Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/07/2006

Le temps béni des charrettes à bras

Moui d'accord c'est un peu exagéré, je n'irai pas jusqu'à dire que j'aurais préféré vivre au temps des cavernes (quoique... il doit faire bien frais là-dedans), mais ma relation avec les voitures est une saga si rocambolesque que je me surprends parfois à souhaiter qu'elles n'aient jamais été inventées. A l'époque, les gens marchaient à pied, point barre, et j'ai pas tellement l'impression qu'ils attendaient comme le messie l'apparition d'un véhicule à moteur qui leur permettrait enfin de se taper 15 heures d'embouteillages sur l'A7 avant d'arriver en terre promise méditerranéenne. Il faut dire que les congés payés étaient encore un doux rêve, ceci expliquant sûrement cela, mais voilà que je repars dans des considérations délirantes qui n'ont qu'un lointain rapport avec le sujet.

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été maffrée avec ces engins du diable. Déjà, j'ai raté mon permis alors que j'avais fait mon apprentissage du volant en conduite accompagnée ; à voir la tête de l'inspecteur, je devais être la première du département. Bon, je l'ai eu au deuxième coup quand même, mais c'était déjà foutu. Tout ce qui a suivi n'a été qu'une longue succession d'accidents, de pannes, de PV et de vandalisations en tous genres. Je n'ai pas connu un seul mois de répit dans cette triste aventure ; pour être totalement honnête, c'était la plupart du temps de ma faute. Eh oui. J'avoue. Aujourd'hui, ça va un peu mieux, et de toute façon je préfère en rire, je ne vais pas battre éternellement ma coulpe pour trois morceaux de tôle froissée, ni pour un nombre si impressionnant de contraventions qu'en les recyclant, on pourrait produire une palette entière de papier machine. Et puis surtout, ça me donne l'occasion de raconter certains épisodes croquignolets.

Le truc le plus hallucinant qui me soit arrivé, c'est la transformation de ma bagnole en sous-marin des fossés. Il y a quelques années, roulant vaillamment sous une pluie battante au beau milieu d'une cambrousse perdue (j'étais obligée hein, c'était pour le travail, vous pensez bien que sinon je ne me serais pas trouvée là, la campagne sous la pluie c'est affreusement déprimant), j'ai atterri sur un petit chemin au milieu des vignes. Il avait tellement flotté que le dit chemin était totalement recouvert d'eau, sur toute sa largeur ; je roulais donc prudemment, en tout cas beaucoup plus prudemment qu'à l'accoutumée. Soudain arrive dans le sens inverse une camionnette de la DDE roulant à vive allure (on dirait un rapport de la Gendarmerie), et qui ne manifeste aucune intention de ralentir, ni même de se déporter légèrement sur la droite pour que nous puissions nous croiser sans problème. Je commence à paniquer légèrement, du coup je décide de me mettre un peu plus sur ma droite, puisqu'ils ne le font pas et qu'ils continuent à rouler joyeusement, sans paraître me voir. Et là... ma voiture sombre peu à peu dans le fossé, car fossé il y avait, mais fourbement caché par l'étendue d'eau. A vous, je peux bien vous le dire : une voiture, c'est pas du tout étanche. Mais alors pas du tout. L'eau vaseuse et marron s'est immiscée à une vitesse incroyable dans l'habitacle, tandis que la voiture continuait inexorablement de tomber dans ce puits sans fond. Je venais de voir le film Titanic, et franchement je m'y suis crue. Sans blague, j'ai pensé un instant que j'allais me noyer dans ma bagnole, si c'est pas malheureux ! J'ai donc rampé lamentablement vers la vitre pour tenter de m'extraire de ce piège infernal, sous le regard des messieurs de la DDE morts de rire. Oui, ils s'étaient arrêtés quand même, ils devaient être inquiets d'avoir ma mort sur la conscience ; cela dit ils avaient l'air de trouver le spectacle très divertissant. J'étais scandalisée, étant donné que c'étaient eux qui m'avaient poussée vers le fossé de la mort ; mais je suis restée indulgente, les occasions de se distraire doivent être rares dans ces contrées reculées.

