Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2006

Un plus un égale deux

Oui, je me doute bien que vous le saviez déjà ; évidemment mon propos n’est pas mathématique (quelle horreur ! Pourquoi pas parler d’informatique tant qu’on y est), mais il consiste à me demander dans quelle mesure le couple a une existence réelle.

Inutile de pousser les hauts cris, je sais qu’il existe des gens heureux et épanouis en couple, j’en ai même vu de mes yeux, c’est dire ; ce que je pense, c’est que pour réussir ce tour de force, il faut être doté de qualités inestimables, qu’au final j’ai bien peur de ne pas posséder. Je crois que je ne suis pas faite pour le couple. Je crois que je suis incapable d’accomplir les prouesses nécessaires à sa réussite (si tant est qu’une entité aussi floue puisse -ou doive- en être une), prouesses que d’autres arrivent manifestement à réaliser sans une plainte.

Déjà, depuis quelques temps, je suis révoltée par le fait que se caser semble être un but suprême aux yeux des gens. Au premier abord, les gens normaux (mariés, pacsés, concubinés, enfantisés, maison-créditisés, entre autres) hochent doctement la tête devant vos arguments : oui, tu as raison d’en profiter, tu vis comme tu veux, tu as des amis, tu n’as pas de comptes à rendre, quelle chance ! Pour un peu vous verriez poindre une lueur d’envie dans leurs yeux (alors que vous contenez difficilement votre compassion pour la vie qu’ils ont choisie) ; mais à un moment ou à un autre, ils ne peuvent pas s’en empêcher, c’est plus fort qu’eux ! Ils finissent par vous glisser : et puis tu as tout le temps de te caser (comme une vieille valise dans un coffre bondé ?), tu finiras par trouver quelqu’un de bien !

Ou pas !!! Mourrez-vous d’envie de leur hurler. Non parce qu’en fait c’est pas sûr, il faut se rendre à l’évidence. Une espèce de sagesse populaire veut qu’on finisse toujours par entendre les voix de la raison, du mariage et des enfants, mais soyons lucide, pourquoi tout le monde serait-il fait pour cette vie ? Qui l’a dit ? Qu’il se dénonce !

D’abord il faut en avoir envie, c’est tout bête mais c’est quand même primordial, que je sache. Certaines personnes semblent l’avoir totalement perdu de vue dans leur parcours, éperdues qu’elles sont de trouver chaussure à leur pied. A écouter certaines filles (oui, j’ai nettement l’impression que ça touche plutôt les filles, ce genre de comportement), on a l’impression d’une course au meilleur rapport qualité-prix ; ça me fait systématiquement penser au premier jour des soldes, quand des hordes hystériques se précipitent en rampant sous les rideaux de fer des magasins, avant de s’étriper pour le pull de leurs rêves. Avec les mecs, c’est un peu pareil : c’est à qui aura le plus gentil, le plus riche, le plus beau et le moins emmerdant.

J’exagère un peu, c’est vrai, je ne veux stigmatiser personne, mais cette attitude consumériste vis-à-vis du couple me hérisse. En plus ça me semble suicidaire, à mon avis c’est la meilleure façon de se planter ; ça peut être tellement autre chose... c’est déjà assez dur comme ça, pour en plus considérer le couple comme un must have de plus dans une vie où on a déjà tant d’impératifs. L’amour, c’est quand même autre chose que du decorum social non ? En tout cas, moi, je ne peux pas me résoudre à le voir comme ça. Je ne cours pas après, car ça n’est pas un but.

Alors bien sûr, parfois, c’est l’amour vrai. Ca existe, si si. Mais quand on l’éprouve, il faut le vivre. Ailleurs que dans ses rêves... pour moi, c’est là que ça se corse. Mon expérience me fait dire que ma conception de l’amour ne s’accorde pas avec la réalité de la vie. La moindre concession m’apparaît déjà comme une tâche, j’ai très vite le sentiment d’être dans le calcul, et je déteste le calcul. J’abhorre l’idée de manipuler les gens. Quand on vit une relation qui dure, arrive fatalement un moment où on a envie d’infléchir la manière de penser ou d’agir de l’autre, et sans même s’en apercevoir on a tendance à le manipuler. Souvent ça génère de la souffrance, chez soi et chez l’autre, et la perte de pas mal d’illusions. On s’installe dans une autre vision du couple... c’est inévitable, et totalement humain. Moi non plus je n’y échappe pas, et c’est pour ça que je m’en protège. Je ne suis pas sûre de vouloir me soumettre à cette évolution pourtant naturelle. J’admire les gens qui y arrivent, et qui gardent leurs sentiments intacts...

Je dois être trop entière, je ne vois que ça. Au fond je dois rêver de fusion totale, de compréhension muette et instinctive, de mourir la main dans la main, tout ça. Dieu du ciel, je suis fleur bleue, c’est affreux ! Enfin, certains jours, mais la plupart du temps, je pense surtout que dans un couple, on est toujours deux, et que parfois, c’est insupportable, ce rapport si humain, si intime et si permanent. Je pense que le rapport avec soi est infiniment plus simple, plus gratifiant et moins douloureux. Je pense que je suis autiste ?

Du coup, j’en suis venue à me dire tout bêtement que ce n’était pas mon truc, le couple. C’est incroyable comme ça ressemble à une énormité, dit comme ça, mais après tout pourquoi serait-on plus doué pour ça, que pour le crochet ou la lutte gréco-romaine ? Est-ce que la vie est irrémédiablement vaine parce qu’on est célibataire dans l’âme ? Pourquoi ne serait-ce nécessairement qu’un état transitoire vers le sésame de la vie de couple ?

