Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2006

Sister sister

Attention, ce post est d’un sentimentalisme dégoulinant, Barbara Cartland, à côté, c’est Schopenhauer. Le sujet est le suivant : ma petite merveille, ma petite soeur...

La première chose qui me vienne à l'esprit, c'est la chanson de Michel Le Forestier (si, il s'appelle Michel, écoutez Bénabar, vous verrez bien) : on choisit pas sa famille... ben moi, si j'avais pu choisir, ça aurait été elle quand même.

Penser à ma soeur m'évoque irrésistiblement la première fois où j'ai éprouvé de l'amour, consciemment en tout cas. J'avais six ans, et elle était là, minuscule, mais déjà pleine de ce caractère qui est incontestablement son plus grand charme. Je me sentais soudain importante, responsable... c'est toujours le cas, il faut bien l'avouer. A mon corps défendant... on ne perd pas si facilement ses vieilles habitudes. Toutes ces heures passées à m'occuper d'elle, à la surveiller, à la protéger... mon plus vieux rôle, probablement celui que j'accepte le plus volontiers.

Et puis l'enfance a été rude... six ans, c'est beaucoup, on ne s'est pas toujours comprises. Elle a toujours fait ce qu'elle voulait, comme elle voulait, quand je me mettais des tas de barrières, d'obligations, que sa liberté faisait voler en éclats. Elle était insolente, vive, fuyante, farouchement indépendante. Elle l'est toujours, je ne l'ai pas toujours été.

Un jour la vie nous a accordé une trêve, et laissé nos routes se rejoindre. Je crois pouvoir dire que jamais elles ne se sont plus séparées. Des vents et des marées sont venus, mais nous étions debout sur la digue, ensemble, main dans la main. Et quand la mer est calme nous jouons sur le sable en riant, comme à l'époque bénie où nous avions à peine conscience de nous-mêmes.

Elle était une enfant magnifique, elle est devenue une femme d'une beauté piquante. Son intelligence acérée et sa curiosité spirituelle en font une personne d'une conversation passionnante. Elle aime les livres et le bon vin, la fête et la réflexion. Elle est tout et son contraire. Ses convictions profondes vivent à l’épreuve de la réalité, elle est utopiste au sens le plus noble du terme.

Elle tient par-dessus tout à être elle-même. Elle n'a jamais laissé personne la contraindre. La moindre tentative a été déjouée, au prix parfois de certaines désillusions. Elle l'a accepté de bonne grâce, quand on est si douée on ne peut être que bonne perdante. Elle a cette souplesse, cette faculté d'adaptation aux situations qui me font cruellement défaut... on se ressemble jusque dans nos différences. Sans elle je ne serais jamais arrivée à être ce que je suis.

Elle dirait probablement la même chose de moi... et au fond ça me gêne ; j’ai parfois peur de l’influence que j’ai sur elle, je ne veux pas qu’elle soit comme moi, je ne suis pas un exemple. J’aimerais tant qu’elle se garde de la dureté, du désenchantement... je prie pour qu’elle ait toujours ce grain de folie qui n’appartient qu’à elle, qu’elle continue à chérir ses rêves, qu’elle sache se dérober jusqu’au bout aux gens qui l’attendent farouchement au tournant, dans une de ces fabuleuses réparties pleines de gouaille dont elle a le secret... le mot "humour" a été inventé pour elle. Comme elle ne lui trouve pas de limites, certains s’en offusquent... elle se moque d’eux une dernière fois avant de les laisser à leurs préventions ridicules. Elle est sans pitié, car elle sait qu’épargner les gens, ce n’est pas les aimer.

C’est étrange et doux de parler d’elle ; nous nous connaissons si bien, et si instinctivement... que parfois nous négligeons de dire certaines choses. Rien ne nous y oblige ; c’est donc un pur plaisir que d’écrire ces quelques mots. Ce n’est pas un portrait, car pour la cerner il faudrait l’équivalent de plusieurs tomes d’encyclopédie ; c’est juste un luxe que je m’offre, le luxe de pouvoir esquisser d’un trait léger les contours d’une personne pour qui mon amour est sans bornes.



Commentaires

C'est magnifique pomme ! Vraiment magnifique !!

Écrit par : Hélène | 22/08/2006

gloups.
pourquoi tu ferais pas écrivain comme métier à la place de l'autre?

Écrit par : julie | 22/08/2006

Bénies sommes nous des dieux, nous qui avons des soeurs ..(OK à 100% avec Hélène et son jugement très sûr !)

Écrit par : sophie L.L | 22/08/2006

Très belle esquisse ...

Écrit par : Stéphanie | 23/08/2006

@ pomme : qu'il est doux et émouvant de te lire écrire ainsi .. qu'il est doux de lire tant d'amour ... J'adorerais que qulqu'un quelque part m'aime autant pour écrire ca ...
Bravo

Écrit par : Mini fée | 23/08/2006

Je suis émue, très émue

Écrit par : Lucette | 23/08/2006

Bon, alors, la claque du matin, c'est fait (mon dieu, quel style, Pomme !)