Bref, ils m'ont gentiment aidée à me sortir de ce mauvais pas ; ils ont tracté la voiture jusqu'à la terre ferme, remis de l'huile ou je ne sais quoi, refait tourner le moteur qui refusait de repartir, on était à la limite du bouche à bouche. J'ai fini par repartir vers la civilisation ; mais les conséquences de ce drame furent terribles, car ma voiture était entièrement imbibée d'eau. Il a donc fallu la faire sécher dans une sorte de grand four à bagnoles, pour éviter que des champignons de Paris ne fleurissent dans la mousse des sièges. Charmant. Le pauvre tas de boue ne s'en est jamais remis, il a quitté ce monde quelques temps plus tard, de sa belle mort, c'est à dire écrabouillé dans un autre fossé, si je me souviens bien.

Malgré tous ces pépins, je n'ai jamais été gravement blessée, à mon sens c'est tout ce qui compte ; en revanche ma fierté en a pris de sales coups, mais c'est vrai qu'il m'en faut pas beaucoup. Il y a de cela deux semaines, par un après-midi estival suivant une soirée conviviale (= je suais comme une bête derrière mon volant en attendant désespérément la fin de ma gueule de bois), je m'apprêtais à rentrer chez moi quand soudain, la camionnette (encore !) blanche devant moi s'arrête le long de l'avenue. Je jure comme un charretier, et m'apprête à la dépasser ; mais là, je vois en surgir ce qui semble bel et bien être deux policiers. Totalement interloquée (les fourgonnettes banalisées, une enième invention satanique du petit Nicolas ?), je les regarde s'avancer vers moi et me saluer (sont polis, faut être honnête). L'un deux (leur chef, probablement) me pose alors ce qui est manifestement LA question favorite de la maréchaussée : "Vous savez pourquoi on vous arrête ?". Résistant difficilement à la tentation de répondre "Pour me dire que je suis la plus belle fille du monde ?", je me dis qu'il vaut mieux faire profil bas et bafouille lamentablement "Parce que je n'ai pas ma ceinture ?".

Je ne mets pratiquement jamais ma ceinture. Je sais, c'est mal, mais que voulez-vous, ça me serre, ça m'étouffe, déjà que j'ai un souffle au coeur j'ai pas besoin de ça. Sans compter qu'avec 35° au thermomètre, le plastique brûlant sur l'épaule c'est un coup à vous faire fondre la clavicule. Enfin, trêve d'excuses foireuses, la ceinture, c'est o-bli-ga-toi-re et je sais bien que je mérite d'être punie. Donc le policier fait son train-train, je lui montre mes papiers, bien en règle et tout, puis il me demande de le suivre dans la camionnette. Echaudée par la sournoiserie de ces engins, je le suis en traînant des pieds. Il y fait bien entendu 60 degrés, je commence à me dire que je vais tourner de l'oeil, d'autant que le policier écrit à une lenteur hallucinante, on dirait qu'il veut expérimenter le ralenti extrême, genre Matrix de la rédaction de PV. Il finit enfin son truc, me tend ma prune, m'annonce solennellement que j'aurai jusqu'à 4 points retirés sur mon permis et là, porte l'estocade finale en me demandant si je reconnais les faits. C'est à ce moment que surgit des tréfonds de mon cerveau une réaction immémoriale et incontrôlable de refus de l'autorité, qui me fait répondre tout de go "non", puis cocher la case correspondante et signer mon forfait, le tout dans une sorte de spasme défoulatoire que je ne m'explique pas moi-même.

Evidemment le flic me regarde comme si j'étais Guy Georges, et me somme de donner une explication de mon refus de reconnaître mon abominable crime. C'est là que je me prends à regretter mon geste, pas sur le fond, mais parce qu'il a l'air vraiment très désireux que je m'explique. J'essaie vaguement de sortir quelques arguments, auxquels il reste bien sûr totalement hermétique ; en fait il est vexé comme un pou, puisqu'il me rappelle plusieurs fois que je conteste l'affirmation d'un officier de police assermenté, bref il a presque l'air blessé que je l'accuse de mentir, ce qui n'est pas du tout le cas bien sûr, ma mauvaise foi a des limites. J'abrège en disant que de toute façon, la contravention est dressée, qu'il faudra bien que je la paye et que j'assume mes points en moins, c'est vrai quoi, c'est bien beau de faire la maline, mais c'est pas ça qui va changer quoi que ce soit à l'affaire. Surtout j'évite d'aller sur le terrain où il veut m'entraîner, celui de la provocation, à mon avis il s'attend à ce que je gueule "Mort aux vaches" avant de m'enfuir en courant ; tu parles, il fait bien trop chaud pour courir, et je n'ai aucune envie de me retrouver en cellule de dégrisement, on sait jamais que l'alcootest soit encore positif. Il finit par me laisser partir ; je sais bien que me conduire de la sorte n'amène à rien, mais je me dis que c'est mon droit de faire de la rébellion à deux balles ; d'accord, j'étais en tort, je n'avais pas ma ceinture, et de temps en temps il faut bien accepter de se faire prendre en faute (même si c'est quelque chose dont j'ai horreur) ; ok, j'ai joué, j'ai perdu, mais il faudrait en plus être content et remercier les gentils policiers de vous verbaliser ! (90 euros quand même ! 600 balles, comme qui dirait). Mon respect de la loi aussi a des limites.

