ! Mais pas du tout ! C’est le contraire !! Le bien être intérieur est LUI, le gage de beauté extérieure, s’exclament les adeptes psycho-spirituels.
Fort de cet enseignement acquis au prix de douloureuses et très longues séances, à l’aise dans mes nouveaux baskets de la marque Zen-Spirit, j’achète mes nouvelles tenues vestimentaires au rayon des produits vrais. La coupe est bien meilleure et on se sent bien mieux confortablement installé que dans les oripeaux du passé... Tout n'est que question de volonté, pas besoin du courage d’un chevalier. La princesse à aider en haut de la tour, c'est nous même... Une fois le statut de Princesse admis sincèrement, tout bascule dans le coté charmant… Et surtout vivant…
Une psyché savamment polie vaut mieux que le meilleur miroir… J’ai l’air comme ça de déconner Pomme, mais….

Écrit par : Serge | 24/10/2006

Y'a un problème.
Je suis allée me voir dans le miroir (24h après avoir lu ton article et posté mon prem' comm) et là, rien ne va plus. JE NE ME SUPPORTE PAS. Et puis pour tout dire, JE NE SUPPORTE RIEN CE SOIR. Envie de tout foutre en l'air, là, maintenant. Le miroir et moi avec.
Bon, d'accord,je pourrai déverser mon enervement et ma psychose du soir sur mon blog, mais le pb, c'est que justement, ce n'est pas mon blog, mais celui du môme (ouai, ce soir, ca va tellement pas que je l'appelle "le môme". C'est dire si j'ai la haine contre tout le monde...) Je vais quand même pas me défouler sur le blog de Samy sur lequel des tas de gens "proches" viennent voir sa vie à lui...
Bon, je vais jeter mon miroir (faut que je le décroche, déjà ; ça va faire un de ces boucans...) et me coucher direct.
Demain, j'achète un nouveau miroir, on verra ce qu'il me dira, LUI.
Merci à toi d'héberger ce soir mon état (pas proche de l'Ohaio)

Écrit par : Vali, Samy' moman | 24/10/2006

@Ln 75 : bienvenue ici ! Contente que tu t'y retrouves...

@Hélène : fille indigne ;-)

@Camomille : bien dit ! Ravie de ta visite ;-)

@Fyfe : oui, cet aspect de la blogosphère est primordial selon moi !

@Serge : hmmm... veux-tu dire que vanter le bien-être intérieur est autant une pose que de valoriser la beauté physique ? Peut-être, en effet... mais c'est tout de même plus gratifiant, et je suis sûre que c'est ton avis aussi !

@Vali : aïe aïe aïe, y'a des jours avec et des jours sans... ça ira mieux demain ? Désolée, je ne peux mieux faire ;-)

Écrit par : pomme | 24/10/2006

De toutes façons, ta beauté c'est ta douceur, ton écriture, ton intelligence,ta bienveillance et ta lucidité ("nous sommes les misérables jouets de notre inconscient" > oh oui ! )

Ta beauté c'est que tu existes toi, unique au monde.

Écrit par : sophie L.L | 24/10/2006

"Wouof!" C'est ce que je me suis dit en lisant ce billet (traduction: "en plein dans le mille").
Et pourtant, ce n'est certainement pas à cause de mes parents, qui m'ont toujours dit que j'étais une fille super et superbe et que les gens qui ne le pensaient pas ne valaient pas la peine que je m'y attarde. Ouais, mais comme tu dis, les gens nous renvoient toujours l'image qu'on leur donne et que j'ai toujours eu une estime de moi quasi inexistante.
Un jour ma mère m'a dit: "allez donne moi tes qualités"
réponse à l'époque (17 ans): "aucune j'suis nulle".
J'ai vu alors ma mère complètement attérée me dire qu'elle me donnait 3 jours pour trouver au moins 3 choses que j'aimais bien chez moi... Parce qu'il y en avait au moins 3 et que ça, elle en était sure! Je suis revenue 3 jours après avec 2 ou 3 qualité que je m'étais trouvé...
Et bien tu peux pas savoir le bien que ça m'a fait, même si j'ai bien mis 10 ans à m'accepter, je pensais toujours à ce moment là où j'avais trouvé ma mère formidable! Elle avait l'air tellement sure que j'étais quelqu'un de bien (rien que d'en parler, j'ai la larme... Mmmm ce qualificatif en parlant de moi me fait toujours autant d'effet...).
Et puis un jour je me suis dit qu'il fallait de toute façon faire avec ce que j'avais! J'étais comme ça et pas autrement et que tant qu'à vivre, autant vivre en accord avec moi-même. Il vaut mieux être sa meilleure amie et non pas sa pire ennemie. Et puis, on a qu'une vie (je parle pour moi, selon mes convictions), alors ce serait bête de se la gâcher pour si peu!

