Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2006

Une brève histoire de cheveux

Je fais ce que je veux avec mes cheveux, ça vous dit quelque chose non ? Ben moi, ce sont mes cheveux qui font tout ce qu'ils veulent avec moi. Y compris me pousser au suicide, entendons-nous bien.

Comme à peu près tout le monde, j'entretiens des rapports fluctuants avec mon corps ; mais avec mes cheveux en revanche, c'est la guerre totale depuis 32 ans et demi. J'en suis arrivée à une conclusion terrifiante : mes tifs me haïssent. Oui, je sais, c'est incroyable, mais il n'y a pas d'autre explication.

Pourtant, ça n'avait pas trop mal commencé. Quand je suis née, j'étais raisonnablement chauve, ou tout comme, ce qui, si j'ai bien compris, est le cas de la majorité des nouveaux-nés. Cela dit, je connais une exception notable en la personne de ma soeur (oui, encore elle, mais elle est ma référence capillaire, c'est pour ça), qui elle, est venue au monde avec autant de cheveux que j'en ai à présent. Une invraisemblable tignasse tellement noire qu'elle en avait des reflets bleus, ma mère était limite à l'abandonner sur les marches d'une église (faut dire qu'elle est blonde aux yeux bleus, elle a dû penser que ça ne pouvait pas être son enfant). Bref, moi j'étais normale, trois poils sur le caillou.

Pendant ma petite enfance, j'avais des tresses. J'ignore pourquoi d'ailleurs, quelle idée étrange quand on y réfléchit bien ; je rêvais déjà du brushing triomphant de Victoria Principal, donc j'étais frustrée avec mes nattes. Faut dire que dans l'ensemble j'avais une drôle de tête, sur certaines photos je fais même un peu peur. Ma soeur (je vous avais prévenus) en a dégotté une où elle me trouve une ressemblance troublante avec Chucky, poupée de sang ; à mon avis elle est jalouse de mes taches de rousseur et de mon regard pénétrant.

Enfin, période tresses, ça allait encore. Vint un moment où j'ai dû décider qu'une telle coiffure était indigne de ma personne, et là je suis passée à la queue de cheval. Le grand bond en avant, quoi. Hélas, il fallut très vite me rendre à l'évidence : mes cheveux attachés avaient à peu près le volume d'un fagotin de haricots verts (vous savez l'accompagnement ridicule du restaurant, avec un petit morceau de lard autour ? La classe). Le désenchantement fut brutal. J'étais mal barrée pour le championnat de boule afro.

Au collège je me prenais pour une femme, donc je me suis fait couper les cheveux. Ca aurait pu s'arrêter là, hélas j'ai poussé le vice jusqu'à quémander une permanente, espérant des boucles cascadantes, mais me retrouvant en fait avec un casque de mamie, qui me donnait un faux air de Gloria Lasso (mais en moins brune, et en plus jeune). Loin de me laisser décourager par cette peu glorieuse (hi hi) ressemblance, j'ai persisté la majeure partie de mon adolescence, toujours à la recherche du volume mousseux des héroïnes de Dallas, dans la frisette en tous genres, je vous épargne les détails, ce serait trop cruel pour mon ego. Sans compter bien sûr les errements divers en matière de look, je n’insiste pas, on est toutes passées par là, surtout quand on a été ado pendant les années 80.

La longue quête de la sérénité capillaire n'en était qu'à ses balbutiements. J'ai bataillé pendant des années, totalement désemparée, à la recherche d'une façon radicale de donner à mes queues de rat un aspect présentable. A un moment, je me suis arrêtée sur un simple carré, qui avait l'avantage de m'aller pas trop mal. Mais l'impérieuse nécessité du brushing a vaincu ma fragile patience. De plus, la brûlure quotidienne du séchoir semblait déplaire souverainement à mes cheveux, qui s'atrophiaient à vue d'oeil.

Je suis repassée par une période de court, puis mes cheveux ont semblé reprendre un peu de vigueur, et ils ont naturellement évolué vers un mi-long souple et plutôt joli. Le problème c'est qu'à l'époque je m'étais mise en tête d'être rousse (ça devait être à la mode non ? sais plus), mais comme je n'osais pas le orange flashy, j'avais transigé avec une espèce de brun rouge qui me donnait vingt ans de plus, comme si j'avais besoin de ça. Les couleurs, ça aussi c'est toute une histoire ! Si j'avais su j'aurais jamais commencé, je n'ai jamais retrouvé les jolis reflets miel que j'avais étant plus jeune ; une fois que j'ai commencé à me teindre les cheveux, ils n'ont plus jamais eu leur couleur originelle. Je préfère ne pas savoir ce qu'ils mettent dans leurs produits pour qu'un tel phénomène soit possible.

