Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2006

P'tit voleur

Vi, c’est le titre d’une chanson de Renaud, mais je suis sûre qu’il ne m’en voudra pas de le lui emprunter de façon si cavalière ; à mon avis, il ne s’en rendra même pas compte, occupé qu’il est à pouponner. Oui, j’ai acheté Voici (j’ai le droit, c’est les vacances, à défaut de plage et de farniente au soleil, je lis des magazines débiles), mais ça compte pas, je le savais déjà : Renaud est à nouveau papa, d’un petit garçon né le... 14 juillet. L’ironie du sort est parfois implacable.

Evidemment ce n’est pas de lui dont je veux vous parler ; non, c’est de moi, bien entendu (quelle question !). Or donc, ce matin, descendant vaillamment les escaliers menant au coupe-gorge qui me sert de parking, j’arrive à l’endroit où j’entrepose l’objet dont je me sers le moins après ma balance : mon beau vélo rutilant tout neuf que j’ai acheté ce printemps. Dans un premier temps, je ne le vois pas. Le hic, c’est que dans un deuxième temps, je ne le vois toujours pas. Ma première pensée est de me dire "Tiens, quelqu’un a déplacé mon vélo, il devait gêner" (je suis parfois d’une naïveté sidérante). Et soudain, dans une bouffée de fureur et d’indignation, je me rends à l’aveuglante évidence : ON M’A ENCORE VOLE MON VELO !!!! Pour la deuxième fois, oui Madame !!! C’est pas Dieu possible !

Bon, il faut reconnaître qu’il est relativement magnifique, et qu’à ce titre il doit susciter les convoitises ; mais là, quand même, pile un an après le premier vol, rebelote ! D’ailleurs qu’est-ce que c’est que ces gens qui chourent des vélos autour du 15 août ??? Désoeuvrement total, bien compréhensible du reste, il n’y a vraiment pas grand-chose à faire en ce moment à Toulouse ; désespoir soudain lié à l’arrivée inattendue de l’hiver, et poussant à commettre des forfaits abominables ? Nécessité impérieuse de trouver un moyen de locomotion pour aller jusqu’à un calvaire de haute montagne rendre grâce à la Sainte Vierge ? L’histoire ne le dit pas. Sans compter que cette fois, échaudée par le premier larcin, j’avais aussi acheté un antivol de deux cents kilos de la mort qui tue ; bravo Monsieur Antivol, vous seriez pas arrivé avant-dernier à votre école d’ingénieurs par hasard?

Le résultat, c’est que j’ai de nouveau plus de vélo. Faut être honnête, il ne va pas non plus me manquer atrocement ; depuis mes mésaventures côtières, je rechignais à m’en servir. Pour une fille, je pense avoir un taux de testostérone légèrement supérieur à la moyenne, mais de là à pouvoir un jour participer au Tour de France, j’avais un peu abandonné l’idée, notez. M’enfin quand même, de temps en temps, quand j’étais CERTAINE de ne rencontrer que du plat sous mes roues, il m’arrivait de m’en servir...

Réprimant la fumée qui me montait aux naseaux, je suis partie bosser ; sur la route, évidemment, je suis montée en pression toute seule, échafaudant des plans démoniaques pour punir l’infâme voleur (la bonne blague) ; je rédigeais mentalement un mot assassin à placarder dans les couloirs de mon immeuble pour menacer de mon courroux et de ma vindicte éternelle le coupable ; je calculais déjà où caser mon prochain engin dans mon appart’ (ben oui, j’ai pas de balcon, c’est con). Et puis subitement, la peur de passer pour une folle m’a étreinte ; je me suis dit "à quoi bon ?"... mon vélo est parti, et jamais je ne le reverrai...