Ce texte me serre le coeur.... Avoir une super soeurette, c'est quelque chose dont je ne me lasse pas d'être reconnaissante !

Écrit par : Fyfe | 23/08/2006

Que c'est beau... merci Pomme.

Écrit par : Anne Cé | 23/08/2006

pomme, je n'ai pas une soeur, mais un frère, plus jeune que moi. pour lui j'ai toujours le même réflexe protecteur que toi pour ta soeur.

Écrit par : Lost in France | 23/08/2006

C'est vrai qu'il y a un livre à faire là... Tu as le thème, les lectrices, il n'y a plus qu'à...

Écrit par : Caroline | 23/08/2006

ou la la la la
je pleure
c'est trop
bravo pomme

Écrit par : spider | 23/08/2006

Sublime pomme, si ta soeur lit ça elle risque d'être émue aux larmes... moi qui ne suit pas concernée j'ai déjà les yeux humides!

Écrit par : funambuline | 23/08/2006

je vais rajouter ma petite contribution (Hélène m'a piquée mes mots!)
les mots choisis pour parler de ta soeur sont magnifiques. Pomme & Pomme Jr ont l'air d'être deux larons en foire.
J'ai cette même chance que toi avec ma soeur, sauf que c'est moi la Pommette :)

Écrit par : Dorothée | 23/08/2006

Pour une fois je ne ferai pas de réponse individuelle, je suis sûre que vous me pardonnez ;-)

Merci à tous, vraiment, pour vos adorables compliments... ça me touche toujours, mais cette fois encore plus particulièrement....

Écrit par : pomme | 23/08/2006

C'est délicieux, frais, enchanteur à lire ... Je ne sais pas comment, mais tu as le don de rendre agréable et léger, ce qui chez d'autres aurait été lourd (genre "la grande déclaration"), aussi je suis étonnée qu'arrivée à la fin, je ne sois pas là à me dire "eh ben ... voilà du lourd" (même quand les sentiments sont nobles, c'est parfois trop, à mon goût du moins).

Enfin, "étonnée", pas tellement, j'allais d'ailleurs te ressortir mon fameux "encore une fois, les mots défilent et coulent de source" (ou synonymes ;-p)

Écrit par : Odile | 23/08/2006

et c'et très beau. même si je n'ai jamais hêlas connu ce genre de relation !

Écrit par : marie caroline | 23/08/2006

@ pomme : c'est marrant je viens d'écrire un post sur une amie que je considère comme ma soeur (j'en ai jamais eu de "vraie"), je visites ton blog, et v'là ti pas que tu parles de ta soeur!!! Incroyable!

Écrit par : pedro | 23/08/2006

Tu es cruelle Pomme, LA déception de ma vie, c'est d'être fille unique et tu me confortes dans ma position, même si pour le coup je n'y suis pour rien !!

Écrit par : Laurette | 23/08/2006

Superbe!

Écrit par : Esther | 24/08/2006

De la richesse d'avoir une soeur, la seule, l'unique qui est toujours là pour nous!

Écrit par : la nymphette | 24/08/2006

voilà un texte émouvant, un superbe hommage. à te lire je ressens encore une fois la solitude de l'enfant unique que j'ai été et que je suis encore, je n'aurai jamais cette complicité , je n'aurais jamais de neveux et nièces que j'aurais tant aimés.

Écrit par : maryline | 24/08/2006

Finalement je ne PEUX pas m'en empêcher, j'ai envie de vous répondre à tous, vous êtes si gentils... merci encore !

@Hélène : roooooh... c'est trop ;-)

@julie : c'est pas faute de vouloir, note bien ;-) Mais je me suis laissée dire que ça nourrissait pas son homme ;-)

@sophie L.L : oui, c'est formidable la sororité !

@Stéphanie : c'est très gentil !

@Mini fée : ton commentaire est très émouvant aussi...

@Lucette : j'étais aussi émue de l'écrire...

@Fyfe : c'est vrai que c'est irremplaçable une soeur.

@Anne-Cé : tout le plaisir est pour moi... à bientôt ;-)))

@Lost in France : c'est un vaste sujet... et un réflexe irrépressible, n'est-ce pas ?

@Caroline : merci de tes encouragements !

@spider : ben remets-toi quand même ! A demain peut-être ?

@funambuline : ben alors faut pas pleurer ;-)

@Dorothée : j'aurais bien aimé savoir, au moins une fois, ce que ça fait d'être la "petite"...

@Odile : je rougis...

@marie caro : mais la sororité ne se limite pas aux liens du sang, heureusement !

@pedro : les grands esprits se rencontrent ;-)

@Laurette : roh, désolée d'avoir fait resurgir ça... pardonnée ?

@Esther : merci beaucoup....

@la nymphette : oui, c'est exactement ça !

@maryline : welcome back ! C'était bien la Bretagne ?
Je pense que je comprends, malgré tout, ce que tu veux dire à propos de la solitude de l'enfant unique.