Bref, vous l'avez compris, je suis passée par toutes les turpitudes pour être enfin satisfaite de mes cheveux. Rien à faire, ils se refusaient à toute concession, ils étaient toujours rachitiques, mous et plats. J'étais désespérée. Je détestais les coiffeurs (et les coiffeuses, encore plus même) : soit ils me regardaient avec une commisération intense, genre "va plutôt t'acheter une perruque", soit ils se mettaient en tête de me faire une super-coupe-destructurée-qui-se-coiffe-toute-seule, mais qui nécessite bien sûr de revenir les voir deux fois par semaine, hors de question. Je passe sur celles et ceux qui ont une coupe mi-afro mi-rase, dans un superbe camaïeu de fuchsia, et qui les fait ressembler à un cacatoès qui vient de prendre le jus. En général, ce sont eux qui semblent très désireux de vous faire la même coiffure. Merci bien, jusque là j'ai échappé à Sainte Anne, j'espère continuer.

J'en étais là de mes pérégrinations (un mi-long pas trop pourri, donc), quand soudain, suite à des soucis scabreux qui n'ont qu'un faible intérêt, mes cheveux ont commencé à tomber à la vitesse de la lumière. Une fois les premières frayeurs passées, et les illusions envolées (faut pas se leurrer, la plupart du temps, les cheveux qui sont tombés ne repoussent pas, même avec toutes les poudres de Perlinpimpin dont on vous vante les incroyables mérites), il a fallu prendre une décision drastique. Voilà qui explique ma coupe de GI actuelle.

Ben oui, plus mes cheveux sont courts, moins on voit que j'en ai pas beaucoup. Ca paraît contradictoire, mais c'est comme ça. Rassurez-vous, j'en ai encore un nombre respectable, j'en suis pas non plus réduite à rabattre ceux de l'arrière vers l'avant ; non, c'est juste que j'ai les cheveux très fins et pas très fournis. Ca m'empêche pas de vivre, notez, c'est juste un constat. C'est même devenu une sorte de running gag dans mon cercle d'amis qui, voyant que j'étais la première à me moquer de mes tifs, s'y sont mis gaiement, faisant mine de se cotiser pour m'acheter une perruque, donc, ou de s’inquiéter de savoir si je n’étais pas atteinte d’une longue et cruelle maladie.

Je m'y suis faite, honnêtement les cheveux très courts me vont bien. Et puis je suis tranquille comme Baptiste : pas de brushing, pas de laque, pas de coiffure compliquée (pas de coiffure du tout en fait !), pas de cheveux dans les yeux (j'ai une sainte horreur d'avoir les cheveux dans les yeux), pas de cheveux dans le cou (idem), bref l'impression de pas avoir de cheveux du tout. C'est ça en fait la solution : pas de cheveux. C'est tout comme, et j'ai enfin trouvé la paix capillaire. Il était temps, j'ai failli devenir dingue. Et puis avec le temps, je me rends compte que je développe un penchant naturel pour le dépouillement, avec lequel ma coiffure est en cohérence finalement. J'ai aussi dépassé le souci d'un éventuel manque de féminité des cheveux courts, c'est un débat d'arrière garde non ?

Je ne vais pas vous mentir, j'ai quand même des phases de refus de la réalité : quand je vois dans la rue une fille avec une crinière opulente flottant négligemment au vent, j'ai parfois une envie irraisonnée de lui sauter dessus pour la scalper, pour ensuite de me faire greffer son cuir chevelu sur la tête. Avec un chirurgien esthétique suffisamment véreux, ça pourrait se faire non ? Encore faudrait-il trouver 50 000 balles pour ses émoluments, cela dit. Je passe aussi par des cycles de radicalité, et là je me dis que je vais me faire raser la boule une bonne fois pour toutes. Tant qu'à avoir peu de cheveux, autant ne pas en avoir du tout, je déteste la demi-mesure. Mais bon, je ne franchis jamais le pas : d'abord il faut un crâne parfait pour ça, et à tâtons le mien a plutôt l'air de ressembler à un terrain de cross ; et puis de toute façon je n'assumerais pas, socialement c'est hyper dur d'être une femme chauve. Surtout chauve volontaire. Encore un coup à passer pour une cinglée. Pour ça aussi, plus facile d'être un mec : depuis que c'est furieusement tendance, tous les semi-chauves honteux trouvent enfin leur compte.

Alors je me suis résignée, une fois de plus... J’ai fait le deuil d’une crinière de lionne, tout le monde ne peut pas être Tina Turner ; peu de cheveux j'ai, d'autres atouts je possède (petit scarabée). Je crains un peu l'avenir, quand même, j'aimerais bien garder le peu de cheveux qui me restent, alors je suis gentille avec eux, je ne les brusque pas, tout ça. Je bichonne mon petit court châtain clair des familles. Plus de couleur, plus de permanente, plus de brushing. Je ne vous ferai plus de mal, restez avec moi !!!!

Inutile de vous dire à quel point je suis scandalisée quand je vois des filles qui maltraitent leurs beaux cheveaux frisés, qui veulent les avoir lisses à tout prix, et qui leur font donc souffrir mille morts pour venir à bout de leur volume. Ok, on n'est jamais contente de ce qu'on a, mais ça me fait mal au coeur de voir ça. De temps en temps je suis tentée de leur proposer mon duvet de bébé à la place, feraient moins les malines tiens ! Je vous en supplie, gardez vos beaux cheveux pleins de ressort et de souplesse !