Rien de tout ça m'arriverait sans ces satanées bagnoles. Depuis quelques années, nos tas de boue, l'avez-vous remarqué, se muent en engins de l'espace dignes de la pire littérature SF. La voiture du futur, c'est celle qui conduit à votre place, qui vous rappelle les limitations de vitesse avec une voix de téléphone rose, qui émet un bip-bip affreusement strident pendant que vous faites tranquillement votre créneau, et qui bien sûr refuse mordicus de démarrer si vous n'avez pas votre ceinture (mais sans vous proposer de case oui ou non, cette fois, la machine n'a pas les faux scrupules de l'espèce humaine). Non seulement c'est dangereux, puisqu'à terme les gens ne sauront plus conduire tous seuls, à force d'y être assistés, mais en plus c'est générateur de pannes et d'avaries en tout genre ; apparemment les constructeurs n'ont pas les moyens de leurs ambitions, puisque plus les voitures sont sophistiquées, plus elles tombent en panne. Et c'est bien entendu ce qui m'est arrivé cette semaine.

En revenant du travail, ma voiture faisait un drôle de bruit. Rien d'alarmant, me suis-je dit, insouciante ; au bout de quelques centaines de mètres, une odeur tenace de plastique brûlé s'est faite sentir, et une menaçante fumée blanche a émané du capot. Après avoir failli mourir noyée, c'est à présent par les flammes que je vais périr, mais toujours dans une saloperie de bagnole, ai-je pensé mi-folle de rage mi-folle de trouille. Le moteur s'est finalement arrêté pendant que je me garais comme je pouvais sur un trottoir, pour m'éjecter en courant du véhicule sur le point d'exploser. Bilan : une heure d'attente de dépanneuse, un démarreur fondu qui a failli foutre le feu au systéme électronique d'une voiture pourtant récente et correctement entretenue (pourquoi ? warum ? why ? porqué ? y a-t-il quelqu'un, quelque part, qui puisse me le dire ?), une réparation fantaisiste à 50 000 dollars, une re-réparation sérieuse et moins chère, une exaspération grandissante pour cette engeance détestable.

Coup sur coup, le PV à discussion philosophique et le feu au moteur, ça fait beaucoup. C'est dommage, ça allait mieux de ce côté-là ; je crois que le fait d'avoir vécu sans voiture quelques temps (lorsque j'habitais Paris bien sûr, je rêve d'y revivre rien que pour ça) m'avait un peu réconciliée avec ces machines ; mais là c'est fini, la guerre sans merci et jusqu'à ce que mort s'ensuive est déclarée. Je n'ai pas particulièrement de but dans la vie, mais si je devais en avoir un, ce serait de me débarrasser de ce tas de tôle moche, dangereux et polluant, au volant duquel je me transforme, comme tous mes semblables, en monstre écumant et haineux envers les autres automobilistes. Moins qu'avant, c'est vrai, mais la voiture fait clairement ressortir toutes mes pires tares. Bien sûr, le progrès c'est formidable, la vitesse c'est bien utile, la sécurité croissante c'est un bienfait, mais bon, quels emmerdements ils ont évité, nos ancêtres qui allaient à pied !

En province hélas (à Toulouse en tout cas), l'indigence et la lenteur des transports en commun oblige quasiment à posséder une voiture ; mais je vais me mettre à réfléchir sérieusement à une alternative. Et de toute façon, solution ou pas, un jour ou l'autre, le pétrole finira heureusement par manquer...


Commentaires

Ouh là là ! J'en ai eu des malheurs de voiture, mais pas autant que toi ! et surtout pas récemment, je touche du bois !