Que de belles et vaines paroles, n’est-ce pas ? La seule certitude, et si rassurante, c’est qu’on ne choisit pas son destin amoureux, et que quand ça vous tombe dessus, il y a certains principes qu’on s’empresse d’oublier... en ce qui me concerne, je crois pouvoir dire sereinement que c’est pas demain la veille, mais je ne me sens pas totalement à l’abri. D’ailleurs je me demande si c’est réellement souhaitable... je veux bien avoir un coeur de pierre, mais il y a quand même des limites.



Commentaires

Il faut juste se contenter d'aimer et tout devient possible.

Écrit par : Fabrice | 06/09/2006

En réponse au com précédent: tu as raison, aimer c'est ce qu'il y'a de plus beau, aimer c'est voler si haut, et toucher les ailes des oiseaux, aimer c'est..........ce qu'il y'a de plus beau!!!

Écrit par : fred | 06/09/2006

Ah, là pomme, avec la lutte greco-romaine, tu as touché un point sensible -- de l'adolescence, on va dire ....

Je suis d'accord -- on n'est pas tous fait pour être en couple ... mais tu te trompes dans tes maths. Parfois un plus un égale un et parfois zéro, et parfois (pour citer un film et un livre très connus) "less than zéro" -- néfaste, destructeur ou, pour citer un mot que tu emploies, suicidaire. Donc sois contente de ton état civil ...

Seul bémol -- ceux et celles avec des mômes ont des déductions d'impôt!

Écrit par : Lost in France | 06/09/2006

Je ne suis pas d'accord ! Ou peut-être que si.
Mon point de vue, c'est que nous sommes tous fait pour vivre en couple, mais pas toute notre vie, pas toujours avec la même personne, et pas à toutes heures du jour et de la nuit.
Lorsqu'on vit ensemble, il est bien difficile de retrouver les moments de solitude qu'on affectionne, qui seraient pourtant très bénéfiques dans certaines situations. Alors il faut savoir prendre ses distances au quotidien, sortir se promener en célibataire, entretenir un réseau d'amis susceptibles de nous présenter de nouvelles têtes sans arrières-pensées.
En somme, il faut profiter de sa situation, lorsqu'on est en couple comme lorsqu'on est célibataire, pour ne pas perdre une goutte de tout les profits que pourraient nous apporter ces deux modes de vies si différents.
Le sentiment d'envie de tes amis est celui de personnes qui n'ont pas réussi à garder cet équilibre, qui le regrette amèrement, et, souvent, qui n'en avoueront rien, têtus comme ils sont.
En bref : l'amour et la vie de couple sont deux choses très différentes, chanceux sont ceux qui parviennent à coller les deux bouts !
Je partage ici mon point de vue, en tant que membre d'un couple qui a vécu des moments d'étouffements mutuels et qui s'en est sorti, grâce à cette distance établit entre nous deux que je vante tant.

Écrit par : paul | 06/09/2006

C’est bien la première fois que je ne suis absolument pas d’accord avec toi … du moins pour cette phrase : « Quand on vit une relation qui dure, arrive fatalement un moment où on a envie d’infléchir la manière de penser ou d’agir de l’autre, et sans même s’en apercevoir on a tendance à le manipuler. »
Pourquoi au fil du temps voudrions-nous changer la personne que l’on aime, la manipuler ??
Ca fait 10 ans que j’aime, 10 ans qu’il a ses qualités et ses défauts…et je ne compte pas les changer, je ne veux pas les changer … donc, non pas d’accord là-dessus.
Par contre pour le reste je te suis …et je rajoute : quand tu es casée, les gens semblent se contenter de ton bonheur tout neuf mais au bout de quelques temps LA question arrive « Et le mariage/enfant c’est pour quand » ? AAAAAAAAAAAArgh !!

Au fait … 1+1 = 3 …. Toi, moi, nous … une bonne recette pour respirer de temps en temps ;-)

Écrit par : Stéphanie | 06/09/2006

pour toi, le couple semble être une institution figée et bien définie qui mène irrémédiablement au mariage. C'est pas forcément vrai. Par exemple, aux Pays-Bas, de nombreux couples vivent séparément, chacun son appart et des visites chez l'un ou chez l'autre quand le coeur y est.

En fait, il te faut trouver la formule de couple qui te convient. Tu peux très bien former un couple qui ne se mariera jamais et n'aura jamais d'enfants, a existe.

Mais je ne pense pas qu'on soit fait pour vivre seul: on a besoin de partager un repas, d'avoir quelqu'un sur qui compter quand ça va mal, quelqu'un avec qui parler de ses problèmes... Bien sûr il y a les amis, mais eux ne seront pas toujours disponibles car ils auront peut etre choisi le couple avec enfants ou le couple libre qui voyage sans arrêt...

Je pense que l'être humain est naturellement fait pour le couple: seul, il doit lutter pour sa "survie"; au delà de deux (je ne compte pas les enfants avec qui les rapports sont différents), il doit lutter pour sa place... 2, c'est l'équilibre!

Bon, je me trompe peut-être, je n'ai pas une grande expérience de vie à deux, mais c'est comme ça que je vois les choses.

