Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2006

Un samedi soir comme les autres

Ca doit faire plus d’un an que je ne me suis pas retrouvée chez moi, seule, un samedi soir. C’est une sensation extrêmement étrange.

Ca ne me dérange pas plus que ça, de faire une pause ; je suis tranquille, la ville est calme, ça sent un peu la fin de l’été... c’est un moment particulier, fin août...

Malgré tout je ne peux pas m’empêcher d’imaginer ce qui se passerait en ce moment si ce samedi était comme les autres...

En début de soirée je mets la dernière touche à mon apparence ; les soirs de sortie, j’ai souvent l’impression que c’est un masque (rassurez-vous j’y vais mollo, je ressemble pas non plus à Mado la niçoise). Ca fait partie du rituel, maquillage et parfumage vaguement outranciers et décolleté de fille de joie, et puis ça m’amuse. C’est aussi une sorte de "dû" pour les gens que je rejoins, ils s’attendent à me voir comme ça. Un jour il faudrait que j’essaie de me pointer avec ma tête de saut du lit, pour voir s’ils me jetteraient des pierres. Non, ils n’iraient pas jusque-là, mais ils seraient un peu scandalisés quand même. Je suis heureuse de me farder pour eux, et puis ce n’est qu’une façade. En général je suis pimpante comme un sapin de Noël ; je parfais le tout avec mon arme fatale, mon sac doré à 800 dollars (enfin si on considère que le dollar a la même valeur que la roupie), je saute dans ma voiture, du moins tant qu’elle ne m’a pas explosé au visage, et me voilà partie pour l’aventure.

La soirée commence généralement par un apéro en terrasse, qui a invariablement lieu dans le même bar, on fait tellement partie du décor qu’on appelle le patron Maman. On s’attable bruyamment, on se bise, on se sourit, et on commence déjà à égréner des perfidies, sur nous, sur les autres clients, sur les gens qui passent. Oui, dire du mal, c’est pas bien, mais qu’est-ce que c’est drôle ! Et puis il y a forcément quelqu’un pour se moquer de nous dans son coin, alors autant prendre de l’avance non ?

Les bouteilles se succèdent et se vident, des bouteilles d’un vin blanc du coin qui est furieusement à la mode depuis quelques temps ; il a l’inconvénient majeur de donner des migraines spectaculaires au réveil, je crois que même la cuite à la sangria est plus douce, c’est pour dire ; d’ailleurs comme je vous aime bien, je vous donne le nom de ce breuvage démoniaque pour que vous puissiez fuir en courant si jamais vous croisez sa route : le Tariquet. N’en buvez pas ! Jamais.

Mais moi j’en bois, entraînée que je suis par ma troupe qui s’en délecte ; j’ai à peine le temps de gémir sur la casquette en plomb qui m’attend le lendemain matin, que déjà l’atmosphère se réchauffe... le niveau sonore augmente, les gestes se délient, les yeux sourient, les éclats de rire explosent. Oubliée la promesse de migraine, la joie d’être là s’impose toute entière ; comme souvent je pense que j’ai de la chance d’être entourée par ces garçons si beaux et si drôles, qui savent m’aimer comme je suis ; je jette un oeil à ma droite, ou ma gauche, et j’aperçois Petite Soeur qui rit avec eux. Je suis délicieusement bien, j’éprouve intensément le sentiment d’être exactement à ma place, bref, un truc qui ressemble à s’y méprendre à du bonheur s’immisce peu à peu en moi.

Entre temps toutes les nouvelles (et les ragots !) de la semaine ont été échangés ; boire, c’est bien beau, mais il faut penser à se sustenter. En général on se dirige vers un restau quelconque, non sans avoir bataillé rageusement jusqu’à ce que tout le monde tombe d’accord sur l’endroit : moi j’aime pas le fromage on va pas dans une pizzéria, moi il faut que je mange de la viande le végétarien c’est hors de question, moi j’ai envie de frites allons à Flunch (naaan je déconne), moi je suis au régime je rentre chez moi puisque c’est comme ça, moi j’ai pas faim je veux continuer à manger du vin, j’en passe et des pas mûres. Généralement je me mords les joues pour ne pas hurler "Pendant ce temps les enfants d’Afrique continuent à mourir de faim", de toute façon je m’en tape d’où on va, j’aime tout, c’est ça mon problème.