Après ce moment d’émotion d’une intensité poignante, un peu comme dans Sur la route de Madison, ma colère s’était évanouie. J’avais envie de m’en foutre. Je déteste l’idée d’être attachée à des objets. Je vais pas vous faire le coup de "La propriété, c’est du vol" (quoiqu’il faudrait pas beaucoup me pousser), mais franchement, je n’arrive pas à tenir vraiment à des choses, même (surtout ?) quand je les ai achetées avec mes sous. On peut bien me voler tout ce qu’on veut, on n’arrivera jamais à m’enlever ce qui est vraiment important pour moi : ce que je suis, profondément, et l’amour des gens autour de moi. A côté de ça, un instrument de torture déguisé en moyen de locomotion, ça fait pâle figure, non ?

Ca fait du bien de se détacher de ce genre de possessivité, ça permet de se concentrer un peu sur le reste. Bien entendu, je possède aussi des choses auxquelles je tiens follement, souvent moins en raison de leur prix que de la valeur sentimentale que je leur accorde ; d’ailleurs ce sont généralement des cadeaux. Mais pour le reste... l’objet le plus coûteux que je possède doit être mon ordinateur, pour vous donner une idée. Ah si, il y a ma voiture, mais vous savez déjà ce que j'en pense. Et puis c'est pas pareil, c'est ma môman qui me l'a donnée, tu m'etonnes, elle en voulait plus ! (mais ça m'a fait plaisir quand même, Maman !) Je vous l'ai dit, je suis une enfant gâtée... Je reste quelqu’un de très matérialiste dans le sens où je chéris mon petit confort, on est petit-bourgeois ou on ne l’est pas ! Mais sortie de là, la possession ne me motive pas du tout. De toute façon, je suis révulsée par la consommation effrénée à laquelle on est sans cesse poussés, et qui est un véritable miroir aux alouettes ; mais c'est sûr, pendant ce temps, on n'a pas le temps de penser aux vrais problèmes... toujours la même histoire.

Et puis le vol... c’est devenu pour moi une notion très relative, avec le temps. J’ai pourtant été élevée dans des principes moraux hyper stricts ; ma seule expérience de vol s’est conclue par une engueulade si monumentale que je n’ai plus jamais recommencé. C’est bien simple, ça ne me vient jamais à l’esprit, je suis désespérément honnête, si c’est pas malheureux. Cela dit ça ne m’empêche pas de penser que voler, c’est pas forcément mal. Par exemple voler dans les grandes surfaces, je trouve ça plutôt bien, même, ils ont moins besoin d’argent que nous, vous croyez pas ? Et depuis que je travaille dans une banque... alors là c’est le pompon, j’ai découvert que parfois, le vol était LEGAL. Oui, je l’affirme, la loi autorise ceux qui en ont le moins besoin, encore une fois, à voler en toute impunité des gens qui eux, courent après 50 balles du début à la fin du mois. Et qui, ensuite, me piquent mon vélo. CQFD.

Voilà, comme d’habitude, pour faire passer mon énervement je suis partie dans des pseudo-théories fumeuses, et encore une fois ça a super bien marché. J'en ai conclu que je préférais me faire voler ma bicyclette par quelqu'un qui en avait probablement plus besoin que moi, toute condescendance mise à part, que de me faire carotter des agios imaginaires par un banquier à costard en alpaga (par contre, si c'est un banquier à costard en alpaga qui m'a volé mon vélo, il vaut mieux pas qu'il me tombe entre les pattes). J’ai donc accordé magnanimement mon pardon sans conditions à tous les voleurs de vélos de la Terre, et fini ma journée pleine d’amour pour l’humanité entière (sauf les banquiers et les groupes de distribution, donc) ; dans ma voiture, je suis tombée sur une station de radio diffusant une chanson de Céline Dion, et j’ai même pas zappé, c’est dire !

Finalement je suis bien contente de ne pas lui en vouloir, à mon p’tit voleur ; quant à vous qui me lisez, je vous entends déjà fourbement marmonner dans votre barbe "Mais ça l’arrange bien, en fait...". Je ne vous permets pas ! Et pour vous contredire, je suis prête à racheter un vélo. Et un antivol, bien sûr...