Mais j'ai connu aussi, comme toi, des "séries noires", culminant avec un accident contre un 40 tonnes articulé... Pas un très bon souvenir !

L'autre jour, je racontais à un ami à quel point j'étais dégoûté d'avoir endommagé mon rétro droit, toute seule, comme une grande, contre le mur du garage.
Il me réponds, gentil : "on apprend toujours de ses erreurs".
Ben alors, à voir ma voiture, on peut dire que j'ai beaucoup appris...

(Ben dis donc, prems, non ???

Écrit par : Alinéa | 29/07/2006

Alleluia !!!! Je ne suis donc pas la seule manchote qui n'a pas eu son permis du premier coup après la conduite accompagnée !!
Et sinon tu ecris toujours aussi bien et c'est toujours aussi drôle.
J'ai failli m'etouffer de rire avec ton histoire de "matrix de la redaction du PV"...

Écrit par : fred37 | 29/07/2006

Mon permis je l'ai eu... au cinquième coup. Juste avant de devoir repasser le code. Je soupconne l'examinateur de me l'avoir filé à l'usure, rien que pour ne jamais me revoir. Et depuis - ça fait bien 12 ou 13 ans - j'ai dû conduire 14 fois... De toutes façons, dès que je prends le volant, l'homme s'empare du frein à main, prêt à dégainer à la moindre de mes erreurs... Bref moi je t'admire. Parce qu'après l'épisode ubuesque du fossé de boue, je ne serais jamais remontée dans une bagnole, tout au moins au volant ! Quand à la ceinture, après tout, pourquoi punir un oubli qui ne met en danger que la personne qui en est à l'origine ? Bientôt on se fera verbaliser pour fumer une clope dans la rue sous prétexte qu'on risque le cancer...

Écrit par : caro | 29/07/2006

Morte de rire!!! J'ai vu que tu habites toulouse et je vais m'y rendre à la rentrée: quels sont les endroits sympas: café, resto, trucs à voir????
merci d'avance,caro

Écrit par : caro | 29/07/2006

pomme, comme tu sais déjà, je n'ai plus de bagnole. Avant il m'arrivait des choses comme le réveillon de Saint Sylvestre quand j'ai quitté l'autoroute verglacée dans mon Etat natif (frontalier avec le Canada), pour me retrouver dans le fossé, sans une goutte de champagne dans la voiture (on meurait de soif!). Comme on dit en américain "quel dommage!".

Écrit par : Lost in France | 29/07/2006

@Alinéa : oui, prem's ! Dis donc c'est pas rigolo l'accident contre un 40 tonnes, moi il ne m'est jamais rien arrivé d'aussi grave, je touche du bois aussi !

Je ne suis pas sûre que j'ai beaucoup appris de mes erreurs en ce qui concerne les voitures... à mon avis c'est un karma ce genre de malchances ;-)

@fred37 : merci ! tu me rassures un peu, j'en étais quasiment arrivée à croire que j'étais la seule du pays ;-)

@caro : ah oui, tu es un sacré cas quand même ;-) Le pire, c'est que moi j'adorais ça, conduire, quand j'étais plus jeune (autonomie, liberté, on the road et cie), mais là je suis inexorablement dé-goû-tée !
Pour ce qui est de la ceinture, je pense exactement comme toi : laissez-nous mourir en paix ;-) Sérieusement, vouloir faire le bonheur des gens malgré eux, ça me révulse.

@caro (bis ;-)) : je t'ai répondu par mail, et je suis ravie de t'avoir fait rire !

@Lost in France : on dit vraiment ça en américain ? ;-)
Dieu du ciel, pas une goutte de champagne un 31 décembre à minuit ? C'est pas une vie...
Ton état d'origine est frontalier avec le Canada ? Comme Madonna alors, quelle chance ;-)

Écrit par : pomme | 29/07/2006

Bravo Pomme, prose sous Prozac, écriture d'une grande stature, en un mot : Bravo ! décidément, j'adore...

Écrit par : N!KO | 29/07/2006

Toujours aussi forte pomme, malgré la chaleur ! C'est hallucinant l'histoire du fossé plein de boue, quant à la chute (plus de pétrole), elle est grandiose ;-))

Avec tout ça je suis bien contente de pas en avoir, de voiture, quelle plaie ces machins !

Écrit par : Hélène | 29/07/2006

Enfin cette histoire est passée à la postérité! Je ne m'en lasse pas, mais j'avoue avoir un faible pour la version orale! Et connaissant l'engin en question, de couleur "orangé diabolique", c'est encore plus drôle...