On finit par atterrir à table ; la variante régulière c’est qu’on soit accueillis généreusement chez de chers amis à jardin-piscine, et qu’on dîne voluptueusement sous les arbres au bord de l’eau silencieuse et rutilante. Un peu le rêve, quoi. L’alcool continue à abonder, autant le dire tout net, on commence à avoir un sacré coup dans le nez. Les esprits s’enflamment, quand on est ivre on devient sentimental... parfois je leur dis que je les aime, parce que je suis saoûle mais surtout parce que c’est vrai ; souvent on refait le monde, on n’est pas très originaux finalement ; ou alors on peaufine notre projet de maison de retraite collective, on s’imagine vieux, dans des fauteuils roulants, mais toujours au bord d’une piscine, et toujours ensemble. La vie est belle.

Pour moi c’est le moment critique ; plus ça va, moins je tiens le choc ! La fatigue me gagne souvent, et puis j’ai envie d’être seule soudain, envie de silence, de paix... Alors je les laisse à leur joie, sans regret puisque je l’ai partagée. Parfois j’arrive quand même à résister, et je suis le mouvement dans ses pérégrinations nocturnes. Nous arrivons dans une boîte, pathétique comme toutes les boîtes, mais quand on a envie de s’amuser, on s’amuse n’importe où ; encore de l’alcool, ce n’est vraiment pas raisonnable mais c’est bon... on se disperse un peu, on rencontre des gens, encore des bises et des sourires, mais plus flous cette fois... quand j’ai vraiment abusé du gin tonic, je pousse même le vice jusqu’à aller danser sur un remix lamentable de Madonna ou Mylène Farmer (aucun cliché ne nous sera donc épargné !) au milieu de splendides éphèbes torse nu qui se roulent des pelles langoureuses sur une estrade. Au bout de quelques minutes, le chaleur hallucinante finit par me pousser à nouveau vers le bar...

Mais là il faut vraiment partir, trop de gens, trop de bruit, trop sommeil... je m’éclipse, souvent la première ; eux dureront sûrement jusqu’au petit matin. Moi je refuse, me coucher au son des oiseaux qui recommencent à chanter, c’est une des choses les plus affreuses que je connaisse, je ne sais pas pourquoi mais ça me donne envie de mourir...

Enfin j’arrive chez moi, comme on rentrerait au pays après un interminable voyage ; j’ai le coeur rempli d’amour et d’un peu de mélancolie... je me débarrasse des stigmates de la soirée sous une douche fraîche, et je vais enfin me coucher, pour mieux rêver d’autres moments si intenses et si plein d’humanité... parfois je me relève en trombe pour prendre un Doliprane : c’est pas tout ça, mais qui c’est qui va se taper un mal de crâne d’enfer demain matin ?


Spéciale dédicace : à vous qui êtes à mes côtés lors de ces fabuleux moments... et pendant les autres aussi ; je chéris tous ces instants passés ensemble, ceux que j’ai décrits, et ceux qui se passent autrement, ou ailleurs. Merci...

Commentaires

Avant que j'oublie, emportée par le flots d'images et d'idées que m'inspirent tes écrits ...

... le Tariquet ! ahahah ! Tu sais que je l'adore, celui-là (alors tu penses bien, ne pas en boire ? mais dès qu'il apparaît, je ne peux lui résister !).

Découvert un jour de mariage (je m'ennuyais presque à mourir), j'ai bien regardé l'étiquette de la bouteille tant que ce n'était pas encore flou, et j'ai réussi à m'en souvenir !