Commentaires

c'est une de tes plus jolies notes, Pomme.
C'est comme ça que je t'aime, moi !
Et je rêve, ou il y a un film célèbre, italien (que j'ai pas vu), qui s'appelle "Le voleur de bicyclette" ? Vittoro de Sica je crois..mais j'en sais pas +.

Écrit par : sophie L.L | 17/08/2006

Encore une fois de jolis mots, et le plaisir de te lire, tout d'un fil ... (je ne crois pas que cela se dise, mais j'avais envie) ...

C'est dommage pour ton vélo, même si tu parviens à ne pas en vouloir au voleur dont tu ne connais de toute façon pas l'identité (parfois vaut mieux).

Je reste convaincue, pour ma part, que le vol, c'est pas bien. C'est peut-être de la morale de bas étage, mais où va-t-on si on tolère le vol (enfin ... comme tu dis, y'a des endroits où le vol est légal ... et ce sont, le plus souvent, les petits particuliers qui trinquent ... mais bon, ça ne justifie pas tellement le vol pour autant).

Et puis dire que voler dans les grandes surfaces, c'est moins grave voire bien car ils ont plein de sous (par rapport au petit consommateur), ça ne me paraît pas justifié ni conforme à la réalité : certes, les grands groupes ont certainement plein d'argent.

Mais sur qui ça retombe quand il y a des vols ? Pour avoir été caissière deux étés (bon ok, c'est rien ... mais ça permet de discuter avec les habitués), j'ai constaté que les vols retombaient sur les caissières, ceux qui font les rayons, etc.

On les soupçonne d'avoir piqué dans les stoks, on les fait recompter les marchandises, on se défoule sur eux, c'est tellement plus facile que d'inquiéter un hypothétique voleur extérieur au magasin ...

Bon alors, je ne dis pas que cela se passe toujours ainsi, de façon injuste, et que les vols ne sont jamais commis par des employés du magasin ... mais tout de même, je ne suis pas d'accord pour cautionner les vols, fûssent-ils en grande surface super friquée ...

Du reste, j'ai beaucoup apprécié ton article :)

Écrit par : Odile | 17/08/2006

Mouwi … je ne suis pas très attachée à ce genre d’objet mais tout de même subir un vol est toujours difficile à vivre et impardonnable (phrase que je ne répèterais pas si j’étais gérante du Ca$µ$ùfour et que je venais d’attraper une mère de famille volant de la viande pour ses mômes)
J’ai un joli vélo … très cher et offert par mon amoureux … c’est actuellement un beau support pour araignées en tous genres dans le garage ;-)
Sinon, en histoire de vélo y’a aussi le souvenir douloureux d’un coup de téléphone de mon amoureux sortant du cinéma et qui m’annonce un sanglot dans le voix qu’on lui avait volé son beau vélo tout neuf … c’était la première fois qu’il allait en ville avec...
Et un autre souvenir plus difficile quand les urgences m’ont téléphonée …mon homme s’est étalé tout seul comme un grand avec son deux roues … résultat : deux dents en moins, points de suture dans le visage … il a évité les miroirs pendant 2 mois !

Sinon, j’avoue … j’achète Public depuis le mois de juillet et je ne connais pas la moitié des people qui sont dedans … c’est grave docteur ?

Écrit par : Stéphanie | 18/08/2006

Je t'admires d'être aussi détachée. En théorie, je suis d'accord avec toi, les choses matérielles devraient rester simplement matérielles (et donc remplaçables).
Mais en vérité dans la vraie vie, je m'attache à presque tous les objets (et si j'attrape celui qui m'a volé mon trombone fantaisie porte bonheur, il va y avoir du grabuge).
C'est dramatique. Je n'arrive jamais à jeter les objets, même quand ils sont moches, vieux, cassés. C'est mon côté nostalgique, tout est souvenir !