Il faut croire quand même que ma lutte à mort contre mes propres cheveux n'a pas été un épouvantable fiasco, puisqu'au final je me retrouve avec une coupe plutôt jolie, et l'âme en paix quant à l'apparence de ma tignasse. Au moins mon odyssée capillaire m'aura convaincue d'une chose : il est totalement vain de vouloir lutter contre sa nature...


Commentaires

Ben là sur le coup je te trouve dure avec toi-même !! Je n'ai rien remarqué moi quand je t'ai vu !!
Ta coupe te vas à ravir et met en valeur ton visage très fin et ta jolie peau, comme tu le dis dans ta conclusion tu as trouvé ta coupe.
moi, je l'avoue sans modestie aucune, je n'ai jamais eu de problème de cheveux, j'en ai plein (des cheveux pas des problèmes) !!
Fin 70 début 80 j'avais la coupe à la lionne (un jour je te montrerais les photos).
Je ne fais jamais de couleur, je réhausse mon chatain clair ou blond foncé avec quelques mèches, et vogue la galère, un coup d'eau le matin et il séche suivant leur inspiration. Ma belle-soeur me les coupe 3 X par an selon son humeur et basta !!
A toute ;-)

Écrit par : Laurette | 31/08/2006

Bon, pomme, désolée d'en rajouter une couche après Laurette, mais tu vas devoir scalper pas mal de monde! J'ai des cheveux facile, normaux, tout comme il faut avec lesquels je peux tout faire... pardon, pardon :(

Écrit par : funambuline | 31/08/2006

Moi mes cheveux, c'est, comment dire ? Mon point fort. Le seul truc de mon physique qui pour l'instant ne m'a pas laché. On peut pas en dire autant de mes seins par exemple - oui oui, vous deux, là -. Mais ça ne m'empêche pas d'avoir toujours fantasmé sur... une petite coupe GI. Sachant que ça ne m'irait pas. Et j'ai tjs pensé que pour être belle avec les cheveux très courts, il faut être belle tout court. C'est vrai, rien pour se cacher, pour détourner l'attention, pour faire diversion... C'est la féminité à l'état brut, quoi.

Joli texte, au passage. J'ai ri, beaucoup.

Écrit par : caro | 31/08/2006

Je suis née brune, chevelue, avec de longues boucles dans le cou…donc avec une crinière, mais pas la belle crinière lisse, non, ce serait trop facile, je suis plutôt du genre frisée sur le devant et ondulée sur les côtés … un vrai poème !
J’en ai souffert bien longtemps … ado, je pensais que laisser flotter ma chevelure au vent était du dernier sexy et quand j’arrivais chez ma grand-mère elle avait la gentillesse de me dire « tu t’es encore coiffée comme une sorcière » … oui, elle a toujours été très délicate.
Après The rupture, j’ai finalement décidé de tout couper, ce qui m’a donné lieu d’offrir un orgasme à mon coiffeur quand il a coupé dans mes cheveux allant jusqu’aux fesses (je revois encore son œil luisant).
J’ai donc rencontré mon amoureux actuel avec le tif très court … j’ai un jour eu le malheur de lui parler de ma défunte longueur et en plus le même jour on rencontrait son Ex qui s’était aussi coupée les cheveux …résultat : la phrase qui tue « c’est dingue, vous les filles, au plus vous vieillissez au plus vous avez les cheveux courts » …
Depuis je m’en tiens à un petit carré sympa et en plus avec ma maladie (Crohn) j’ai l’avantage d’avoir perdu du ressort donc un p’tit shampooing lisant et j’ai le carré parfait.
A noter que même si pendant un temps j’ai rêvé d’avoir le cheveux lisses, j’ai été parfaitement dégoûtée des brushing le jour où j’ai vu une nana qui s’accrochait littéralement à la tablette du coiffeur pendant que ce dernier lui tirait sur les cheveux pour les lisser … si elle ne l’avait pas fait, je pense qu’elle filait tout droit dans le fond du magasin sur sa chaise à roulettes :-)
PS : entièrement d'accord avec Caro, tout le monde ne peut pas se permettre l'hyper court

Écrit par : Stéphanie | 01/09/2006

Je confirme : cette coupe te va très bien ; en même temps je ne t'ai pas connu avec les tresses :))

Écrit par : katy | 01/09/2006

hi, hi... Tes péripéties capillaires sont savoureuses...
Moi aussi j'ai bravé toutes les modes et j'ai tout fait pour avoir des cheveux à la Dallas depuis des dizaines d'années ! Et les photos des mes coupes 80's peuvent déclencher 2 heures de fous rires chez le plus grave des dépressifs...
J'ai essayé aussi la GI coupe, dans une période de grande 'austérité' mentale, mais quand mon moral est revenu, je me suis aperçue que c'était un carnage sur moi... Tu dois avoir un joli visage très fin pour porter aventageusement ce genre de coupe ! Petite veinarde !