Bises

Écrit par : pedro | 07/09/2006

Bon alors moi je te suis sur cette manie de "consommer" le couple, pour coller à une société qui veut le couple/les enfants/les crédits, je trouve ça vraiment triste. Je croise souvent des gens qui "chassent" l'autre comme si leur survie en dépendait (quoique l'idée de la survie se défend: on peut avoir besoin de l'autre pour procréer et pour se prolonger soi-même et donc survivre, d'une certaine façon) mais il n'est nulle part question d'amour, d'envie et de plaisir, non, il est juste question de modèle social et de peur du jugement des autres. Pour certain, on se "case" pour se rassurer, pour arriver au boulot en retard et dire "encore ma femme qu'a oublié de mettre de l'essence dans la voiture", pour aller déjeuner le dimanche chez ses parents et avoir l'air aussi bien que ses frères et soeurs, pour être invité à des dîners "de couples"... bref, moins pour ne pas être seul que pour se créer une image "correcte".
Parce que c'est bien d'être seul aussi. On peut faire ce choix et avoir des aventures diverses et variées, vivre normalement, et sûrement plus heureux que si on s'impose ce qui ne nous attire finalement pas du tout. Je crois aussi qu'on peut vivre avec quelqu'un hors de ces insitutions, ou même un peu dedans quand même, sans se faire violence.
Je vis avec quelqu'un, et pourtant je me trouve bien jeune pour ça, mais cette vie là me convient. Et si je mets parfois de l'eau dans mon vin (crime de lèse-majesté!!!), c'est pour un plaisir plus grand encore, celui de rendre heureux, de profiter d'un quotidien agréable, et je ne suis absolument pas soumise pour autant, les choses sont claires, et dites surtout. Et pourvu que ça dure, parce que c'est ce qui me va, à moi, malgré une forte hérédité (faut-il y croire??) qui irait plutôt dans le sens du mariage à répétition et de la procréation qui n'a pas de sens.
Alors chapeau si tu résistes au chant des sirènes pour écouter ta petite voix intérieure, parce que tu sais que tes choix seront toujours contraires à ceux du français moyen (ksss kssss, tu es du côté de la force obscure...) en même temps, j'espère bien qu'il est en voie de disparition, ce français moyen, parce qu'il est bien hypocrite!

Écrit par : mariaba | 07/09/2006

Chère Pomme, je te lis et j'ai comme l'impression de tomber par hasard sur un vieux journal intime à moi ! (Sauf que tu écris trop bien pour que ce soit moi mais c'est un autre débat !).
En tout cas il y a deux ans, j'étais arrivée au même constat que toi : trop entière, incapable de m'adapter au "couple", de faire ces compromis-là etc...
Et comme tu le dis, on ne choisis pas toujours...
J'ai rencontré une personne formidable que je ne me lasse pas de découvrir (ahhh les mystères masculins) et qui possède une qualité en or : la tolérance... Une capacité inouïe à aimer les gens comme ils sont... A son contact, moi aussi j'évolue dans ce sens là... Et les choses se vivent dans une simplicité presque magique...
Bien sûr, tout n'est pas parfait, et il m'arrive d'avoir une petite nostalgie de ma vie de célibataire. Mais notre couple laisse les liens se distendre quand il le faut...
Je précise que je ne suis pas en train de te démontrer que tu vas forcément changer d'avis, hein, je ne me le permettrais pas! J'essaye juste de témoigner d'une histoire de couple qui marche... Pour combien de temps, je n'en sais rien, qui vivra verra...
On rencontre beaucoup de personnes qui se disent incapables d'être célibataires, et parfois on se sent seul quand on pense au contraire ne pas être fait pour la vie en couple...
Que tu sois heureuse et bien dans ta peau, en couple, ou pas, c'est le principal, c'est évident...

Écrit par : Fyfe | 07/09/2006

Une fois de plus, comme tu écris bien ce que l'on peut avoir dans la tête, pomme !
Je ne trouve pas du tout que le couple soit une finalité en soi, et je suis d'accord que c'est pas marrant tous les jours.
Mais comme pour tout le reste, "les gens normaux" s'imaginenet être du bon côté de la barrière, et avoir le droit de te donner des conseils ou de te demander des comptes... c'est désolant, mais je crains qu'il ne faille s'y faire car je ne crois pas beaucoup à un changement majeur de la société dans le domaine de la sacro-sainte famille...

Écrit par : Hélène | 07/09/2006

ah la "tyrannie" du couple!!!!!!

J'ia 26 ans et je suis actuellement célibataire... contrairement à certaines de mes amies je ne suis pas "en chasse" et cela me convient très bien comme ça, je profite de mon célibat et qui vivra verra...

Mais alors... quelle pression sociale!

C'est pitoyable ce que l'on peut me saouler parce que je suis célib et qu'à mon âge je n'ai pas encore d'enfants...

ET ALORS? je leur demande aux gens en couple depuis longtemps qui me disent ça s'ils ont toujours des relations intimes?

Sincèrement ces questions m'épuisent!

Faut croire qu'il faudrait prendre le premier crétin venu pour se fondre dans le moule! Eh bien non je ne suis pas pressée et ça a l'air de déranger les gens que je me sente bien tout en étant célibataire!

Apparement célibataire pour eux doit "rimer" avec dépression et autres joyeusetés ce qui n'est pas du tout mon cas...

Tiens d'ailleurs je viens de prendre une carte de ciné illimité et la plupart du temps je vais y aller ... seule!

Certains dirons que c'est pathétique, moi la solitude contrôlée je trouve ça jouïssif!

;o)

Écrit par : Claire ::o) d'AMIENS | 07/09/2006

Il y a tellement de choses dans ton billet, que c'est difficile de le commenter. La pression sociale est terrible, surtout pour les femmes ce qui explique à mon avis le comportement très féminin dont tu parles qui pousse toutes les nanas de plus de 30 ans à se ruer sur n'importe quel mec qui porte un zizi. Une femme célib à plus de 30 ans est considérée souvent comme incapable de séduction. Ce qui forcément n'est pas valorisant.

Pour le couple, je crois qu'il n'y a pas de règles, je crois qu'on navigue à vue. Je crois aussi qu'il faut se méfier de ce qu'on croit voir de l'extérieur. Certains couples apparemment super épanouis sont en dérive dans le privé. D'autres, qui semblent englués dans un quotidien sclérosant sont au contraire plutôt heureux.

Je crois en revanche comme toi que c'est très difficile de "trouver" la personne avec laquelle tout devient possible. Et je crois aussi qu'on la trouve le jour où on a cette envie de jouer à 1 + 1 = 3. Bref, vive le libre arbitre et fuck la pression sociale.