Écrit par : Fyfe | 18/08/2006

J'ai ADORE cette note, elle m'a fait immédiatement penser à la chanson de BRASSENS, "stances à un cambrioleur" c'est exactement le même "parcours mental".
C'est dire si je trouve ta note superbe, quand on sait à quel point j'aime ce Monsieur.
En tout cas, joli moment d'apprentissage sur le détachement.
Nous on nous a cambriolé en 3 mn, ils ont emporté les bijoux. Après le premier choc de savoir que quelqu'un était entré chez nous. Nous avons été content que la maison n'ait pas été saccagée les bijoux avaient certes de la valeur financière mais surtout de la valeur sentimentale. Je n'ai pas été jusqu'à dire qu'ils avaient volé parce qu'ils en avaient besoin (faut pas déconner tout de même !) mais nous avons su relativiser très vite car ce qui était fait, était fait. Au Noel suivant j'ai eu droit à une jolie bague............
PS au lieu du vélo, essaie les rollers (plus facile à caser chez toi................!!!!

Écrit par : Lucette | 18/08/2006

pomme -- j'ai adoré! Même les voleurs doivent préparer l'année académique. Tu vois tous ces reportages de mamans avec leur mômes en grande surface en train d'acheter des fournitures pour la rentrée, DEJA. Bon, c'est un peu pareil.

Quant à moi, mon vélo est dans la cave. Je l'ai abandonné après trops de pneus crevés (tu vois, je ne suis pas bricoleur), même après avoir mis du kevlar entre les pneus et les tubes pour les protéger (tu vois, je suis sympa -- c'est comme une pub pour des préservatifs -- couvrez-les!).

Et c'est vrai, moi aussi j'ai eu un vélo volé à Toulouse, ou peut-être je l'ai laissé dans un atelier entre deux avions -- je ne sais plus (tu aurais déviné, je suis tête en l'air).

Écrit par : Lost in France | 18/08/2006

@Dolgo : merci du renseignement ;-)

@sophie L.L : c'est gentil ! Moi aussi je me préfère comme ça ;-)
Oui il me semble bien que c'est un film de de Sica, mais je ne l'ai jamais vu, je suis nulle en cinéma ! Peut-être que je devrais me décider à le voir finalement ;-)

@Odile : je comprends très bien les nuances que tu apportes sur le vol... c'est toujours pareil, les belles théories, confrontées à la réalité, à l'humain, elles se cassent facilement en mille morceaux....
Je suis heureuse que tu aies apprécié malgré tout ;-).

@Stéphanie : c'est étonnant, maintenant les "stars" dont on parle dans ces journaux sont de parfaits inconnus... peut-être que les vrais stars ne font pas assez de bêtises ;-)
C'est sûr qu'être volé n'est jamais une expérience agréable... pas plus qu'avoir un accident de bicyclette ;-)

@Fyfe : j'étais comme ça aussi, avant, je n'arrivais jamais à rien jeter, chez moi ça ressemblait un peu à un dépôt d'Emmaüs ;-) Et puis ça m'est passé... c'est un peu d'angoisse qui s'en va, en fait.

@Lucette : je n'ose accepter la "comparaison" avec le glorieux Sétois... en tout cas mille mercis !
Etre cambriolée, je le vivrais sans conteste beaucoup plus mal, car au vol s'ajoute la violation de l'intimité, et ça c'est vraiment affreux... je compatis ! Moi je serais brisée si on me prenait les bijoux auxquels je tiens beaucoup... mais tu as raison, il faut relativiser !
Des ROLLERS ???? Mais tu veux ma mort ma parole ;-)

@Lost in France : j'ai beaucoup ri à l'évocation des voleurs qui préparent la rentrée ! Mais c'est peut-être vrai après tout !
Tête en l'air, je crois que c'est le mot en effet ;-)

Écrit par : pomme | 18/08/2006

pomme -- oops! tête en l'air c moi!

Écrit par : Lost in France | 18/08/2006

Argh, j'aurais convulsé et me serais dirigé tête baissée vers le commissariat le plus proche pour déclarer le vol.

Bon, en même temps, j'aurais eu l'air con.

J'ai pas de vélo.

Écrit par : Mathieu | 18/08/2006

un nouveau vélo ! un nouveau vélo !