Écrit par : Fyfe | 01/09/2006

Je compatis. J'ai les mêmes cheveux que toi: fins, souples, sans volume et pas trop nombreux après une grosse chute lors de la puberté. J'ai actuellement les cheveux courts et bien que j'aimerai les avoir longs de temps à autre, court, c'est tellement pratique: shampoing rapide, pas de démélant, séchage en 1 coup de serviette, 1 coup de peigne et terminé. Le problème, c'est d'aller chez le coiffeur toutes les 6 à 8 semaines alors qu'avec les cheveux longs, 1 fois par an suffisait. Pour la couleur: je suis châtain également et je me fais faire des balayages blons mais pas décolorés pour donner de l'éclat à mes cheveux

Écrit par : Karine | 01/09/2006

Arrrh ! Tout paeril ! Et comme toi je trouve que ne (presque) plus avoir de cheveux, c'est beaucoup d'ennuis en moins ;-) (et dans mon cas, beaucoup de féminité en plus).

Écrit par : Hélène | 01/09/2006

Trouver " la paix capillaire", c'est génial!!!
Je me reconnais bien dans les aléas de tes coupes... (oh, les permanentes loupées, j'en ai vu bon nombre chez mes copines!!)
Pour moi en ce moment, c'est du mi-long dégradé, mais ça s'allonge et se rétrécit au gré de mes humeurs.
Faut dire que j'ai eu une enfance traumatique, avec interdiction d'avoir les cheveux longs (ma mère ne voulait pas se taper le brossage, et comme j'avais une tendance certaine à grimper aux arbres, c'était moyennement pratique)
Donc, j'ai (sup)porté un carré "Louise Brooks" pendant de longues années, et soudain, à l'adolescence, j'ai décidé de les raser complètement, et pendant presque 2 ans je suis restée comme ça (en seconde on m'appelait haare krishna)
Ensuite, coupes courtes et super féminines pendant longtemps, même si c'était pas trop la mode. Et c'est quand j'ai rencontré mon Homme que j'ai commencé à les laisser pousser...
La prochaîne étape, c'est la couleur qui pète, genre rose fushia, mais comme je suis ultra brune il faudra sacrifier mon épaisse tignassee et repartir vers le court. Why not???
Désolée je raconte ma vie, mais quelle idée de nous lancer sur un tel sujet, franchement!!!!!

Écrit par : mariaba | 01/09/2006

C'est toujours un plaisir de te lire, Pomme !

Ah les problèmes de cheveux... Moi aussi je rève d'un monde sans cheveux où la femme chauve serait sexy. Fini le coiffage, fini l'épouvantail le matin, fini les cheveux dans les yeux au moindre courant d'air ou les pinces anti-classe au boulot (parce que la tête penchée sur un bureau, le cheveux vise les yeux, le fourbe !)...

Mais comme la chauvitude n'est pas encore entrée dans les moeurs j'ai moi aussi tout essayé... Le court m'allait bien, mais j'ai fini par vouloir cacher de petites traces disgrâcieuses sur ma nuque. Le carré mi-long était pas mal, mais j'ai constamment envie de changement, et j'ai pas encore trouvé de coiffeur qui me prenne assez au sérieux pour faire vraiment ce que je lui demande...

Et puis je me dis aussi que j'ai dû leur en faire baver à mes pauvres tifs... Ado j'avais la chevelure épaisse et inextricabelement emmélée, avec des ondulations naturelles. J'étais pas contente. Après quelques années j'ai commencé à perdre les ondulations. J'étais toujours pas contente. Puis, la faute à la cigarette, la pilulle ou je ne sais quoi d'autre, mes cheveux s'affinent (alors que ma silhouette suit le chemin inverse, mais passons); pendant une courte période, j'ai été satisfaite. Et voilà que les coiffeurs ont découvert les coupes effilées... Et visiblement ils savent pas faire autrement...

Là je sens que j'atteins la maturité capillaire. Comme toi je suis sur le point de trouver MA coupe (un carré mi-long, sans fioritures, avec qq mèches) ; j'attends juste que ça pousse un peu pour réparer les dégâts de mon dernier effilage...

Ceci dit, c'est comme l'herbe... le cheveu est toujours plus beau chez son voisin...

Écrit par : Cely | 01/09/2006

pourquoi pas une coupe Wonder Woman?

Écrit par : Lost in France | 01/09/2006

Merci de ce fou rire ce matin,
Ce qui est formidable, c'est qu'une histoire de cheveux, de soeur, d'amitiés, de vol de vélo, tout devient passionnant (et ce n'est pas de la flagornerie à deux balles, c'est sincère) Tu sais que tu possèdes déjà un lectorat fidèle, alors à quand la sortie de ton prochain bouquin ?

P.S moi dans les années 80, je n'étais pas une adolescente et pourtant un jour on m'a fait une coupe à la Jeanne Mas. A la sortie du salon : formidable, le lendemain : il ne me restait plus que mes yeux pour pleurer.