Pas plus tard que dimanche dernier (bon ok, ça fait déjà une semaine), mon père en avait remonté une bouteille de la cave ! (ma mère adore, aussi) C'est alors qu'il nous a raconté qu'il avait croisé des jeunes dans la caves, qui ont aperçu sa bouteille, et l'ont tout de suite pris en considération en voyant que c'était du Tariquet !

... Apparemment, c'est à la mode partout ces temps-ci ! Mais moi, je l'aime pas pour ça (un truc à la mode aurait-il magiquement plus de saveur juste parce qu'il est à la mode ? Voilà un sujet hautement psycho-scientifique !) ...

Pour le mal de crâne qui en résulte, j'avoue que je ne me souvenais plus ... parce que ça remonte à 3 ans (et que la semaine dernière, un seul verre : je bois rarement beaucoup, encore moins en famille). Mais d'un coup ça a refrappé mon cerveau : il me semble bien, en effet ... Aïe !

Et je voulais dire, aussi, pour le chant des oiseaux qui accompagne le coucher matinal ... Je ne peux pas non plus ! D'ailleurs, je déteste les retours de boîte et autres soirées où l'on se couche à l'heure où le boulanger ouvre sa boutique ... J'ai l'impression de vivre un décalage qui ne me plait pas, d'autant plus que je ne suis déjà pas grande adoratrice des boites de nuit !

Enfin ... après mes longs "racontages" ... Me permettras-tu, encore une fois (et certainement pas la dernière), de te dire que je me suis délectée de ton récit ... Emportée dans ta soirée, c'est un peu comme si j'en avais vécu une en accéléré (sans le mal de crâne en prime :-p) ... Et ça tombe bien, je ne suis pas sortie non plus hier ;-) Merci !

Écrit par : Odile | 27/08/2006

Surenchère sur Odile! Sans sortir, j'ai vécu une très agréable soirée! Tu penses, me suis même cuitée au Tariquet dont TOUT le monde parle, sans jamais en avoir bu et sans batterie dans la tête, une première!

Écrit par : funambuline | 27/08/2006

J'ai bcp aimé!

Il faut que tu essaies la sangria blanche au Beaucoup -- ça tue mais quelle mort douce!

Écrit par : Lost in France | 27/08/2006

Ouah, moi aussi je suis sortie sans bouger de mon canapé... Je t'admire, tu as la forme, j'avoue que moi ces derniers temps, j'ai du mal... J'aime vraiment la façon dont tu décris l'apéro - le meilleur moment selon moi - cet instant plein de promesses et ce flot d'amour qui nous inonde après deux ou trois verres. Rien que d'y penser, j'en ai les larmes aux yeux. J'adore aussi l'idée que tu appelles le patron du bar Maman. Enfin comme d'hab, je me suis délectée... J'espère que ce samedi soir chez toi a été bon malgré tout... Ah, j'oubliais, moi j'adore entendre les oiseaux chanter le matin. ça me rappelle mes jeunes années. Parce qu'il faut bien le dire, ça se fait très rare... Le mieux je trouve c'est de les entendre après avoir fait l'amour, en rentrant d'une des soirées que tu décris. Mais ça aussi, je ne te le cache pas, ça se fait rare... ;-)

Écrit par : caro | 27/08/2006

Tiens, le Tariquet serait-il un truc de blogueurs : j'ai découvert ce vin lors de mon week-end du 15 août chez Madeleine ("Comm'un blog"). Je n'ai pas trop eu de casque à pointe le lendemain...

Sinon, ta note m'a rendue un peu mélancolique : je n'ai plus cette "bande" pour ma part, et ce genre de sortie, habituelle autrefois, est désormais très rare...