Je ne sais pas pourquoi, j'ai la sensation d'avoir été longue sans avoir fait avancer le schmilblick...

Écrit par : caro | 07/09/2006

Alors bon apres toute cette lecture, je pense que tu as raison car je pense comme toi, pou moi le couple c'est pour pas maintenant. certes il y a des moments un peu penibles ou tu te retrouves en societe qu'avec des couples et là la question qui tue et toi? brrrr

sinon je suis pour chacun son appart ou si pas torp les moyen au moins chacun sa chambre, pour la solitude controlée comme le ciné que je fais seule et je ne me plainds pas du tout, j'aime etre seule pas etre envahie par l'autre donc je crois que la route est longue encore pour moi mais bon ca va hein suis jeune :-)

Écrit par : Esme | 07/09/2006

Il y a quelques années, dans ma jeune et utopique vision de la (ma) vie, je ne me voyais pas en couple. Jamais avec des enfants non plus. Pour moi, la construction personnelle et professionnelle passait avant tout (ouh, quelle égoïste cette Cely !!).
Je me voyais indépendante, avec une carrière intéressante et internationale. Une vie riche et remplie, que je serais suffisemment forte pour tenir seule. J'aurais eu une relation avec un homme cultivé et raffiné. Chacun son appart, une relation longue distance comme dans les films.

Et finalement... j'ai grandi. J'ai pas pris cette voie. Ma carrière est bien loin d'être intéressante et encore plus loin d'être internationale. Ma construction personnelle a connu quelques ratés, je me cherche encore.
Mais j'ai rencontré un homme cultivé (et raffiné la plupart du temps). Et je me prends de plus en plus souvent à avoir envie de cette vie "standard" avec lui.
Pourtant quelque part je ne suis pas certaine d'avoir totalement fait le "deuil" de cette vie rêvée. Nous avons toujours chacun notre appart, en plus il a récemment changé de région et vit à 500bornes de chez moi, et malgré le temps qui passe c'est moi qui repousse l'échéance de la vie commune.
Je commence tout juste à me rendre compte que moi qui pensais pourvoir m'assumer seule, je ne suis pas tout à fait aussi forte que je l'imaginais. J'ai besoin de sa présence, de ses conseils, de lui. J'ai envie de vivre avec lui. Et puis je ne me vois plus sans enfants. Avec lui je rêve de famille. Ca aussi c'est un grand changement pour moi et l'accepter ne va pas de soi.

Globalement j'adhérais assez à ta vision de la vie. Amour, oui ; vie de couple, non. Encore aujourd'hui j'admire (et non pas j'envie :o) ces femmes indépendantes qui savent préserver leur cocon tout en vivant une relation épanouie avec leur homme (ou pas). Tu es de celles-là, et de celles pour qui la vie ne se définit pas par son (ou l'absence de) conjoint, ce qui est somme toute la meilleure façon de préserver le couple si couple il y a.

Écrit par : Cely | 07/09/2006

Ah lala!!! Comme je suis d'accord avec toi Pomme!
Déjà, ne m'en veux pas mais je n'ai pu m'empêcher de sourire en lisant que tu pensais être autiste!!! Je ne te connais pas personnellement mais je pense vraiment que tu ne l'es pas, mais alors pas du tout!
Je me souviens encore faire une grande tirade à ma mère lui expliquant par "a+b" que je n'étais pas faite pour vivre avec quelqu'un (entre autre pour les raisons que tu donnes plus haut...). A sa question "mais tu dis que tu veux des enfants!" (ce qui est vrai, mais ça aussi c'est perso hein c'est chacun comme y veut!) je lui rétorquai que j'étais pas à la seconde non plus et puis, on peut adopter de nos jours!
Ce qui m'horripilait ce sont ces filles en chasse pour "être casées" (oui, et après?) et puis je l'aimais bien, moi, ma vie de célibataire. Je dis pas qu'il faut être contre une rencontre, mais pour moi, la vie à deux était inconcevable. ! Le fait est que j'ai rencontré quelqu'un il y a 3 ans maintenant, qu'on projette d'avoir des enfants et le comble de l'horreur c'est le jour de mon mariage où quelqu'un m'a dit: "c'est bon, t'es dans la moyenne! Tu t'es mariée à presque 30 ans!". Je sais pas ce que ça vous ferait à vous d'entendre ça, mais je déteste être dans la norme et si je le suis j'en tire vraiment, mais alors vraiment aucune gloire ou soulagement! Au contraire, j'aurai plutôt tendance à me poser des sales questions... (genre "ai-je fait les bons choix?", "est-ce que je me suis pas fait influencer par la société?", "est-ce que je l'aime vraiment?"... Bref des questions cons que je ne me seraient jamais posées si cette c*nn* ne m'avait pas adressé la parole)...
Enfin! Tout ça pour dire que, même en couple, cela n'a pas changé mes idées, que NON c'est pas évident de vivre en couple, qu'il faut vivre avec la bonne personne si on la trouve et que le couple n'est pas une fin en soi!!! Ca non! Même si c'est agréable d'être aimée par quelqu'un (on peut pas nier qu'en amour (comme en amitié) il y a des personnes avec qui on accroche plus), il n'est vraiment pas dit que cela accroche au quotidien! Mon mode de vie à moi, se rapproche d'ailleurs assez de celui de Paul (un des premiers coms)
Et je me souviens avoir répondu à certaines personnes que même si j'avais besoin d'amour, je ne voulais pas "me caser" coûte que coûte et que je ne voulais pas faire une chasse à l'homme pour 'rentrer dans les rangs"!!! Et puis quoi encore!
C'est vrai que cette phrase "tu as tout le temps de te caser" Grrrr... Qu'est-ce qu'elle a pu m'ennerver!