Mais ce qu'on pourrait demander à notre génie de la lampe magique perso, après des cheveux et le tel de George (pas Gardel :-)) ): un métro digne de ce nom, comme à Paris, dans notre chère ville rose.... Beau rêve...

Écrit par : Jen | 29/07/2006

@N!KO : merci de ton enthousiasme, je suis très flattée ! En revanche le Prozac, hors de ma vue !!!! C'est pas un démarreur fondu qui va me rendre dépressive, et je ne prends des médicaments qu'à l'article de la mort. Ou quand j'ai abusé de la bibine ;-)

@Hélène : ah oui, tu ne connais pas ta chance !

En fait, la chaleur m'a laissé un peu de répit (cette nuit j'avais presque froid, j'en frissonnais de bonheur), donc la flemme m'a abandonnée pendant quelques heures... mais là je crois que c'est reparti, misère...

@Jen : je suis persuadée que c'est beaucoup plus drôle quand je raconte (quoi je suis pas modeste ?). Mais il FALLAIT que les gens sachent que ce genre de trucs peut arriver... enfin à moi en tout cas ;-)

En plus du métro, on pourrait pas avoir la Tour Eiffel, le Sacré Coeur, Montmartre, le Lutétia et le Square des Batignolles ? Non ? Bon d'accord. Quand c'est qu'on retourne y vivre...

Écrit par : pomme | 29/07/2006

ben ça alors, pomme, tu connais ma soeur -- Madonna ?!?

Écrit par : Lost in France | 29/07/2006

@Lost in France : je me suis roulée par terre de rire !!!
Alors si je veux te voir tout à l'heure au Quinquina, il faut que je demande Christopher, c'est ça ? ;-)))

Écrit par : pomme | 29/07/2006

31 ans et pas le permis, je passe trèèèèèèès souvent pour une extra-terrestre mais je m'en tape, il se peut que j'y pense un jour parce que là je suis dans le bout du bout du monde et donc avec 3 bus dans la journée, ça ne le fait pas vraiment ....mais alors quand ?? D'abord ça coûte la peau des f ... et puis j'ai la trouille ...un truc pas possible ... je suis de plus en plus mortifiée en bagnole et j'ai comme l'impression qu'il y a de plus en plus de tarés sur les routes ... à chaque fois qu'on arrive à un rond-point, c'est limite si je m'agrippe pas au bras de l'Homme ... Et pour changer les vitesse c’est pas top …

Maintenant un truc pour bien plomber l'ambiance ... Pomme SVP METS TA CEINTURE ... d'avoir vu une nana passée au travers d'un pare-brise quasiment en direct, je te jure ça refroidi et après tu la mets à vie !
Si elle te sert ou qu'il fait trop chaud ... un petit truc appris en Espagne ... mets ta ceinture, donne un peu de jeu et après tu pinces une pince à linge tout en haut, là où sort la ceinture ... Bon, c’est pas très légal mais au moins elle est mise, elle ne t’embête pas et en plus les flics ne repèrent pas facilement la pince à linge donc plus de PV !!

Écrit par : Stéphanie | 29/07/2006

Alors, là bravo!!! le coup de l'inondation, encore jamais entendu une histoire pareille (et pourtant j'ai donné dans les routes de vignobles nantais, mais côté passager)
Il faut dire, j'ai une chance incroyable; code et permis du premier coup, super "deudeuche" qui tombait en miettes (je clignotais en remontant moi même le petit batonnet, vers le haut pour la droite, vers le bas pour la gauche, ou l'inverse, et j'avais la chance inouïe de posséder une boîte de vitesse antique, près du volant!) mais décapotable.
Ma devise:"au bruit, ça passe" (reprise de la devise de mon grand-père qui traversait tout droit les ronds-points, par le milieu...) si bien que les autres voitures n'avaient qu'à bien se tenir quand je me garais.
Et un jour, le grand jeu, je fonçais sur l'autoroute, avec mon frère et mon père, et j'ai"perdu le contrôle du véhicule", véhicuke qui en fait était un engin diabolique qui avait décidé d'arrêter net ma carrière de conductrice intrépide, j'ai fait des étincelles le long de la barrière de sécurité, et on s'est enfin arrêtés.
Depuis, fini la voiture.J'ai trop peur de tuer. (on me surnomme la faucheuse dans la famille...)
Ca tombe bien: à Paris pas besoin de "charrette à bras". Mais je redoute le jour où je devrais (pas possible autrement) reprendre des cours...