Écrit par : Traou | 27/08/2006

Pfffff, que d'émotions d'un coup, j'aurais peut-être dû morceler ma lecture, ça fait beaucoup, là!!
De ton "rien vouloir" que je comprends si bien, et contre lequel je lutte par manque de courage, au perfide vol du vélo, et de cet amour fraternel proclamé si fort, et qui me fait penser que mon petit frère rentre de Chine demain et que notre relation n'est jeune que de quelques mois, parce qu'avant c'était "massacre à la tronçonneuse", et puis cette chute sur le tariquet, inconnu de mon petit monde plutôt vin rouge fort en tanin, et surtout sur tes soirées très Grand Meaulne (j'en ai un souvenir assez vague, mais l'esprit me semble assez proche, entre ivresse et onirisme bucolique)
Rhhha, quand même, c'est un don celui que tu as là: tes chroniques ont un je-ne-sais-quoi, un goût-de-revenez-y, et je ne vais peut-être me calmer avec mes petites expressions mais c'est tout à fait ça.
Tout ça te rend très attachante, juste par tes mots et la vie telle que tu la racontes. Quand on dit que "la Pomme ne tombe jamais loin de l'arbre", bah moi je voudrais bien trouver un arbre comme le tien...
Contente de te retrouver!!!

Écrit par : mariaba | 27/08/2006

Moi j'ai qu'une chose à dire: Je rachète Air France pour rentrer au pays. Parce que là vraiment, ça me démange.
Et parce que j'aime ressentir ces beaux sentiments que tu décris si bien, et sentir que les gens s'aiment, et les aimer à mon tour. Et parce que, ok, ok, le tariquet c'est bon, mais définitivement hors de prix à Paris, 20euros la bouteille ça fait chéro la migraine non?

Écrit par : CherryOnTheCake | 27/08/2006

Roooh, moi qui aime tant le Tariquet ! Pour une migraineuse, c'est un comble ;-)
Je comprends bien le coup d'aimer tout le monde quand on a bu, ça me fait la même chose. Après j'ai honte, mais pas trop parce que c'était quand même la vérité ;-)

Écrit par : Hélène | 27/08/2006

Ah mais tout le monde connaît le Tariquet en fait !!! Je suis scandalisée, encore un truc que les Parigots nous ont piqué sans vergogne ;-))) Mon admiration éternelle pour toutes celles et ceux à qui ça ne file pas la migraine !

@Odile : quel beau commentaire, comme d'habitude... merci !

@funambuline : ah oui, chapeau dis donc ! Heureuse de t'avoir divertie !

@Lost in France : sangria au vin blanc, je présume ??? Why do you want me to die ??? ;-)

@caro : c'est sûr que vu comme ça, le chant des oiseaux est nettement moins morbide ! Merci de tes compliments...

@Traou : je ne voulais pas provoquer la mélancolie... désolée !

@mariaba : que c'est gentil ! Moi aussi je suis contente que tu sois de retour...

@CherryOnTheCake : quand tu auras racheté Air France, le coût de transport du Tariquet baissera, vu que tu en feras venir par palettes entières ;-)
D'ailleurs il faudra aussi que tu changes pas mal de trucs : par exemple si on pouvait avoir des avions qui roulent et pas qui volent, ce serait sympa ;-)))

@Hélène : moi aussi j'oscille entre les deux... l'ivresse est un état tellement particulier qu'on ne peut jamais la faire correspondre avec des sentiments éprouvés à jeûn... c'est pas très clair si ???

Écrit par : pomme | 27/08/2006

Et ta réponse à Hélène me fait penser que c'est affreux quand on fait des déclarations comme ça, mais qu'en face, la cible de nos élans est à jeûn.. Alors, moi, le lendemain je réalise que je me prends la honte, (car finalement les mots dépassent largement ceux qu'on emploirait à jeûn (même si on les pense ceci dit)), et je crève d'envie d'appeler la ou les cibles pour me justifier "euh-désolée-euh-j'avais trop bu..-euhhhh.." et finalement je m'enfonce.. Encore hier soir j'ai failli succomber à plusieurs reprises mais je me suis retenue de justesse, que je suis fière de moi!