Écrit par : Lucette | 01/09/2006

Dans quelques jours, je vais devoir passer par la case coiffeur... Autant te dire que je déteste : je ne suis jamais contente. Et quand on me demande ce que je veux, on me répond toujours : avec vos cheveux, on peut pas, ou alors faut faire un brushing tous les jours (ARGH ! hors de question!!!).
Je n'ai pas les mêmes soucis que toi, mais je compatis : mes cheveux sont fins, mais très très nombreux, j'ai une tignasse rebelle sur le caillou qui donne des pellicules aux coiffeurs. Ils ne sont ni lisses, ni frisés, enfin si, des mèches frisées et d'autres lisses. Je ne t'explique pas le tableau... Bref, si vous avez des sites avec de bonnes idées de coiffure, je passe un appel ici (pas de coiffures de mariage, de haute couture ou de trucs infaisables pour une fille qui déteste passer plus de 5 minutes à se coiffer !).
Le court ? Non, ça ne me va pas, on dirait un petit garçon sorti de la Guerre des boutons...

Écrit par : Thulip | 01/09/2006

@Laurette : roh c'est très gentil... je cherchais pas le compliment hein ! mais ça me fait plaisir quand même ;-)
Ah oui les photos ! Je veux les photos de la crinière de lionne !!!!

@funambuline : ben c'est pas grave ! Au contraire je suis bien contente pour toi !

@caro : tant mieux si tu as ri, c'était le but... il me tarde de voir ces fameux cheveux, j'ai cru comprendre que tu y tenais beaucoup !

@Stéphanie : tu ne l'as pas mal pris pour la maladie j'espère ? Ah tant mieux ;-)
C'est vrai que les changements capillaires sont souvelt un symptôme d'autres bouleversements... je vois très bien ce que tu veux dire pour le brushng de la mort, ça m'a fait beaucoup rire !

@katy : contente de te voir ici (aussi ;-)) Tu n'as rien raté avec les tresses !

@Fyfe : fin, pas particulièrement... je crois qu'il faut oser, et puis c'est peut-être plus difficle de s'habituer à une coupe courte... en tout cas je ne saurais trop la conseiller ;-)

@Karine : oh une nouvelle, chouette ;-)
Je trouve aussi que la fréquence de visite chez le coiffeur est le seul inconvénient des cheveux courts... sinon, que du bonheur !

@Hélène : exactement la même conclusion !

@mariaba : quelle saga en effet ;-) Je crois qu'on est nombreuses à l'avoir vécue !
Je t'admire beaucoup d'avoir eu le courage de te raser le crâne... et d'avoir envie de tenter le rose fuchsia ; tu es une vraie aventurière du cheveu on dirait !

@Cely : entièrement d'accord avec toi ! mais on jour on arrive à se fixer je pense... j'espère en tout cas, et je suppose que toi aussi, tu as l'air d'avoir assez donné ;-)

@Lost in France : j'adooooooooooooore cette série, je trouve Lynda Carter absolument magnifique (contrairement à son accoutrement ;-)), et c'est vrai que ses cheveux font très envie...

@Lucette : c'est vraiment très gentil ! Pour le bouquin, je crois que c'est un peu retardé ;-)
Coupe à la Jeanne mas... je compatis, sincèrement !

@Thulip : ta vie capillaire n'a pas l'air de tout repos non plus ;-) C'est vrai que la majorité des coupes nécessite de consacrer un minimum de temps à sa coiffure, mais je te comprends, pour moi 2 mn c'est déjà trop !

Écrit par : pomme | 01/09/2006

Comme quoi nous les filles nous ne sommes jamais contentes. si je n'utilise pas séchoir et pince à lisser, c'est limite la guerre du feu. Aprsè avoir lu ton billet, je vais arrêter de me plaindre d'avoir les cheveux trop épais :-) une fois de plus, j'adore ton style!

Écrit par : marie caroline | 01/09/2006

j'ai le cheveu epais depuis que je suis né, de couleur marmotte que j'aime pas!
j'ai tout eu comme coupe de cheveux et pour le moment c'etst roux avec une frange qui me correspond va comprendre......

ps: moi sans seche cheveux c'est un peu le roi lion lol

Écrit par : Esme | 01/09/2006

je n'ai pas le même rapport douloureux que toi avec les cheveux, en fait je les aime bien, par contre je hais les coiffeurs, d'ailleurs j'y suis pas allée depuis avril et je les ai au milieu du dos. Enfin j'ai eu quand même quelques démélés avec mes cheveux ( on l'a pas encore faite celle là?), notamment en revenant d'un camp de scouts pleine de poux, j'ai coupé court mais je n'aimais pas ma tête. J'ai tenté d'avoir des jolies boucles au collège pour séduire un garçon ( j'ai les cheveux plats) mais la permanente m'a donnée l'air d'un mouton et le gars a éclaté de rire en me voyant, presque la pire humiliation de ma vie!