Écrit par : mariaba | 29/07/2006

J'ai confondu; pas charrette à bras, mais plutôt charrette motorisée, ou cheval de fer...

Écrit par : mariaba | 29/07/2006

@Stéphanie : je suis d'accord avec toi, moi aussi j'ai l'impression que les gens conduisent de plus en plus comme des cinglés. Donc je ne t'encouragerai pas à passer ton permis, bienheureuse que tu es... et puis si tu es habituée, ça ne doit pas te manquer, alors que quand ça fait 15 ans que tu roules en bagnole quasiment tous les jours, la désintox est beaucoup plus dure...

Rassure-toi tu ne plombes pas l'ambiance avec ton conseil ; je comprends tous ces arguments, comme je comprends ceux qui exposent les dangers du tabac par exemple... mais comme j'ai un problème avec la rationalité (et la bonne foi), ce n'est pas aussi simple pour moi... merci en tout cas de t'en inquiéter !

@mariaba : je comprends bien qu'une telle aventure puisse être traumatisante ! Les voitures sont clairement des engins de mort, donc profite bien de ta vie parisienne... la devise de ton grand-père m'a fait sourire, elle me semble typique d'un temps où les voitures étaient des machines purement mécaniques au lieu d'être truffées d'électronique et d'informatique comme aujourd'hui !!!

Écrit par : pomme | 30/07/2006

désolé, je n'étais pas au Quinquina, fin du mois et tout ...

Écrit par : Lost in France | 30/07/2006

Roh moi aussi je suis hystérique de joie avec la température d'aujourd'hui : 23 degrés, et il PLEUT !! Oui madame !
Tu te rends compte un peu, ce bol qu'on a (en plus de la Tour Eiffel et du Sacré Coeur, où je fous jamais les pieds et où toi non plus si tu habitais dans le coin ;-)) ??

Écrit par : Hélène | 30/07/2006

@Lost in France : partie remise !

@Hélène : ah la chance ! ici on est reparti au-dessus de 30°... tout à l'heure j'ai vu un site de météo qui prévoit 16° jeudi à Paris, j'ai cru que c'était une blague, mais apparemment non ! J'ai pensé que tu t'étais peut-être mis du papier alu sur la tête pour envoyer des messages télépathiques aux dieux de la température ;-)

Bah oui t'as bien raison, quand j'habitais Paris j'allais jamais nulle part... on n'est jamais content ma pauv' dame !

Écrit par : pomme | 30/07/2006

Rien à voir avec la voiture, mais aujourd'hui à Paris, c'était la mousson ! Bon courage pour demain...

Écrit par : caro | 30/07/2006

@caro : ton comm est dans les tubes... j'aurais bien aimé de la pluie moi aussi, mais je me plains pas trop, on a déjà eu deux magnifiques orages dans la semaine !

Merci, bonne semaine à toi !

Écrit par : pomme | 30/07/2006

Aux vues de tes expériences, je comprends tes réticences... J'ai aimé ta rebellion avec le "non je ne reconnais pas les faits", comme le coup du matrix et celui du fossé!!!
Tu vois, ça fait au moins rire tes lectrices...

Écrit par : Esther | 31/07/2006

"Le monstre écumant de rage........."
Pendant longtemps j'ai travaillé sur la tolérance, la compassion, l'empathie toutes ces jolies choses qui je me disais, valaient le coup de faire des efforts.
Sauf que, dès mon installation derrière un volant, toutes ces belles manières disparaissaient à une rapidité qui m'a toujours étonnée. Pour laisser apparaitre un être qui suintait la mesquinerie, la rage, (aux chiottes la tolérance) et qui la bave aux lettres et le vocabulaire ordurier qui va avec, répondait comme il se doit, à ceux qui dans l'ordre :
- doublait sans clignotant
- ne démarrait pas à la seconde au feu vert
- me collait au cul
etc etc etc
J'exagère (un peu) mais j'ai honte (un peu)

Écrit par : Lucette | 31/07/2006

@Esther : si ça vous fait rire, c'est l'essentiel ! C'était un peu fait exprès d'ailleurs ;-)

Dis donc à Tokyo ça doit être carrément envahi par les bagnoles !