Écrit par : CherryOnTheCake | 27/08/2006

Roh oui CherryOnTheCake, quand la "cible" est à jeûn c'est la honte intersidérale !! Moi aussi maintenant je me retiens (de justesse), mais qu'est-ce que j'ai pu en faire, des déclarations d'ivrogne ;-))

Si si pomme c'est très clair, on plane à tous les niveaux quoi ;-) Sinon en effet les parigots aiment bien le Tariquet, depuis quelques temps, mais je confirme que ce sont les toulousains qui l'ont découvert (Anne Cé a beaucoup fait pour la renommée de ce vin sur Marmiton) ;-))

Écrit par : Hélène | 27/08/2006

je ne connais pas le tariquet, ben oui je ne sors pas dans les bars, je me pinte gentiment en couple, en bretagne on a fait quelques bonnes soirées au cidre et au chouchen, mais ma boisson préférée c'est le vin vert portugais, ça pétille et ça fait rire. Sinon j'ai arrété de faire la fiesta le samedi soir en boite à 24 ans, les rares fois ou j'ai réessayé je me suis sentie décalée. Mais quelquefois j'aimerais avoir une bande d'amis comme la tienne pour cela.

Écrit par : maryline | 27/08/2006

tsss, les bordelais ont fait beaucoup aussi pour la réputation du tariquet!
sinon, tu m'épates pomme...tu sais décrire avec grâce ce qui finalement n'est qu'une banale soirée de samedi soir.
ce que tu dis est beau, très beau...c'est tout !

Écrit par : marie caroline | 27/08/2006

@CherryOnTheCake : bravo, tu progresses ;-)) Tu sais je crois qu'il ne faut jamais regretter de faire de jolies déclarations, même si sur le coup la personne est interloquée, au fond ça doit lui faire plaisir... en tout cas je suis sûre que la soirée a été géniale !

@Hélène : déclarations d'ivrogne, je suis morte de rire ;-)

Ah ah, Anne Cé est donc la coupable !!! Je m'en vais donc la châtier comme elle le mérite dès jeudi soir ;-)))

@maryline : ah mais la cuite en couple, j'approuve à 100% (j'ai testé, c'est pour ça ;-)) Je ne me rappelle pas avoir jamais goûté du Vinho Verde, mais je suis à peu près sûre que ça me filerait mal au casque aussi...

@marie caro : personne m'aurait l'outrecuidance de nier le rôle des Bordelais dans la promotion viticole ! (même pas une Toulousaine ;-))

Merci de tes compliments très touchants...

Écrit par : pomme | 27/08/2006

ouch je confirme pour le mal de casque, d'ailleurs ma nuite dernière a été affreuse, j'ai commis l'erreur d'entamer la bouteille de vinho verde alors que je me sentais patraque dejà ( je suis un peu migraineuse) et j'ai eu mal dans toute la tête à en pleurer, je crois même que j'ai demandé à mon copain d'appeler le samu ( oui je suis douillette). Enfin ça passe avec du paracétamol codéiné, et la codéine m'empeche de dormir. donc nuit blanche, et ben ça me servira pas de leçon ( je viens de finir les fonds de bouteille là toute seule...)

Écrit par : maryline | 27/08/2006

@pomme -- c'est fait avec cointreau, gin et cava (méthode champeignoise espagnole)!

Écrit par : Lost in France | 27/08/2006

Hi, hi, les apéros entre Zamis, l'alcool qui fait déborder le coeur d'un trop plein d'amour, le blues du petit matin, j'ai l'impression de lire l'histoire de ma vie !
Petite variante : c'est le Martini qui remplace le Tariquet dans mes saturday night sorties ;)

Écrit par : Fyfe | 28/08/2006

Pomme, jeudi soir tu pourras même punir une deuxième coupable, bordelaise qui plus est : Gloria, Mme Cuiller en Bois !