Écrit par : maryline | 01/09/2006

Mais non je ne le prends pas mal !! Allons, allons :-)
La seule fois où j'ai pris mal un truc sur ma MC c'est quand ma connasse de cousine s'est vantée d'avoir peut-être elle aussi le gène .... nan, mais c'est quoi ça de croire que c'est une chance d'être peut-être malade ... pardon je m'égard mais je n'ai toujours pas avalé la pilule...
Bref, sinon, la chute des cheveux j'ai connu, bon apparemment pas à ton niveau mais ça tombe encore souvent par paquets, c'est en fait un bon signal d'alarme de mon corps pour me dire qu'il est en manque de fer ... tu devrais peut-être essayer une petit cure ?
Ca fait pas de mal et c'est super bon pour les cheveux, les ongles et les lèvres sèches. :-)

Écrit par : Stéphanie | 01/09/2006

Comme je compatis, j'entretiens moi aussi une relation déplorable avec mes cheveux qui sont fins, mollassons, secs au bout, gras au début et toujours électriques, et de couleur assez terne. Mes grosses joues ne me permettent malheureusement pas la coupe GI. J'ai pourtant essayé à plusieurs reprises, mais je n'ai décidément pas une vocation de hamster. C'est clair qu'il faut un visage fin et délicat pour se permettre cette coupe, alors je t'envie un peu là.
Je m'en tiens donc au carré court, avec toute une cérémonie de barettes le matin pour que la mèche de devant reste raide et ne frisotte pas à moitié façon ressort fatigué, quand le reste de mes poils de tête sont impassiblement raides. J'en ai pris mon parti, ce sera mon labeur quotidien pour les années à venir, y'a pire, hein.

Écrit par : Manivelle | 01/09/2006

Encore un sujet bien senti ! :-) Le mieux, c'est que je comptais parler de mes cheveux prochainement, sur un aspect légèrement annexe, mais ayant tout de même encore un rapport avec les cheveux ...

J'ai remarqué que quasiment tout le monde se préoccupait de ses cheveux, qu'ils soient appréciés ou non ... Quand ils sont haïs, il s'agit de trouver des solutions pour moins les détester ; quand ils sont adorés, il s'agit de trouver des solutions pour mieux les sublimer et faire ressortir toute leur beauté ... Bref, les cheveux, for ever !

Personnellement, je ne me plains pas trop de mes cheveux. Ils sont certes fins, mais j'en ai pas mal (d'ailleurs y'a des période soù je les ai eu assez épais : j'ai rien compris !) ... Quand j'avais 10/14 ans, ma cousine me les coiffait et me faisait souvent des nattes pour qu'ils soient gauffrés (j'adorais, mais les photos montrent à quel point c'était hideux lol).

J'ai aussi eu 1 ou 2 ans à l'adolescence où je voulais les colorer, mais c'étaient des colorations temporaires de 6/8 semaines max, et qui faisaient des reflets (auburns ou châtaigne) qu'on distinguait à peine ... pffff ... ;-p

Quant à la coupe ... ouhlala ... Quand je les avais longs, je les voulais courts, et une fois coupés, je regrettais ... (jamais contents, en effet)

Maintenant, je les laisse naturels, sans couleur, et longs (pour le moment) pour le plus grand plaisir de mon copain (mais le jour où j'en aurai marre : je couperai, que ça lui plaise ou non :-p)

Encore un article à la fois plaisant à lire, et qui suscite nécessairement des réactions :-) Futile à première vue, mais essentiel quand on y pense (et qu'on voit de quoi tu parles ;-p) !

Écrit par : Odile | 01/09/2006

@marie caro : contente que ça te plaise ! Tu sais j'imagine bien que les cheveux "sauvages" soient aussi très problématiques à dompter ;-)

@Esme : je suis ravie de te voir ici ;-)
C'est normal d'essayer différentes coiffures si on peut se le permettre... j'aime beaucoup l'image du roi lion ;-)

@Stéphanie : ah ben tant mieux alors ! Je comprends que certaines pilules soient dures à avaler...
Oui, on m'a déjà dit pour le fer, mais ça ne vient pas de là... je crois que c'est mon karma en fait ;-)

@Manivelle : ça alors c'est bizarre ce truc avec le visage fin... j'ai pas du tout l'impression d'avoir le visage fin ! Dieu du ciel, je ressemble à un cochon d'Inde alors... tout s'explique ;-)
Je vois que ton cas est assez critique aussi... pardon mais ça me rassure un peu ;-)

@Odile : encore un parcours du combattant on dirait ;-) C'est vrai que les cheveux sont une préoccupation féminine primordiale... comme à peu près tout ce qui touche à l'apparence, mais l'important comme tu dis c'est de n'être pas limitée à ça ;-)

Écrit par : pomme | 01/09/2006

Ooooooooooooooooommmmmmmmmmm :-)

Écrit par : Stéphanie | 01/09/2006

Si tu veux je te prends en stage d'entretien de ma crinière.

Si tu survis plus de deux jours à la torture quotidienne du brushing....

Je t'autoriserai à dire "Inutile de vous dire à quel point je suis scandalisée quand je vois des filles qui maltraitent leurs beaux cheveaux frisés, qui veulent les avoir lisses à tout prix, et qui leur font donc souffrir mille morts pour venir à bout de leur volume"

Moi si je les raidis pas, j'ai l'air d'un gars.
C'est hyper chiant crois moi, je le fais pas par plaisir si je pouvais ni vu ni connu sortir de chez moi les ch'veux mouillé séchant au gré du vent, je dormirai beaucoup plus le matin...