Conclusion finale et excuses: tu n'es pas un alien, je suis sure que tu as des qualités inestimables et que tu es capable de vivre en couple et pardon de squatter tes commentaires
:-D :-D :-D

Écrit par : Esther | 07/09/2006

Ah ah, les avis sont tranchés, j'adore ! Et plein de nouveaux en plus, bien bien bien !!!
Je pourrais passer des heures à vous répondre tant ce que vous dites m'inspire... mais il faut que je travaille un peu, la barbe !

@Fabrice : ben oui mais non. Je préfèrerais, note bien, mais pour moi, ça marche pas comme ça.

@fred : quelle magnifique chanson n'est-ce pas ;-))))

@Lost in France : j'ai toujours été nulle en maths... mais je souscris corps et âme à ton équation, pour l'avoir vécue... et évidemment je suis révoltée par cette double injustice sociale et fiscale ;-)

@paul : oui, tout est question de dosage, d'accord mutuel. Mais hormis la vie quotidienne, que je n'envisage même plus de partager avec quelqu'un, il reste les sentiments qui sont tellement difficiles à gérer...

@Stéphanie : toi, moi, nous, ça me semble une bonne formule ! Pour ce qui est de la manipulation... je suis certaine qu'on ne peut pas en faire une généralité en effet. Il n'en reste pas moins que....

@pedro : je suis convaincue que certaines personnes sont faites pour le couple, ce que je voulais dire c'est que moi je ne pense pas l'être, et que je trouve horripilant qu'on essaye de nous faire croire "Hors du couple, point de salut". Et je ne pense pas que le couple soit une institution figée, je pense simplement que pour moi, il ne recouvre pas une réalité tangible.
Mais je suis ravie que toi, tu y croies !

@mariaba : sur ce sujet en particulier, les mentalités semblent mettre beaucoup de temps à évoluer.... ta façon de vivre le couple me rappelle que beaucoup arrivent à y trouver un épanouissement, et ça reste une excellente chose bien sûr !

@Fyfe : entièrement d'accord ! Bien sûr on ne choisit pas... et ça peut aussi se passer très bien. Rassure-toi, je n'ai pas l'impression que tu essaies de me faire changer d'avis ;-)

@Hélène : non, je crois que c'est pas demain la veille... ça me touche beaucoup d'être en accord avec toi sur ce point en particulier, et sur les autres aussi bien sûr ;-)

@Claire : moi aussi je trouve que les gens en couple regardent les célibataires avec une sorte de pitié... il vaut mieux en rire non ? Solitude contrôlée, j'adore cette expression !!!

@Esme : j'ai l'impression que même si tu es jeune, tu as déjà des idées bien arrêtées sur la vie que tu veux mener, et je trouve ça formidable. Moi quand j'étais plus jeune (genre 20-25 ans), je ne savais rien de tout ça, je ne comprenais rien à rien. C'est bien de savoir tôt ce qu'on veut, à mon avis... moi aussi je préfère aller au ciné toute seule (mais en fait j'y vais jamais, va comprendre ;-))

@Cely : je comprends que rencontrer un homme formidable fasse réfléchir sérieusement à tous les plans qu'on a échafaudés... il y a des choses à côté desquelles il serait dommage de passer ! Et je suis bien d'accord, la meilleure façon de préserver son couple, c'est de ne pas lui donner trop d'importance.

@caro : bah non pas trop longue !
J'abonde dans ton sens : tant qu'on n'est pas dans un couple, on ne sait pas réellement ce qui s'y passe, c'est une certitude. Et tu as bien raison : si seulement chacun pouvait faire comme il l'entend, sans se faire montrer du doigt...

@Esther : Mais tu as sauté le pas, te voilà propriétaire d'un mignon blog ! Bravo !
Tu squattes rien du tout ! Je suis ravie de ton commentaire, tu penses, tu es d'accord avec moi ;-) Et en plus tu me dis que je ne suis pas autiste, formidable !
Les gens sont parfois très énervants. Très maladroits. Affreusement conformistes. Les gens normaux, quoi ! Je constate avec soulagement que faire une belle rencontre ne t'a pas empêchée de garder tes propres opinions sur le sujet !

Écrit par : pomme | 07/09/2006

Très chère pomme,
le "couple" c'est peut-être pas ton truc, mais le "couple" ça ne veut rien dire. Chaque groupe de 2 (ou de 3 pour caro) est totallement différent.
Je ne me sens pas non plus faite pour le "couple", mais malgré tout je l'ai été, j'ai fait partie de beaux couples... pas éternels... mais c'est une autre question, ou pas. C'est peut-être l'image de ce "couple" exemplaire qui pose problème. Peut-être qu'en se forçant à l'oublier on va pouvoir en inventer d'autres, des vraies qui peuvent nous correspondre?
Mais bon, c'est sûre qu'avec ces couples fabuleux-merveilleux-heureux-amoureux etc... genre Deep-Paradis, on aura du mal à l'oublier l'image du couple parfait, heing!

Écrit par : funambuline | 07/09/2006

je suis atteinte de cette maladie qu'est le célibat! mais elle dérange beaucoup plus les autres que moi-même ;-)

Écrit par : marie caroline | 07/09/2006

eh bien Pomme je suis ok avec ce que tu écris -si bien- l'idée de couple est à fuir en dessous de 60 ans !
Par contre, eh bien je ne suis pas contre une deuxième partie de vie très douce, avec un homme aimé !! (et en +, je vois qui, c'est trop bien non?!! et c'est quand même assez bientôt..Il est pas vraiment au courant mais à mon avis ça peut le faire !!)

Écrit par : sophie L.L | 07/09/2006

:-) Mais il y en a, des célibataires à qui cela plaît ! C'est vrai que ça apraît souvent un peu étrange aux yeux des autres, tellement plus "normaux" :-p Pourtant ... pourquoi pas ! C'est la vie de chacun, pas celle des autres ! Mais en matière d'amour, il faut croire que tout le monde se sent concerné par l'histoire des autres ...