Écrit par : Mini Fée | 18/08/2006

Ah ah ! Tu m'as enlevé les mots de la bouche, évidemment que tu es bien contente d'être débarrasée de cet engin du diable, avoue ! ;-)))
(oui bon je suis désolée, j'ai pas l'esprit philosophe aujourd'hui ;-))

Écrit par : Hélène | 18/08/2006

dis, tu me prêtes ton parking, pour que j'y gare mon vélo?

Nan je déconne...quoi que...c'est pas très plat Paris finalement ;-).

Pour ce qui est du pardon, moi les voleurs je leur pardonne surtout quand ils chourent leurs scooters de crâneur aux banquiers en alpaga.
En dehors de ça je râle comme c'est pas permis.

Mais j'suis un peu maudite avec les moyens de transport sur roues.

Ma mob volée 24 h après son achat, ma voiture fracturée 24 h après la pose d'un autoradio tout neuf....puis dans mon malheur j'ai vraiment pas eu de bol, j'suis tombée sur des débutant qui m'ont tordu une portière et fracassé le tableau de bord pour un pauvre autoradio basique même pas qu'il a l'effet suround dolby super bass.

Bref, non je suis pas compatissante avec les voleurs. C'est pas tant l'instinc de propriété.
C'est que souvent les voleurs comme les banquiers s'en prennent à des gens qui n'ont pas grand chose eux non plus.


Jo

Écrit par : Joëlle | 18/08/2006

A Bordeaux, si tu te fais voler ton vélo, tu as une chance sur deux de le retrouver au marché saint michel! C'est que l'économie parrallèle c'est important. Sinon face à la multiplication de ces larcins, ils ont lancé le tatouage du vélo. De là à te dire, si c'est efficace, je ne sais pas. Je circule à pieds et en tram!

Écrit par : marie caroline | 18/08/2006

@Lost in France : enchantée ;-)

@Mathieu : j'adore tes commentaires !!!

@Mini Fée : ah ne me pousse pas au crime !!!! ;-)
Je suis parfaitement capable d'en racheter un tu sais ! Mais pas tout de suite, faire du vélo avec ce temps c'est un coup à choper une pleurésie !

@Hélène : j'étais sûre que tu y penserais ! Oui, j'avoue, un peu... ;-)

@Joëlle : dans mes bras ! Nous sommes jumelles cosmiques de malheurs transportiques ! Je suis maffrée à vie dès qu'il s'agit de me déplacer ;-)
Pas l'instinct de propriété pour moi non plus, juste un sentiment d'injustice en fait...

@marie caroline : connais-tu ta chance de ne circuler qu'à pieds et en tram ??? Je suis éternellement jalouse ;-)
Tatouages pour vélo ? Ca alors, je n'y aurais jamais pensé !

Écrit par : pomme | 18/08/2006

@ pomme : AH! Des histoires de vol de vélo j'en ai des tonnes à raconter! Il faut dire qu'à Strasbourg le vélo est roi, il y en a à tous les coins de rues, tous les étudiants se déplacent à vélo. Quand je suis arrivé dans cette ville, j'ai donc acheté un vieux biclou à 50 balles (à ce prix là il devait être volé). Je me le suis fait volé pas très longtemps après. Du coup, j'en ai volé un autre (un vieux biclou sinon je me serais pas permis). Plus tard, j'ai recroisé mon premier vélo (j'ai cru le reconnaitre en tout cas) grossièrement repeint d'une aute couleur. Puis je m suis fais volé mon second vélo, j'en ai volé un autre... Et ça marche comme ça pour beaucoup. Du coup, c'est comme si Strasbourg était un immense parc à vélo dans lequel t'as le droit d'emprunter celui que tu veux avant de devoir le prêter à quelqu'un d'autre. Et donc pas de propriété, pas de vol, comme tu l'as si bien dis!

