Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2006

Du pain et des jeux

Je demande instamment à Alinéa de m'excuser d'employer le titre d'une de ses catégories (enfin, traduit quand même !), parce que je ne lui ai pas tellement demandé la permission ; mais ça résume si parfaitement ce que je veux exprimer que je n'ai pas résisté.

Si mes informations sont bonnes (et elles le sont), la Flûte du Monde a commencé depuis trois longues semaines. Ca fait donc plus de 21 jours que ça enfle, que ça monte, que ça menace d'exploser : vous n'y couperez pas plus longtemps, il faut que ça sorte avant que je ne ne chope un redoutable ulcère. Ou la cascapiane (c'est un mot toulousain pour décrire une maladie mystérieuse et néammoins mortelle), bref n'importe quelle pathologie pouvant avoir des origines psychosomatiques (donc à peu près toutes les maladies si l'on en croit nos bons docteurs, totalement désemparés à l'idée de ne pouvoir s'offrir la dernière Jaguar s'ils prennent le temps de chercher les véritables causes. Enfin, c'est une autre histoire). Et puis il y a aussi une autre raison à ma colère : je m'en veux. Affreusement. On n'est jamais autant en colère que contre soi-même, disait Jayne Mansfield. Ah non, c'était pas elle. Bref, voilà l'histoire : j'ai sacrifié à des rites barbares sous l'emprise de diverses substances alcoolisées. Oui j'ai honte, oui je me repens.

Samedi soir, je me suis rendue à une soirée en plein air organisée pour la féria d'un village de la banlieue toulousaine. Evidemment, j'ai hésité, vu que je n'ai pas de passion débordante pour les assassins de taureaux, mais minée par la peur de me faire une fois de plus traiter par mes amis de dangereuse intégriste, de dogmatique inflexible et d'emmerdeuse patentée, et attirée aussi, il faut bien le dire, par la perspective d'une fête qui s'annonçait mémorable, j'ai cédé et j'y suis allée, en me répétant intérieurement : « non je ne cautionne pas, non je ne cautionne pas, non je ne cautionne pas ». Notez la louable intention. J'ajoute au passage que cette opinion n'engage que moi, bien entendu, et qu'elle ne m'empêche absolument pas d'aimer tendrement certains aficionados (fa moi piacere, un commento in italiano per favore !)

Globalement, ça s'est bien passé. J'irai même jusqu'à dire que je me suis amusée comme une folle. Je nuancerai quand même en précisant que j'ai échappé de peu à l'amputation des deux pieds : il fallait crapahuter pendant une demi-heure avant d'arriver à l'endroit en question ; à l'aller, c'était déjà pénible, mais supportable ; au retour, suite à des déplacements d'une bodega à l'autre et à des trémoussements endiablés, j'avais l'impression hallucinante qu'on m'enfonçait des aiguilles chauffées à blanc sous la plante des pieds ; chaque pas m'arrachait un gémissement de souffrance, c'était poignant, Zola à côté c'est Mary Poppins. Et voilà que je recommence à vous raconter ma vie, c'est pas ça le sujet !

Le truc, c'est que non contente de célébrer la corrida, j'ai dû en plus subir la retransmission du match de pied-ballon. Pas moyen d'y échapper, il y avait un écran géant tous les deux mètres. Dès le début, j'ai donc résolu, la mort dans l'âme, de boire pour oublier toutes ces compromissions insupportables ; mais bizarrement, l'alcool ingéré a eu un effet pervers d'une fourberie sidérante, puisqu'à la fin de la partie de baballe je me suis surprise à chanter avec la foule : "la, la la, la, la, lalalalala, la la, la la..." (ad lib). Oui j'ai honte, oui je me repens. Le lendemain, lorsque ce cuisant souvenir a refait surface, j'ai bien essayé de me trouver des excuses, mais à part le fait que cette chanson était un monument du disco AVANT d'être sournoisement détournée par des hooligans (une excuse particulièrement lamentable donc), je n'ai rien trouvé pour m'absoudre de mon péché mortel.

Comme je l'ai déjà dit dans un précédent post sur mes exploits cyclistes, je hais le sport, notamment le foot. D'abord je trouve que c'est un sport de tricheurs, ils sont toujours à faire semblant de tomber et d'avoir mal pour grapiller un penalty, non mais quel manque d'amour propre. En plus je trouve ça d'un ennnui mortel, il ne se passe jamais rien, et moi, me taper 90 minutes de rasage intégral (sponsorisé par Gillette, en plus) dans l'espoir infime et souvent vain de voir un but, merci bien, je préfère lire le dictionnaire. Je le hais d'autant plus quand il se transforme en quelque chose qui n'a plus grand-chose à voir avec la pratique sportive, si on exclut le fait de porter des shorts en nylon. Le foot en particulier me semble totalement perverti, par l'argent bien sûr, par la starification des joueurs, par le fait qu'il ne soit plus qu'un rouage dans l'industrie de la publicité et du sponsoring. J'ai le sentiment qu'il ne sert plus qu'à brasser des milliards, en vendant et revendant des footballeurs censés être géniaux d'un club à l'autre (bien qu'on soit assez loin de l'esclavagisme au vu de leurs émoluments), et en enrichissant des hommes d'affaires qui ensuite, se mettent en tête de devenir hommes politiques. Ou le contraire, les exemples pullulent dans les deux sens.