Merci une nouvelle fois pour tes écriture qui nous renvoient à nous-même... Tu es une magicienne Pomme!

Écrit par : Esther | 25/10/2006

Ch'adore mon ascenseur à miroirs!

Écrit par : Lost in France | 25/10/2006

c vrai que pour un mec c'est souvent moins difficile à vivre. On demande esthétiquement beaucoup plus à une femme qu'à un homme. Mais les choses évoluent et les hommes aussi font face de plus en plus au manque d'indulgence face à l'aspect physique.
Mais il est vrai aussi que tout ça c'est très subjectif, et qu'on fait plus attention à ce que les autres pensent de nous qu'ils ne font justement réellement attention. Tu peux avoir un bouton sur le nez et tu te focalisera là-dessus alors que les autres n'y prêteront pas du tout attention...

Écrit par : speedro | 25/10/2006

Remplace le mot pose par pause dans ton commentaire et tu seras plus proche de ce que je voulais dire...;o)
Je précise ma pensée qui est un peu floue dans mon commentaire. (Argh, la limite des écrits au format blog!). La beauté intérieure, quand elle est ressentie comme belle par soi même se reflète sur:
le visage et l'attitude générale, sur l'aspect extérieur donc.
Au cours de mes séances de sophrologie, j'ai le souvenir d'une dame qui était tellement dégagée sincèrement de tout complexe, qui était réellement dans l'acceptation de ce qu'elle était, que ses yeux étaient de vrais spots lumineux. Tout le monde la trouvait resplendissante. Une forme de beauté physique, puisque extérieure... En espérant avoir été plus clair? ;o) Dis oui, j'angoisse sévère Pomme ;o)

Écrit par : Serge | 25/10/2006

C'est vrai ce que tu dis ( non je suis pas leche botte)...Il y'a une chose aussi flagrante entre des soeurs...ma soeur particulierement. Nous nous preparions à sortir et prés de la porte il y'a un miroir. Ma soeur se regarde et pour rigoler dis " raaan qu'est ce que je suis belle"...Et là ma mere intervient et dis clairement que tout est dans la psychologie entre moi qui me trouve pas particulierement belle et ma soeur qui s'assume assez bien...Il y'a aussi un passé qui rentre en compte je pense, mais même si j'etais mince je ne m'aimerais pas et là allez savoir pourquoi.
En tout cas analyse voire introspective trés interessante ^^

Écrit par : Mline | 25/10/2006

@sophie L.L : comme tu imagines je suis bouche bée... mille mercis...

@Esther : je confirme que ta mère est une personne formidable ! Je pense qu'il faut toujours s'efforcer de valoriser les gens qu'on aime. Même si le principal chemin, nous devons le faire nous-mêmes, évidemment... merci de tes compliments !

@Lost in France : mmm... lightly narcissistic ? ;-)

@pedro : oui, je suis bien d'accord, ça atteint de plus en plus les hommes, et je trouve ça malheureux ! Comme tu dis, les gens ne remarquent même pas certaines choses qui nous sautent aux yeux ;-)

@Serge : je dis oui, d'autant plus que tu es de mon avis donc ;-) Le rayonnement intérieur n'est pas un simple concept, c'est vrai !

@Mline : ah ! Si en plus le fragile équilibre des rapports entre soeurs vient s'ajouter à tout ça... pas sortis de l'auberge ;-) Tu as raison, des tas de choses entrent en jeu, et l'amour de soi ne tient pas à quelques kilos... contente que ça t'ait plu en tout cas !