Écrit par : Anne Cé | 28/08/2006

@maryline : le mal par le mal, tu es sûre qua ça marche ? Moi non ;-)

@Lost in France : tu m'intéresses ! Je suis une inconditionnelle du gin, et je trouve le champagne espagnol de très bonne tenue ! On devrait aller en boire un verre ensemble non ?

@Fyfy : j'ai bu beaucoup de Martini, à une époque... beaucoup trop sûrement, maintenant je ne peux plus !

@Anne Cé : youpi ! une Bordelaise pour se défouler de tous les malheurs de la semaine ;-)))
Penses-tu, je n'oserai jamais, une telle sommité des blogs culinaires ! Et puis je serai trop contente de vous voir pour penser à être méchante ;-)

Écrit par : pomme | 28/08/2006

Brrr rentrer au petit jour, se reveiller le dimanche en début d'après-midi avec cette impression d'être deconnectée du réel, moi ça me déprime, je ne peux et ne veux plus !!
En plus c'est con à dire mais une fête il me faut 3 jours pour m'en remettre maintenant, je n'arrive pas à être raisonnable quand je sors.
Maintenant ça se passe chez des amis, plus simple pour les mômes, beaucoup de musiciens et ciennes dans ma "bande de vieux" (tant pis pour les voisins qui en font les frais), généralement on reste dormir parce que le permis c'est précieux. Ce samedi c'étais à la maison, merci le ménage dimanche !!

Écrit par : Laurette | 28/08/2006

Pour les fautes vous voyez ça avec ma secrétaire ;-))

Écrit par : Laurette | 28/08/2006

ton récit respire la joie de vivre et les plaisirs si simples mais tellement bons de la vie. Les souvenirs de chacun doivent remonter à la surface à mesure que l'on avance dans la lecture.

s'ennivrer avec les gens que l'on aime, se laisser aller à des moments précieux avec ses amis, rire aux éclats, raconter des mesquineries sur la voisine de table, regarder le bel éphèbe au comptoir avec un filet de bave qui pend en pensant "où tu veux quand tu veux"... Dieu que c'est bon!

Écrit par : Dorothée | 28/08/2006

@pomme -- la dernière fois je ne me suis pas arrêté après un verre ou deux - on a commandé des pichets de sangria blanche! je suis rentré direct au lit faire un gros dodo très saoûl!

Écrit par : Lost in France | 29/08/2006

@Laurette : roh moi aussi, plus ça va, plus j'aime les soirées "calmes"... entre guillemets hein !
J'étais morte de dire devant ton secon comm ;-)))

@Dorothée : oui, ça devrait toujours être comme ça la vie... c'est pas gagné ;-)

@Lost in France : Et le lendemain matin, tu as frôlé la mort c'est ça ? ;-)

Écrit par : pomme | 29/08/2006

@pomme -- exact! tu connais la chanson?

Écrit par : Lost in France | 29/08/2006

C'est exactement ça !

Une fois de plus tu as su trouver les mots justes, bravo ! Et chacun se reconnaîtra...

Sinon suis également extrêmement intéressée par la boisson diabolique délivrée au Beaucoup, merci Lost in France pour l'info. Et ça sera l'occasion d'aller saluer Phiphi !

Vivement samedi soir...

Écrit par : Jen | 29/08/2006

alors, finalement... on passe tous un peu les mêmes soirées... (enfin nous à paris on a pas la piscine qui va avec...).. on boit tous du tariquet... on a tous mal à la tête le lendemain... on s'est tous plus ou moins humiliés devant une personne de sexe opposé (ou non) ayant l'outrecuidance de rester digne...
mais ya que pomme qui sait si bien le raconter!

Écrit par : julie | 29/08/2006

@Lost in France : c'est-à-dire, j'en connais un certain nombre... mais là je vois pas... Help ! (pas la chanson, l'appel au secours ;-))

@Jen : roh oui allons-y, on y va jamais, pourquoi on y va jamais ? Ah oui c'est parce qu'ils passent de la musique de jeunes ! Mais on peut faire une exception spécialement pour le breuvage diabolique ;-)

@julie : hi hi ;-) Merci !!!!