En tout cas, je pense que beaucoup, si ce n'est tous, ont eu des rêves de compréhension tacite, par le regard ou même pas (se comprendre d'un regard, très peu parler, tels semblaient les rêves de mon copain ... mais je lui ai fait comprendre que c'était quand même utopique et source de conflits, quand justement l'autre ne comprend pas ce qui était à comprendre - sans compter que j'adore parler, le plus souvent).

Après, "on" finit par réaliser que ce sont un peu des rêves qui ont peu de chances de s'exaucer. Et c'est peut-être pas plus mal ainsi ... Faire des compromis, ce n'est pas forcément contraire à l'amour, je trouve. C'est aussi faire progresser une relation sans se perdre ...

Je trouve qu'on a beaucoup à apprendre et à apprécier de la vie en couple, à condition bien sûr de le vouloir, de se sentir bien avec la personne avec qui on est.

Cela me fait penser à ce que j'avais lu dans un livre d'Arnaud Desjardin, les 5 critères pour une bonne et solide relation de couple (que son maître/gourou Swamiji Prajnanpad)

1) Que l'autre soit notre meilleur ami (ça veut pas dire qu'il faut sortir avec son meilleur ami pour autant :-p)

2) Une complète confiance en l'autre : savoir que quoi qu'il arrive, l'autre ne pourra pas nous blesser ...

3) L'aisance : que tout semble facile avec l'autre, que la relation soit comme une évidence (ce qui ne veut pas dire qu'à la moindre difficulté il faille se séparer ... mais il ne faut pas qu'il y ait des incompréhensions et de la souffrance perpétuelles)

4) Deux natures qui ne soient pas trop différentes : ça ne veut pas dire être "identiques", mais partager de mêmes intérêts, un caractère pas trop différent

5) Une forte impulsion spontanée à rendre l'autre heureux (il y a des gens avec qui l'on sent assez facilement comment leur faire plaisir, et à qui l'on a assez naturellement envie de faire plaisir ... et d'autres non)

Voilà, ça vaut ce que ça vaut, on en pense ce qu'on veut ... Je trouve en tout cas que cela ne coûte rien de s'y référer, et je suis plutôt bien d'accord avec ces fameux critères :-)

Écrit par : Odile | 07/09/2006

C'est marrant que tu aie écrit ce post juste aujourd'hui alors que je viens de recevoir un mail d'une cousine qui m'anonce qu'elle se sépare de son mari après 2 petites années de mariage...
Bah vaut mieux s'en rendre compte rapidement quand ça ne va pas, enfin j'imagine ...
Perso je ne sais pas ce que c'est que d'être célibataire, bon je sais je suis un OVNI, mariée depuis 20 ans avec un homme connu à l'âge de 16 ans.
Je pense que si on est toujours ensemble, malgré je l'avoue, des disputes parfois violentes au début, c'est qu'on s'ennuie jamais ensemble, je crois que ce mec me surprendra toujours !!
Mais surtout on se lache la grappe, on fait des choses ensembles et des choses chacun de son côté, mais quand on se retrouve on se raconte. Pas moyen de regarder un film tranquilou à la télé, il y en a toujours un des 2 qui à besoin de raconter. On a pas forcement les mêmes gouts sur tout, on ne cherche pas à changer l'autre (de toute manière ça marche pas !!), et au lit c'est de mieux en mieux (oups bon j'assume).
Par contre chacun fait ce qu'il veut et je ne sigmatise jamais les célibataires, en fait je m'en fou, c'est pas mon problème.
Bon peut-être que ça rend égoïste le "bonheur conjugal" (que c'est moche comme expression).
Ca durera le temps que ça durera, au départ nos parents ne nous donnaient pas un an alors advienne que pourra !!

Écrit par : Laurette | 07/09/2006

C'est marrant, à te lire j'ai l'impression que "le couple" c'est forcément quelque chose de figé, un gros pavé qui est destiné à casser,ou pire, une prison.
Un couple c'est ce que tu en fais.

Les concessions ça ne m'apparaît pas non plus comme l'apanage du couple,on en fait tout le temps et partout, jeunes quand on vit chez nos parents et qu'on partage avec eux et la fratrie une maison/salle de bains/télé/etc, puis plus tard au boulot quand on doit supporter ses collègues et se faire supporter d'eux, tu fais des concessions en permanence, c'est le prix à payer pour se frotter à ses semblables, sinon autant vivre sur une île déserte.

Pourquoi les concessions inévitables à faire à deux seraient-elles pires que les autres? A la base tu les fais pour quelqu'un que tu aimes non? Et en face ilou elle en fait autant ...

Si on s'aime on forme un couple, ça me paraît être ça "vivre son amour". Pour moi ça n'est pas "se caser". Et ça n'est pas non plus la mort de la personnalité. Si c'est la vie à deux qui te dérange, personne ne t'empêche après tout de te faire un couple qui ne vit pas ensemble (coupez l'appart en deux), il te suffit de tomber sur quelqu'un qui pense comme toi et qui du coup n'essaiera pas du tout de te faire changer ton point de vue.

Faut savoir s'affranchir de la norme si on n'y trouve pas son équilibre, sans forcément se priver d'amour sous prétexte que peut-être ça serait tomber sur une relation trop bien casée.


Bon en fait je sais pas si je suis super claire là ...

Écrit par : Madame Patate | 07/09/2006

"Un couple c'est ce que tu en fais".
Tout à fait d'accord avec mme Patate !!

Écrit par : Laurette | 07/09/2006

@funambuline : sortir de l'image du couple idéal, c'est pas si facile, c'est vrai... je suis d'accord avec l'idée que le couple n'est pas une notion figée, comme je le disais plus haut, je pense simplement que ma façon de le vivre n'est pas forcément adéquate...