Jo...jalouse à mort tu m'énnerveuuuuu

Écrit par : Joëlle | 02/09/2006

Petite j'avais les cheveux courts, puis ils ont poussé, raides mais nombreux, et toujours blonds. Je n'ai jamais osé les couper, persuadée que le court me m'irait pas, que la chevelure longue (même si pas bouclée) était le symbole extrème de la féminité. Et bien, comme toi, j'ai réalisé que j'avais tort !
Je l'ai eue cette longue et cruelle maladie, et pour être honnête, la seule chose qui m'ai fait pleurer sur le moment, c'est que j'allais perdre mes cheveux... Mon dieu que c'était stupide ! 2 jours plus tard, mes filles m'ont dit qu'avec ou sans cheveux, je serai toujours la plus belle maman du monde. On se met à y croire...
Et bien, le croirais-tu, être chauve (appelons un chat un chat) m'allait plutôt bien !! Incroyable !! (1ère article de mon blog si ça te dit...)
Depuis j'ai les cheveux courtc, ondulés (?) et bruns (!!).
Et je suis heureuse.......

Longue vie à tes cheveux courts.
isabelle

Écrit par : isabelle B | 02/09/2006

C'est terrible, cet alzheimer débutant qui me persuade que si, j'ai bien laissé des commentaires aux gens alors que, non, de manière manifeste, non...

Désolé :(

Écrit par : Mathieu | 02/09/2006

Eh eh, j'ai presque honte de poster sur un tel sujet ! En effet, les cheveux, c'est un peu ma spécialité : ils sont nombreux, fins, j'en fais ce que je veux ou presque, et je consacre la moitié du PIB du Pérou à leur entretien, sans trop passer par la case coiffeur, coiffeurs qui, soit dit en passant, adooooorent mes cheveux jusqu'au moment fatidique du balayage (2 heures) ou du brushing (30 minutes minimum).
Mes cheveux, c'est presque un toc chez moi : lavage doux tous les jours, application d'onguents divers et varés, et brushing (oui, un de ceux qui dévisse la tête), ma soeur se terre derrière le canapé dès qu'elle me voit le seche cheveux à la main !
Il faut dire que je suis devenue une vraie pro depuis maintenant une quinzaine d'années de ce traitement : je suis la réfèrence capilaire en somme, je brushe, je colore et éventuellement je coupe un peu les cheveux des autres !
Mes heures de gloire, c'est quand les gens croient que je sors de chez le coiffeur, ça m'arrive tout le temps, ou bien quand on me fait des compliments spontanés. L'an dernier, je les avais coupés aux épaules, certaines élèves étaient venues me voir, traumatisées...
Et à la fin de l'année, une petite délagation de filles, génées, était venue me voir : "dîtes madame, s'il vous plaît, vous utilisez quoi comme shampoing ?"

Mais je m'étale, je m'étale....

Écrit par : Alinéa | 02/09/2006

@Stéphanie : ;-))))))

@Joëlle : je t'octroie le droit de faire partie des exceptions notables à mon intolérance, tu le mérites largement ;-) Ca peut paraître bizarre mais je comprends très bien ton problème, je suis sûre qu'il n'a rien à envier au mien !

@isabelle B : merci de ton commentaire... une visite sur ton blog m'a convaincue qu'un crâne nu pouvait être ravissant sur une femme ! Longue vie à tes cheveux bouclés ;-)

@Mathieu : je compatis, moi aussi je perds la boule, ma mémoire m'abandonne peu à peu... ;-)
Pour le commentaire c'est bon, t'en as laissé un là !

@Alinéa : oh comment tu fais ta crâneuse !!! QUELLE CHANCE, je suis atrocement jalouse ;-)

Écrit par : pomme | 02/09/2006

je compatis à ta recherche de la paix capillaire!

Je crois moi aussi l'avoir trouvée grâce à un carré assez court qui (oh miracle que je n'ai encore pas saisi...) se met mieux en place le lendemain du lavage de cheveux ;o)

Si tu veux faire un tour sur mon blog j'ai récemment fait un article sur nos rapports amour/ haine avec notre coiffeur lol!

Bonne continuation j'aime beaucoup ton blog!

Écrit par : Claire d'AMIENS | 02/09/2006

Pomme, je préfère préciser un truc, histoire que le jour J tu ne sois pas déçue. Mes cheveux n'ont rien d'extraordinaire, je ne suis pas Victoria Principale ou Farah Fossettes. C'est juste que mes cheveux ne m'ont pas encore fait le coup de prendre des kilos ou de choper de la cellulite. Et rien que pour ça... je les vénère.

Écrit par : caro | 03/09/2006

@Claire d'AMIENS : tout d'abord, sache que les Picardes sont particulièrement bienvenues ici ;-)
Merci de ton compliment ! C'est vrai que le carré tient mieux avec les cheveux pas lavés du matin. Pourquoi ? Encore un épais mystère capillaire ;-)

@caro : comment peux-tu imaginer un seul instant que je serais déçue par un iota de ta personne ??? Allons allons ! De toute façon, si tu as plus de 2300 cheveux (plus que moi donc, oui je les ai comptés ;-)), je te propulserai directement au panthéon des chevelures de déesse.