Écrit par : pomme | 29/08/2006

@ pomme : juste tu promets de continuer à écrire c'est un tel enchantement de te lire ...

Écrit par : Minifée | 30/08/2006

@jen: je t'en prie ou, comme on m'a appris à dire à Toulouse, "avec plaisir"!

@pomme: tu verras, tu verras, tu verras ....

Écrit par : Lost in France | 30/08/2006

@Minifée : toujours aussi gentil...

@Lost in France : ah !!!! Nougaro. Quel poète...

C'est tellement plus joli, "avec plaisir" !

Écrit par : pomme | 30/08/2006

Merci d'avoir si joliment dit ce que nous vivons certainement tous. Tous ces moments partagés, nous les attendons toujours avec impatience. C'est pour cela qu'on remet ça ce week-end!!!
Plein de bises.

Écrit par : jean-christophe | 30/08/2006

Oups, je croyais que mon premier message n'avait pas été envoyé alors j'en ai réécrit un autre. Du coup, avec ce troisième message je prends plein de place.
Je m'en vais sur la pointe des pieds...

Écrit par : jean-christophe | 30/08/2006

@jean-christophe : tu peux prendre toute la place que tu veux... j'ai effacé le doublon ;-)

Oh oui alors, vivement ce week-end ! Ca tombe bien, c'est demain ! Bises pareil.

Écrit par : pomme | 31/08/2006

Mes soirées du samedi soir on rapidement tourné au sobre.
Ce n'était pas du Tariquet, mais du lourd. Ils ont du casser la porte des chiottes, me déshabiller (rien n'a pu être tenter, vu dans l'état ou j'étais !) et j'ai eu la honte de ma vie, que même encore aujourd'hui, j'ai honte, alors qu'il y a prescription.
Il a fallu que je teste mes limites, elles se sont avérées très courtes, 3 verres je pleure, 4 verres je vomis ; bonjour la charmante compagnie !!!!
Aujourd'hui je m'autorise 1 coupe de champagne ou du Ratafia de Bourgogne (hum).

Écrit par : Lucette | 31/08/2006

Hey Pomme, tu pars pas faire la nouba avant de nous laisser quelques mots à déguster, hein ? On n'a pas de tariquet, ici !

Écrit par : caro | 31/08/2006

@Lucette : c'est ce que j'ai appelle la cuite bon marché, trois verres ;-)

Ben faut pas avoir trop honte quand même, ça peut arriver ! Le Ratafia de Bourgogne, voilà qui semble engageant...

@caro : oh oui, réclamez-moi ;-)

Je vais y réfléchir... mais pas trop quand même ;-)

Écrit par : pomme | 31/08/2006

ma quête éperdue d'amour trouve en ces mots matière à s'apaiser...Quelque peu.Comme tu traduits à merveille ce bien-être partagé, cette vague de bonheur qui submerge, emportant avec elle tout ce qui chagrine ou tout du moins, anesthésie les maux jusqu'au lendemain.Gloire à ce breuvage ou à tout autre sérum de vérité qui en coulant dans nos veines, abat stupides empêchements et autres défenses pour que s'exprime le vrai des sentiments qui nous unissent et dont plus jamais je ne veux douter.Signé l'orthorexique de la bande, sans doute le plus chiant, le plus beau cela dit( phase de d'auto-valorisation réamorcée récemment!) et quoi qu'il en soit, le plus authentique lorsqu'il parvient à te dire qu'il t'aime!

Écrit par : david | 06/09/2006

@david : ah, David... que dire ? Hormis bien sûr que tu es sans conteste le plus beau. Et que j'approuve de toutes mes forces cette phase... et que je t'aime aussi...

Écrit par : pomme | 06/09/2006

Les commentaires sont fermés.