Écrit par : pedro | 18/08/2006

chouette une jumelle cosmique de plus hé hé :-D

Écrit par : Joëlle | 18/08/2006

@pedro : je ne savais pas qu'il existait des expériences de collectivisation de vélos à Strasbourg ;-)
Dis donc, ça serait pas toi qui me l'aurait chouré par hasard ??? Remarque ça fait un peu loin de Strasbourg, Toulouse, même pour devenir l'heureux propriétaire de ma petite merveille ;-)

@Joëlle : ;-)))

Écrit par : pomme | 18/08/2006

J'admire ce détachement ! C'est un peu différent, mais quand j'ai été cambriolée, même si on ne m'a pas volé grand chose et qu'il n'y a eu aucun dégât (on ne voyait pas que quelqu'un était passé à moins d'ouvrir les placards), j'ai mis du temps à m'en remettre. Alors trouver des circonstances atténuantes à mes cambrioleurs, ça ne m'a même pas traversé l'esprit !

Il me semble que c'est Renaud justement qui racontait dans une interview comment il avait piqué une montre un jour dans une maison misérable, pour une espèce d'exercice d'initiation, et la honte qu'il avait ressentie après...

Écrit par : Catherine | 18/08/2006

Un article de pomme est toujours gage de qualité.
En plus je pense un peu comme toi (méa culpa), j’ai toujours pensé que les voleurs sont tout simplement attirés par ce qu’ils ne peuvent pas acquérir faute de moyen (mon homme me dit que je suis tarée et trop idéologiste)
Moi mon vélo est dans ma cave, en panne, la roue bloque t c'est très bien, ça me donne une bonne raison de ne pas m'en servir.
Au départ c'est une copine qui cherchait désespéramment à s'en débarrasser (à mon avis) qui me la donné; Je me dis super je vais aller bosser à vélo !! Bon c'est arrivé qu'une fois (les rues de Toulouse sont trop dangereuses à mon goût, et les pistes cyclables c'est comme les transports en commun : du n'importe nawak !!).
Bon sinon si tu décides de faire graver ton prochain engin de torture, Port St Sauveur, l’asso Movimento propose ce service, en plus je travaille à côté ce qui te donnerais une occas de venir me voir de visu pour de vrai !!

Écrit par : Laurette | 18/08/2006

@Catherine : oui je me souviens très bien de cette interview ! Je l'avais trouvé très touchante, et j'étais d'accord avec le fait que voler moins riche que soi, c'était ça qui était vraiment mal... je comprends les remords de Renaud, et je trouve ça plutôt courageux d'avoir raconté ça.

Comme je disais à Lucette plus haut, je pense que je réagirais très différemment si j'étais cambriolée !!! Je crois que je serais beaucoup moins portée sur l'indulgence, car dans ce cas ce n'est même plus un problème de vol, mais de viol de l'intimité, et là c'est intolérable ! Je ne supporte pas l'idée que qui que ce soit entre chez moi en mon absence, même si c'est un proche ! Ca doit être freudien ça aussi ;-)

@Laurette : c'est très gentil !

Moi aussi je pense que si la société qui nous entoure était moins dure et moins injuste, il y aurait sûrement moins de petits voleurs... mais c'est vrai que ce genre de discours a vite fait de vous cataloguer "illuminée" ! Résistons ! ;-)

Ah, les rues de Toulouse... parfois je me dis que la circulation y est digne d'une mégalopole indienne ! En vélo je me sens aussi vulnérable que sur un bûcher ;-) Bravo pour l'excuse de la roue qui bloque, c'est très habile ;-)

Écrit par : pomme | 18/08/2006

@pedro et @pomme,

Maintenant à Toulouse il y a un système de prêt de vélo, surtout les dimanches sans voitures au centre ville. Je pense que la mairie va généraliser ce système. Bientôt, on ne va plus avoir besoin d'être propriétaire d'un vélo (avec tous les soucis que la propriété entraîne).

Je me souviens quand j'avais une voiture, je me souciais pour elle -- vols, accidents, accrochages, etc. Et si la vraie liberté était de ne pas être propriétaire et, par conséquence, de ne pas être la propriété de ses propres biens?