@Lucette : honte ? Mais pourquoi ? ;-) Non, sérieusement, au volant, il y a tellement de raisons de predre son sang-froid qu'il faut être indulgent envers soi-même !

Écrit par : pomme | 31/07/2006

Rien à voir encore une fois avec la choucroute mais je suis effondrée à la lecture du Lurie. A croire que ce n'est pas d'elle. Je ne retrouve ni son style, ni sa finesse, ni le coté délicieusement transgressif des précédents. Bouh, tout fout le camp.

Écrit par : caro | 31/07/2006

@caro : je te comprends... il faut dire que quand on adore un auteur, on est plein d'attentes à la lecture de sa dernière oeuvre... et puis c'est vrai qu'il est décevant de toute façon ; disons qu'à vouloir toujours raconter plus ou moins la même histoire, on finit par s'y enfermer.

Moi en ce moment je découvre David Lodge : carrément génial ! Et puis je vais bientôt attaquer Siri Hustvedt, comme ça je pourrai faire un rapport circonstancié à Julie ;-)

Écrit par : pomme | 31/07/2006

David Lodge, j'aime beaucoup. Parfois un peu nombriliste, un peu bavard, mais très bien. As-tu lu Nick Hornby ? Parce que ça aussi, dans le genre british c'est super. Notammen "High Fidelity" (le film est bien aussi d'ailleurs).

Écrit par : caro | 01/08/2006

@caro : ouiiiii Nick Hornby c'est carrément génial, j'en ai lu deux et j'ai adoré, il va falloir que je continue sur ma lancée !!!

Écrit par : pomme | 01/08/2006

Eh bien, que d'aventures avec ta voiture ! Il ne m'en est pas arrivé le quart de la moitié, et heureusement. Le truc le plus spectaculaire, c'était en redescendant d'un week-end au ski (ce n'était pas moi qui conduisais), une file de voitures ininterrompue roulant au pas, la route un peu enneigée, et la voiture qui part bizarrement, pour faire un magnifique tête-à-queue, j'ai vu dans l'ordre le mur, la voiture de derrière, le vide (sans glissière), la voiture de devant, tout ça l'air de rien et sans rien toucher. Magnifique ;-)

J'espère que tout ce qui t'est arrivé ne te rend pas coupable ;-)

Écrit par : Catherine | 01/08/2006

@Catherine : oh non, ce genre de mésaventures où les dégâts restent matériels a cessé depuis longtemps de tourmenter ma mauvaise conscience ;-)

Ton histoire est quasiment poétique ! Cela dit, sur le coup, tu as dû avoir sacrément les jetons quand même ;-)

Écrit par : pomme | 01/08/2006

J'aime bien ton sens de la formule qui fait mouche, c'est très drôle, bravo ! Par contre, avec moi, tu monterais même pas dans la voiture ! Ou alors je ne démarre pas tant que tu ne la boucles pas (je parle toujours de la ceinture hein) ; c'est mon côté psychorigide !
Mais quand tu sauras que ça m'a déjà sauvé une vie, la ceinture, et que ça tombe d'autant mieux que je n'en avais pas de rechange (de vie, pas de ceinture, rhalala faut suivre), tu comprendras mieux mon obstination !
A bientôt pour de nouvelles aventures !
(ah, depuis le temps que je voulais placer cette phrase !)

Écrit par : Sammy | 02/08/2006

Et bien tu vois, moi si je suis encore en vie aujourd'hui, c'est à une ceinture de sécurité que je le dois...

Mets là. Si c'est trop serré ou même gênant, il existe des pinces permattant de donner légèrement de lest sans nuire à leur efficacité.

C'est chiant, c'est relou, je sais....mais un jour j'ai vu une voiture qui roulait à 50 faire deux toneaux en pleine rue juste parce que le conducteur a "mangé" une bordure de trottoir. Pourtant en ville on se pense à l'abri de ce genre d'accident.

Depuis ce jour là je la mets même à l'arrière et c'est sans aucun doute ce qui m'a sauvée le jour où j'ai fait des tonneaux à mon tour.


Voilà c'était ma minute "fille-chiante"

Jo

Écrit par : Joëlle | 03/08/2006

oui revenons aux temps anciens .... ;-)

Écrit par : Mister La fée | 03/08/2006

@Sammy : merci de tes compliments Sammy ! C'est bizarre, moi je suis hyper psychorigide, mais alors pas avec la ceinture... à bientôt !