Écrit par : pomme | 04/09/2006

Pomme, je retire ce que j'ai dit sur mes cheveux soit disant coiffables: aujourd'hui, avec ce temps humide et cette pluie toute fine très énervante qui laisse penser que quelqu'un dans le ciel s'amuse avec un brumisateur géant, je ressemble à Mafalda et mon humeur est celle de schtroumpf grognon.
Je veux une tondeuse!!!

Écrit par : mariaba | 04/09/2006

Oh, ça dépend, perso, j'ai dix tonnes de cheveux hyper raides et qui étaient super gras jusqu'au joue où j'ai décidé de me les décolorer......ben depuis, point de cheveux gras! Comme quoi, la décoloration, ça a eu du bon. C'était il y a presque 10 ans, depuis, ils sont toujours aussi raides et nombreux, mais pas gras!

Écrit par : Charisma | 05/09/2006

Je témoigne sous serment : tu es drôlement jolie avec tes cheveux courts !
Moi propriétaire de crinière bouclée ayant tenté de les lisser pendant des années... j'ai honte, je le promets. Et maintenant je leur fiche la paix !

PS : Je veux bien ta photo en Chucky pour l'album "Couettes et Houpettes"... Si ta soeur passe par ici, elle peut me l'envoyer en douce. C'est là : http://www.traou.net/blog/index.php?2006/02/18/78-couettes-et-houpettes

Écrit par : Traou | 05/09/2006

@mariaba : ah ne m'en parle pas, l'humidité c'est mon pire cauchemar, quand il pleut je ressemble à un chien mouillé, c'est très chic ;-) Cela dit se transformer en Toffsy (tu te rappelles de Toffsy ?), c'est pas réjouissant non plus, je reconnais !

@Charisma : oh ça faisait longtemps, welcome back ;-)
Oui je confirme, la déco ça sèche les cheveux... j'ai tenté une fois (oui j'ai été blonde pendant trois mois ;-)) et j'avais de la paille sur la tête. Mais toi ça a l'air d'avoir réussi, tant mieux !

@Traou : alors ça c'est incroyable, quand j'ai parlé de cette photo j'ai pensé qu'il faudrait que je te l'envoie pour participer à cette initiative enthousiasmante que tu as lancée ! Les grands esprits se rencontrent ;-)
Le truc c'est que c'est une photo argentique évidemment (pas d'hier mes 6 ans ;-)), donc il faudrait la scanner, tout ça... mais je vais y réfléchir sérieusement, promis !
Pour les cheveux je te retourne le compliment ! J'ai admiré envieusement ta crinière...

Écrit par : pomme | 05/09/2006

alors là, je dois avouer que c'est un problème majoritairement féminin que tu nous poses là. Moi c'est bien simple, c'est je rases les cheveux à la tondeuse ou quand j'en ai envie et les moyens une petit coupe toujours assez courte de temps en temps, et donc pas de problèmes de couleurs, de longueur ou de mèches rebelles. Et pour me coiffer, trois coups de peigne et une noix de gel et le tour est joué!
Un des avantages d'être un homme quoi! ;-)
Bises

Écrit par : pedro | 05/09/2006

heu... moi j'ai rien à dire sur les cheveux, c'est un sujet traumatique pour moi, je préfère garder un silence douloureux mais digne... par contre, pomme... j'avais pas vu le lien... non mais merci, je suis émue sans dec...

Écrit par : julie | 06/09/2006

@pedro : raaaaaah oui ! la chance !!! ;-)
Bises à toi !

@julie : je comprends ton silence, et je le respecte.
;-)))))
Bah c'est bien la moindre des choses le lien, je te lis assidûment, donc je le proclame !

Écrit par : pomme | 06/09/2006

Bon c'est pas pour joue les rabat-oije, mais ce billet a été publié il y a maintenant une semaine, il serait temps de songer à en faire un nuveau, non mais des fois ;-))
Je suis en manque ! ;-)

Écrit par : Hélène | 06/09/2006

@Hélène : Madame est servie ;-))
Nos discussions m'ont inspirée...

Écrit par : pomme | 06/09/2006

Merci pour ton acceuil chaleureux :o) d'habitude on entend partout beurk la picardie c'est pourri!

Sinon je confirme pour mon carré il est toujours plus beau le lendemain du lavage que le jour même mystère ;o)

Écrit par : Claire :o) d'AMIENS | 07/09/2006

Raaaah j'avions bien rigolé. J'ai pas la même nature de cheveux du tout mais cette odyssée m'a rappelé des souvenirs précautionneusement enfouis, adolescents et douloureux, qui auraient eu bien du mal à me faire marrer à eux seuls, et pourtant à la lumière de votre humour ils semblaient presque légers. Merci beaucoup.
J'ai pouffé allègrement à ce paragraphe dont j'extrais la phrase la plus emblématique "une coupe mi-afro mi-rase, dans un superbe camaïeu de fuchsia, et qui les fait ressembler à un cacatoès qui vient de prendre le jus".

Écrit par : Marie-Laetitia | 14/06/2007

@Marie-Laetitia : bienvenue ;-) Je suis toujours ravie de faire rire, surtout avec un sujet aussi douloureux... ah, les cheveux, supplice quotidien ;-)))

Écrit par : pomme | 14/06/2007

Les commentaires sont fermés.