Écrit par : Lost in France | 19/08/2006

pleurésie : j'adore ce mot ... on s'enrichit tellement à ton contact chére Pomme .... ;-) lol

Écrit par : Minifée excitée | 19/08/2006

Il paraît qu'à Amsterdam, au vu du nombre de vélos existants, et du nombre de vols déclarés et du nombre calculé (je ne sais pas du tout comment) de vols non-déclarés par année, chaque vélo de la ville est volé environ 4 fois par année!!!! Alors? ton parking a l'air plutôt tranquille à côté non?

Écrit par : funambuline | 19/08/2006

J'ai eu un vélo une fois à Paris... vingt-quatre heures seulement, ils ne m'ont laissé que le super-méga-cadenas.... En plus je l'avais emprunté à un copain because big grève de métro et rendez-vous super important à l'autre bout de Paris.
Pendant les 24 heures où j'ai roulé avec, j'ai trouvé ça super sympa et je m'étais dit que j'en achèterais bien un pour moi. Oui, j'en ai bien racheté un, à mon copain, bien sûr... Et vive le métro, je peux bouquiner ! ;-)

Écrit par : Traou | 19/08/2006

@Lost in France : c'est EXACTEMENT ça (beaucoup d'exactement pour aujourd'hui ;-)) : ne pas être la propriété de ses biens, ce serait détestable.
Je vais me renseigner sur ce système de prêt de vélos...

@Minifée excitée (excitée par quoi ?... on peut savoir ? ;-)) : pas de moqueries ok ?
Naaaan je rigole !

@funambuline : ah ben c'est sûr qu'avant que je rachète quatre vélos par an, il va en passer de l'eau sous les ponts !!!

@Traou : décidément tout le monde s'est fait voler un vélo un jour ! Y compris quand ce n'était pas le sien ;-)
Encore un charme du métro : la lecture...

Écrit par : pomme | 19/08/2006

Un petit poème pour dire mon admiration.

Comme la roue d'un vélo
Vagabonde;
Pomme en ta rotondité mûre,
Tu es traversée de rayons,
Puissent mes vers en faire partie!

Écrit par : poete | 20/08/2006

@ pomme : non, ls beaux vélos je me permet pas; et puis Toulouse-Strasbourg... un peu longue l'étape entre deux saucisses... ok, je sors!

Écrit par : pedro | 20/08/2006

@pedro -- "entre deux saucisses" -- ça me parle!

Écrit par : Lost in France | 20/08/2006

@poete : sais pas trop quoi dire là... je n'ai jamais rien compris à la poésie, mais je vais considérer que ton intention est bonne, et donc te remercier pour ton ode ;-)

@pedro et @Lost in France : je me suis roulée par terre !!! Bon j'ai mis deux plombes à comprendre la blague des saucisses (vi j'étais pas très bien réveillée ;-)), mais quand j'ai enfin pigé j'ai trouvé ça excellent ;-)

Écrit par : pomme | 20/08/2006

quel courage et quelle zeeeeeeennnn attitude... j'aurais pété un boulon (à dire avé l'acent du sud)
je ferais une chasse au voleur, à me planquer dans le garage et zieuter le coupable. et dès que je l'aperçois, je lui saute dessus avec un fouet (bon si c'est un beau mec, je lui saute dessus sans rien du tout à moins qu'il aime ça les coups de fouet parce que moi j'aime pas trop!!)
et je le menace "tu me rends mon vélo ou j'te pète ta gueule en 2, compris?"

avec mon mètre 65 & mes 50kg toute mouillée, je ferais super peur en plus :-)

Écrit par : Dorothée | 21/08/2006

@Dorothée : ah oui en effet !!! j'ai des mensurations un peu plus imposantes, mais j'oserais jamais faire un truc pareil ! Et puis j'aurais pas la patience ;-)

En tout cas j'ai beaucoup ri à essayer de t'imaginer dans ta chasse aux voleurs !

Écrit par : pomme | 21/08/2006

Pomme >>> Je sais ;)

Écrit par : Mathieu | 22/08/2006

Les commentaires sont fermés.