@marie caroline : oui c'est un peu une maladie sociale ;-)

@sophie L.L : oh oui, à mon avis il sera ravi ! L'idée de vieillir ensemble est pleine de douceur...

@Odile : moi aussi je suis parfaitement d'accord ! Mais ça me semble tellement utopique, que toutes ces conditions soient remplies...

@Laurette : ça me fait rêver, une histoire comme la tienne... c'est tellement réconfortant l'idée que ça existe !
Le couple c'est ce qu'on en fait, bien sûr, mais ça n'est pas une science exacte non plus, vu qu'on y est toujours deux...

@Madame Patate : si si, tu es parfaitement claire !
Je ne conteste pas le fait que le couple puisse être épanouissant et source de bonheur, je dis simplement que je ne pense pas être faite pour ce genre de vie... et le fait d'habiter ou non avec l'autre moitié n'y change rien, à mes yeux.
Effectivement on fait énormément de concessions dans la vie, mais paradoxalement ça me conforte dans mon idée que l'amour devrait en être exempt.
Quant à "se caser", je ne dis pas que tout le monde agit ainsi, mais il se trouve que ça existe, et que c'est une attitude que je ne comprends pas. Pour autant, je ne conteste pas que des tas de gens sont heureux en couple, et je trouve ça formidable !
Je t'ai sentie un tantinet agacée ; je ne voulais en aucun cas jeter la pierre aux couples heureux, mais juste exprimer mon incertitude d'y arriver un jour.

Écrit par : pomme | 07/09/2006

agacée? Non pas du tout!
(ou la la tu vois que j'étais vraiment pas claire ;-))

Moi je voulais juste t'apporter un peu d'espoir sur tes capacités à y arriver justement, loin de toute volonté de se caserpour faire comme tout le monde.

Écrit par : Madame Patate | 07/09/2006

Hihi, j'avais plein de trucs à répondre, mais finalement, tout le monde a déjà tout dit, alors je me tais.

En fait, non, je ne me tais pas(oui, je sais, je suis incorrigible).

Ma théorie sur le sujet (oui, mâdâme, j'ai une Théorie), c'est que le 21e siècle est en manque de repères. Avant, on épousait le fils du voisin, et s'il nous foutait pas (trop) sur la gueule, on s'estimait heureuse. Maintenant, on a le choix (et trop de choix tue le choix, c'est bien connu), donc on ne se marie pas à 16 ans et demi, on va explorer la vie et les contrées lointaines (le village d'à côté, éventuellement), du coup on n'est vachement moins motivée pour épouser le fils du voisin. Et pis on a des carrières, ou tout simplement une vie bien à soi, c'est pas facile de lâcher tout ça (la vie à soi, hein, pas forcément la carrière) pour un hypothétique Prince Charmant Mieux que le Fils du Voisin.

J'ai vécu longtemps seule, en osmose avec moi-même, c'était le pied. J'ai eu du mal à faire la transition. Même si mon Prince est génial, et que j'adore vivre avec lui, ma vie à moi, c'était ma vie à moi. Et même si on a tous les deux besoin d'indépendance, en fait, on mène deux vies ensemble, c'est bien mais ça reste quand même pas ma vie rien qu'à moi toute seule.

Alors que si j'avais épousé le Fils du Voisin, ben je me serais pas posé de questions.

Cela dit, le Voisin n'a pas de Fils.

Écrit par : Charisma | 08/09/2006

Bon, en même temps, faites comme si j'avais VRAIMENT rien dit.

Ca doit être pour ça que j'ai jamais réussi à avoir l'air d'une femme fatale mystérieuse.

J'parle trop.

Écrit par : Charisma | 08/09/2006

Euh, Pomme, j'ai malencontreusement fait une tite faute (de frappe, si, si je t'assure!), tu veux pas me la corriger???

Je me meurs de honte.

Écrit par : Charisma ne se tait jamais | 08/09/2006

Ce qui est formidable c'est que tes notes sont toujours très intéressantes, mais les commentaires aussi, ce qui fait qu'au final, c'est un vrai régal de te lire et de vous lire.
Je suis assez d'accord avec Pedro, Odile, Laurette, Madame Patate et d'autres encore.
Je serais bien en peine, d'apporter une quelconque contribution à cet intéressant débat. Parce que ce qui fonctionne pour les uns est tout simplement intolérable pour d'autres.
Tout ce que je peux dire c'est que tu as placée la barre très très haut. Ce n'est plus de l'Amour mais le GRAAL............

Écrit par : Lucette | 08/09/2006

Ah la la j'suis complètement d'accord avec ce raisonnement quand j'suis célibataire et bizarerment pas du tout d'accord qand je suis amoureuse.

c'est un peu comme les gosses.
J'trouve ça puant quand c'est pas les miens puis quand je rencontre quelqu'un qui me donnerait envie d'en faire, je commence à envisager le truc sous un autre angle.

Pareil, y a des hommes qui me donnent envie de faire des concessions, d'autres avec lesquels j'ai pas besoin d'en faire et d'autres avec lesquels j'ai pas envie d'en faire.

Non pas que je sois lunatique ou que je n'aie pas de volonté.
Juste que dans ce domaine je pense qu'on est énormément tributaire de deux choses qu'on contrôle au final assez peu:
- nos propres sentiments
- ce que nous renvoie l'autre et la façon dont on le gère.

Après le reste c'est qu'une question d'alchimie. Et je reste persuadée que la société "bien pensante" n'a au final que peu de chose à voir avec tout ça.
Je vais dire un truc horrible mais je crois que l'homme en tant qu'animal n'est pas fait pour être un solitaire tout comme il n'est pas fait pour être végétarien.
Dans les deux cas il peut parfaitement survivre, mais il manque un truc.
Oui je sais j'suis affreusement rétrograde.
Mais je précise que "ne pas vivre solitraire", dans mon esprit, ne signifie pas forcément "etre marié et faire tout plein d'enfants".
Le couple, ça peut s'envisager de tout plein de façons qui elles par contre, ne rentrent pas forcément dans les carcans de notre judéo-christianisme bien pensant.