@Joëlle : ravie de ta visite et de ton commentaire ! Comme fille-chiante, je connais largement pire, pas de souci ;-)
Je comprends tous les arguments en faveur du port de la ceinture... si ça continue vous allez tous me faire gamberger !

@Mister La fée : oui pas trop anciens quand même... disons un temps où Dalida et Barbara chantaient déjà ;-)

Écrit par : pomme | 03/08/2006

rhooo comment j'adorerais ce temps là ....

Écrit par : Mister La fée | 03/08/2006

@Mister La fée : et moi donc...

Écrit par : pomme | 03/08/2006

Pomme...j'ai pas le permis ! (bizarre comme expression en fait ! je viens de le réaliser! )...et donc j'attends impatiemment ton prochain billet, voilà !

Écrit par : sophie L.L | 04/08/2006

@sophie L.L : quelle chance, tu n'es pas obligée de dompter ces monstres d'acier ;-)

J'avoue être passée au rythme d'été... je me laisse un peu vivre, mais je finirai bien par pondre à nouveau quelque chose... à bientôt !

Écrit par : pomme | 04/08/2006

J'ai tellement ri que mon bureau tremblait, un peu plus et je tombais de ma chaise. Tu écris tellement bien. Je ne m'en lasse pas, et salive à l'idée qu'il me reste encore plein de billets à lire. Tu devrais faire une rubrique "ceux qui font rire" et "ceux qui nous ramènent à nos propres réflexion ". Non finalement j'écris des idioties puisque souvent les deux s'entremèlent. Bref, moi j'apprécie. Et tant mieux pour moi!

Écrit par : CherryOnTheCake | 06/08/2006

@CherryOnTheCake : merci beaucoup de ta visite et de ton (enfin !) premier commentaire !!!!
Moi les catégories c'est pas mon truc, je me connais, je ne saurais jamais dans quoi classer mes billets, je me sentirais tenue d'avoir le même rythme pour chaque, bref, comme je suis folle, je m'en sortirais pas !!!
Trrrrès longue vie à ton nouveau-né blog ! D'ores et déjà bravo, c'est si personnel, si spécial, vraiment c'est tout toi... fais vite circuler la nouvelle, je sens que tu vas avoir des fans ;-)

Écrit par : pomme | 06/08/2006

J'ai adoré ce billet, j'ai moi même réussi vaillemment à casser 3 de ces terribles engins (sans trop de bobo pour moi heureusement) avant de me calmer, bon on m'en a brulé une aussi il y a quelques années (là j'étais verte de rage) !!
Mais à Toulouse impossible de vivre sans voiture : les bus c'est du n'importe quoi et le métro ne passe pas à côté de chez moi, alors ben je fais comme tout le monde, je prends ma caisse pour aller bosser.
(PS : je reviens de vacances alors je lis tes billets un par un, et ça me plait toujours autant !)

Écrit par : Laurette | 08/08/2006

@Laurette : je vois que j'ai une sérieuse concurrente question cassage de voitures ;-) C'est peut-être une caractéristique de la région, il paraît que les Toulousains conduisent affreusement mal... en tout cas je te rejoins totalement sur le niveau lamentable de nos transports en commun, quelle honte !

Merci de tes compliments, bon courage pour la reprise !

Écrit par : pomme | 08/08/2006

Alors pour la panne de voiture, celle ou elle prend feux, j`y etais, et ... la verite est ailleurs : je sais pas si ca vous l a deja fait, mais rouler avec le demarreur qui continue a tourner ca fait un bruit d enfer. Donc - pomme - aurait du l`entendre grave, mais bon la sourdite fait ses premiers ravages a son age avance .
Plus important, apres m`etre entretenu cette ce we avec mon pere (grand garagiste meconnu) de cet incident, il m a informe que tu aurais pu exploser !!!! oui, exploser, et la, plus de pomme du tout, donc dans ton malheur tu as eu de la chance

Écrit par : Fred | 09/08/2006

@Fred : ah ben tu vois quand tu veux ;-)
Alors là je n'en reviens pas !!!! Cette saloperie de cage en métal aurait pu avoir ma peau ! Je suis scandalisée !!! Je me demande si je vais pas attaquer le constructeur en justice, ça me ferait un beau petit magot non ? ;-)

Merci de ta visite et de ton mot ! Et du dépannage aussi, bien sûr....

Écrit par : pomme | 09/08/2006

Les commentaires sont fermés.