Écrit par : pomme | 24/08/2006

oh la bretagne super, il a fait très beau, j'ai pris un coup de soleil même. je n'ai pas vu la pluie, juste un peu de crachin qui n'empeche nullement de se balader. Et j'ai mangé du kouig aman, arrosé de chouchen. Oui pour moi découvrir une région ça commence par la bouffe. Euh désolée pour le HS, mais comme tu as poliment posé la question.)
en fait la solitude de l'enfant unique ça ses bons cotés, que tu imagines, mais ça reste un peu pesant. En fait j'ai toujours recherché des liens très étroits avec des amies pour me faire des soeurs par procuration. J'en ai gardé une (d'ailleurs de l'époque Iep) et je suis la marraine de son fils.

Écrit par : maryline | 24/08/2006

Ce texte me touche beaucoup... D'autant plus que j'en ai trois, moi, des soeurs, dont une plus jeune, et que pour ma part, avec elle c'est plutôt raté : conflits continuels, non-communication, sentiment d'être étrangères (et nocives) l'une pour l'autre... Finalement, on "choisit" sa famille aussi, du moins la distance ou le lien étroit que l'on crée...
Bises à vous deux

Écrit par : Traou | 25/08/2006

argh démasquée comme une débutante
à ce soir
biz

Écrit par : spider | 25/08/2006

C'est (encore) superbe!

Et ce qui est le plus fort, c'est que chacune avec notre soeur, nos relations, notre histoire... on peut ressentir la même chose. L'amour soeuroral/fraternel est souvent très fort, bien particulier.
Je me rapelle du film de Breillat "A ma soeur" qui l'évoque si justement.

Écrit par : Casual | 25/08/2006

@maryline : pas de problème pour le HS au beurre salé bien sûr ;-) Je suis entièrement d'accord, découvrir une région passe d'abord par la nourriture !
J'imagine qu'on essaie de "compenser", d'une certaine façon... et je vois que tu y arrives !

@Traou : c'est très vrai, qu'on se crée sa "famille" en dehors de celle que l'on a déjà... bises de notre part à toutes les deux ;-)

@spider : héhéhé (rire démoniaque) ;-)

@Casual : merci ! Je n'ai pas vu ce film, mais je me souviens qu'il m'avait interpelée à sa sortie...

Écrit par : pomme | 25/08/2006

Pomme, que dire de plus ? Elle en a de la chance, ta soeur, d'être aimée de la sorte ! Elle a dû avoir de drôle de frissons et les yeux bien mouillés à la lecture de ce si beau texte. Tu as indéniablement du talent, il ne faut pas le laisser en friche... Heureuse de te retrouver.

Écrit par : caro | 25/08/2006

ah le beuure salé, une institution en bretagne. J'ai cru que l'épicière allait me ficher dehors quand j'ai acheté du beurre doux, véridique! ils font même les gateaux avec.

Écrit par : maryline | 25/08/2006

Comme c'est merveilleux de pouvoir parler de quelqu'un en ces termes! Je crois que si une de mes soeurs disait cela de moi, je fondrais en larmes dans ses bras.

Les rapports frère et soeurs, c'est en grande partie ce qui m'a construite. Du coup, je veux plein d'enfants pour ne pas les priver de ce que j'ai vécu!

Mille merci pour ce texte qui m'a émue plus que je ne l'aurais cru.

Écrit par : Emma Bovary | 26/08/2006

@ pomme tes reponses sout toujours délicieuses ... mais n'iverse pas les rôles ... TU, enfin ton post, est abominablement touchant ... nos (mes) commentaires ne sont qu'à l'aune de ton émotion ...

Écrit par : Mini fée | 26/08/2006

@caro : moi aussi ! merci de tes compliments...

@maryline : ;-)))

@Emma Bovary : avec plaisir !

@Mini fée : je rougis....
Ca se prépare ce concert ? ;-)

Écrit par : pomme | 26/08/2006

Il paraît que ce qu'on voit chez les autres et en fait le reflet de nous-même, ;-)

Allez, faut que je fasse une petite soeur ou un petit frère à mon fils!

Écrit par : anais | 27/08/2006

@anaïs : quelle belle phrase... je la trouve très vraie, à une nuance près : je pense que ce que je vois chez ma soeur est le reflet du meilleur de moi-même... le reste, je préfère le laisser de côté ;-) Merci de ton passage !

Écrit par : pomme | 27/08/2006

Je pense sérieusement à faire imprimer ce texte sur de la tapisserie pour en recouvrir les murs de ma chambre, et de tout mon appart tant que j'y serai...

Suis outrageusement flattée, évidemment. Heureusement que j'ai un coeur de pierre, sinon je ressemblerais à Pandi Panda, c'est malin ;-)

Qu'ajouter sinon que tous les mots du monde ne suffiraient pas à exprimer ce que je ressens pour toi... et continuer longtemps à jouer sur le sable...

Écrit par : Jen | 29/08/2006

@Jen : mais voilà la star du jour ! Applause !!!!

Oui enfin c'était un euphémisme hein, n'essaie pas de me traîner à la plage, tu sais comme je déteste ça ! (j'ai déjà écrit tous les trucs sentimentaux que je pense, je trouvais de mauvais aloi d'en ajouter....)

Écrit par : pomme | 29/08/2006

Les commentaires sont fermés.