Écrit par : pomme | 25/10/2006

Beaucoup de douceur, de lucidité, et de bonnes réflexions dans ton article, évidemment ... :-)

Quand tu évoquais au début le fait que notre perception de nous-même (d'un point de vue physique) soit influencée par des expériences vécues, c'est connu : le fait que l'on ait une image corporelle de soi mentalement intégrée, une représentation mentale de son image corporelle, cela s'appelle le "schéma corporel", et cela a été décrit à plusieurs niveaux, neuropsychologique, comme psychanalytique, cognitif ...

Et il a été mis en évidence la persistance de cette image, d'où par exemple, dans certains cas, le fameux membre fantôme, où la personne continue de sentir un membre qu'elle n'a plus (cela a aussi une origine physique, médicale, dans certains cas, mais pas seulement, pas toujours, et il me semble d'ailleurs que dans ce cas, cela ne porte pas le même nom).

Écrit par : Odile sans régime | 25/10/2006

C'est le ventre plein que je viens écrire un petit comm'!

Et mon ventre, ben il est plein d'un sandwich en pain ciabatta (950kCal le gramme) avec du fromage de chèvre fondant/coulant (100% mat grasse ça va de soit) et bon des tomates, pour l'équilibre (tu parles, j'ai failli les extraires du sandwich). Et ben, vous savez quoi, m'en fout, j'ai même pas honte, je ne me sens même pas coupable, au contraire, ravie, parce qu'en le mangeant, je lisais ton post..

Je me disais ce matin, en marchant, que j'en ai marre de faire en sorte que mon image soit la plus jolie possible, pour moi, les passants, les collègues, les amis..
Bisous,

Cherry-qui-va-bientot-aller-bosser-en-jogging.

ps: j'ai hâte de te voir. Trop longtemps que chui pas allée à la Fondà. Je t'attends.

Écrit par : CherryOnTheCake | 26/10/2006

Moi je trouve ça vachement joli, de dire "ronde" : c'est voluptueux, c'est doux, c'est généreux, c'est accueillant... c'est le contraire d'anguleux, et ça n'a rien à voir avec "grosse". J'adore aussi "potelé" :-)

Écrit par : Le confit c'est pas gras | 26/10/2006

@Odile : ta description m'a fait penser à la dysmorphophobie, mais c'est autre chose je crois... l'existence de toutes ces pathologies liées à l'image de soi démontrent à quel point le sujet est complexe non ?

@Cherry : t'inquiète, j'arriiiiiive ! L'a l'air trop bon ton sandwich ;-)

@Le confit c'est pas gras : moi aussi je trouve ça charmant ! Je regrette simplement que d'autres mots soient péjoratifs... potelé est très mimi, c'est vrai, comme "dodu", j'aime beaucoup "dodu"... je crois que c'est ma soeur qui a un jour inventé une contraction des deux : "dodelé". Parce que "potu", tout de suite, ça le fait moins ;-)

Écrit par : pomme | 26/10/2006

"Dodelé", j'adore : mot adopté :-)

Écrit par : Le confit c'est pas gras | 27/10/2006

On a beau se dire que c'est pure vanité que de se vouloir plus mince ou plus belle.....
la vérité c'est qu'on a pas le choix !
La ronde, ou grosse ou moche est suspectée de laisser-aller et le miroir des autres est une terrible épreuve !

Il m'a fallu arriver à 45 ans et 5 enfants pour accepter de ne pas rentrer dans les canons de l'esthétique actuelle ...mais c'est fait !
Aujourd'hui, je m'en fous !!!!
Et c'est incroyable comme la vie est devenue plus simple !!!

Écrit par : liaht | 03/11/2006

@liaht : enchantée ;-) Ah oui, c'est beaucoup plus simple comme ça, aucun doute ! Et je suis bien d'accord avec toi, il ne faut pas se leurrer, on ne choisit pas son physique. L'accepter n'est pas un renoncement, mais bien une façon de trouver la sérénité.

Écrit par : pomme | 04/11/2006

Les commentaires sont fermés.