Jo

Écrit par : Joëlle | 08/09/2006

Partageant de plus en plus ton sentiment sur la chose, je pense bientot me pacser, ou passer la bague au doigt d'un mâle canidé, de préférence un labrador ou pourquoi pas d'un terre neuve. Non parce que je me dis qu'en couple avec un chien, ça me parait de loin plus reposant, l'échange restant tout à fait intense: "tu veux sortir? fait le beau d'abord! c'est biiien! (quel homme ferait le beau sur commande hein?) comment ça tu veux manger? mais non, t'as dejà eu mon reste de jambon de poulet (quel homme se contenterai de mes restes de jambon de poulet hein? hein?)
Une idée à creuser..
I love Lassie (et pas Lucy :) )

Écrit par : CherryOnTheCake | 08/09/2006

@Madame Patate : ah ben tant mieux alors !

@Charisma : j'ai le regret de t'annoncer que tu es folle ;-)))
Bah je la vois pas ta faute de frappe moi, je suis myope comme une taupe, ça doit être pour ça ! Mais je suis sûre que tout le monde te pardonne ce faux pas.
Ah si je crois que je l'ai repérée !!! Je vais l'enlever.
Bon, sinon : c'est vrai qu'avoir le choix complique singulièrement le problème. Et, une fois de plus, je suis certaine que des tas de gens arrivent à trouver une façon de vivre le couple qui leur aille.

@Lucette : moi aussi je suis impressionnée par la qualité des commentaires dont vous me faites tous l'honneur... c'est très gratifiant.
C'est exactement ça : ce qui fonctionne pour les uns est tout simplement intolérable pour d'autres. Croire en l'amour ou non n'est pas le problème, le problème réside dans la façon de le vivre, dans son intensité et parfois sa violence...

@Joëlle : moi aussi j'ai tendance à avoir des avis fluctuants selon les situations sur ces sujets, je me reconnais dans ce que tu dis. Mais il n'en reste pas moins que j'ai toujours été plus heureuse quand j'étais célibataire que quand j'étais en couple, et cette constante me donne quand même beaucoup à réfléchir.
Le couple peut en effet prendre des tas de formes différentes, mais pour moi ça ne change rien au fond des choses, les sentiments restent hyper difficiles à gérer...

@CherryOnTheCake : ah oui tiens, peut-être le couple du futur ;-)
En fait non, un chien ça fout des poils partout et ça sait pas faire pipi où il faut... quoi c'est pareil qu'un homme ? Roooh non, quand même pas ;-)

Écrit par : pomme | 08/09/2006

Mon eMac du boulot a sa vie propre et a visiblement pris la décision de renvoyer mon commentaire une deuxième fois.
Serieux, Pomme (puisque c'est sérieux cette idée de couple du futur), je crois que c'est tout pareil, poils, mauvais calcul de trajectoire au pipiroom, sauf peut être les incontinences sous le coup de la joie de voir sa maitresse rentrer à la maison :D
bon j'arrête là, ça devient scabreux, je m'en excuse, c'est la faute à ma gueule de bois, je me bannis moi même quelques temps de ton blog pour éviter les dérives!! :/

Écrit par : CherryOnTheCake | 08/09/2006

Hélène a raison, la sacro-sainte famille a encore de beaux jours devant elle... Je vis avec un très chouette garçon et j'adore ça, mais je suis littéralement déprimée par le chemin que prennent beaucoup d'autres amis... en couple : d'un coup, le trip mariage-bébé-achat d'une maison pointe son nez, dans cet ordre et généralement en 1 an top-chrono. Les conventions ont la dent dure. Le pire, c'est que parfois je me demande si je suis normale et que ça me met la pression. N'importe quoi.

Écrit par : Le confit c'est pas gras | 11/09/2006

@Cherry : ben non, reviens, t'es folle ou quoi ?

@Le confit : oui, c'est super dur de résister à ce genre de pression, surtout si on a déjà le début du "package" ;-) Chacun devrait pouvoir trouver sa propre façon de vivre le couple sans se poser plus de questions, ça semble simple mais c'est loin de l'être en effet.
Merci de ton passage !

Écrit par : pomme | 11/09/2006

ah là, on dirait bien que tu as touché un point très sensible.
Moi j'ai toujours pensé que ma petite personne n'avait pas assez d'interêt pour que je finisse ma vie seule avec elle sans risquer de me lasser. Alors que réussir une vie à 2 quel défi !

Moi je le fais juste pour le plaisir de me dire que quand la fin approchera, on pourra se re-regarder dans le blanc des yeux avec plein d'amour. Mais là ce ne sera plus l'espoir mais la joie de toute cette vie partagée.

Chacun son truc hein ;)

Écrit par : pouffy | 12/09/2006

@pouffy : oh ben oui, chacun son truc, c'est clair ! En effet, finir ses jours comme tu le décris, ça fait plutôt envie ;-)

Écrit par : pomme | 12/09/2006

Les soldes, j'aime bien l'image :)
Moi, j'y vais jamais le premier jour, et je trouve.
J'ai confiance en ma bonne étoile, et j'espère me retrouver avec qui comme moi, ne supporte pas l'hystérie et prend le temps de réfléchir à ce qu'il veut vraiment.
Sinon, on trouve toujours, mais en amour c "un tu l'auras sera toujours mieux que n'importe quel tient" ;)

Écrit par : Léa | 23/09/2006

@Léa : j'adore ce détournement du proverbe !!! C'est l'espoir qui nous fait vivre, c'est bien clair...
Merci de ta visite, à bientôt ;-)

Écrit par : pomme | 23/09/2006

Les commentaires sont fermés.