Je le hais d'autant plus quand il devient un argument politique. Samedi soir, en plaisantant, un ami m'a dit : "Tu vas voir que si la France gagne cette Coupe du Monde, Notre Président va trouver le moyen de se faire réélire". Sur le coup, ça nous a bien fait rire, mais on se demande quand même jusqu'à quel point ça peut rester une blague. En guise d'écho, j'ai lu aujourd'hui qu'un candidat à la mairie de Madrid promettait à ses électeurs la venue dans leur club de foot d'un joueur dont j'ai oublié le nom, arguant qu'il l'avait déjà convaincu, et qu'il ne leur restait plus qu'à voter pour lui. Ca c'est de la promesse électorale ! Sarkozy n'a qu'à bien se tenir, apparemment il a trouvé son maître ! C'est ça que je déteste le plus dans la mise en scène sportive (car c'est une mise en scène), c'est cette façon qu'ont les politiques et les médias (eh oui, toujours les mêmes !) de la récupérer pour détourner les gens des vraies préoccupations. C'est tellement pratique de faire remonter une côte de popularité devenue quasi inexistante en allant féliciter les footeux dans les vestiaires, ou de doubler l'audience du JT en consacrant 20 minutes à l'entraînement stakhanoviste des athlètes. Ce divertissement-là me semble bien dangereux, parce que tellement agréable et euphorisant pour les millions de gens qui aiment réellement le sport, et qui en oublient avec bonheur, comme on les comprend, les problèmes innombrables auxquels nous sommes tous confrontés... regardez donc, après un bon dîner entre amis, les Dieux du stade accomplir leurs pseudo-exploits, et vous oublierez les stocks options de Noël Forgeard, l'expulsion inhumaine des enfants sans papiers et le mariage-uniquement-dicté-par-l'amour de Ségolène Royal... enfin, ne parlons plus de politique, on va finir par s'engueuler, c'est classique.

Evidemment, ça n'est qu'une façon de voir les choses, je vais peut-être bien me faire tomber dessus à bras raccourcis ; mais ça me fait du bien de l'avoir dit... panem et circenses, ils avaient déjà tout compris nos ancêtres les Romains. Parfois je me dis qu'on n'a plus rien inventé depuis... à part bien sûr le suffrage universel.

Commentaires

Pomme, tes billets je les lis et relis.
Ca serait rigolo de savoir comment les autres te lisent:moi c'est d'abord une 1ere fois, dans l'euphorie d'un nouveau billet: hop je survole, je souris, je hausse les sourcils, je me dis "ah d'accord", "ah bien tourné ", "ah tiens bizarre", "ah je suis émue"...
Et puis j'y reviens, ensuite, un autre jour parfois et ce qui me plait c'est que j'y vois toujours quelquechose pas vu à la 1ere lecture..
Ce qui est sûr, c'est que ce que j'y aime c'est ta singularité...
Et là ce soir, c'est cette évocation de Jane Mansfield !

Écrit par : Sophie L.L | 03/07/2006

Pomme chapeau : un billet qui part innocemment des férias et du mal de pieds (rien que du classique en somme!) et qui au fil des mots aboutit sur le foot, la politique, un peu les médias et le fric!
Si c'est pas de l'enrôlement, ça... ;)

Cela dit, ça se défend : moi l'engouement plus qu'expressif des Français suite à la victoire me parait toujours démesuré et intéressé (oui, je sais, je suis une empêcheuse de tourner en rond!). Tous ces drapeaux, ça me fait peur... ^^

Écrit par : Casual | 04/07/2006

on se laisse tous un peu prendre au jeu par l'euphorie collective, avec ou sans alcool. Ca fait du bien à la France, à l'ego et aux écrans géants. Dommage que ça s'arrête toujours à la fin de la deuxième mi-temps...

Écrit par : phan | 04/07/2006

c'est vrai ça.

(mais... on est en demi, on est en demi, on est, on est, on est en demi !!!!!!!!!)
;o)))))

Écrit par : Anne Cé | 04/07/2006

Se un comento in italiano ti fa tanto piacere, è facile ;-) (attenzione, aficionados è una parola spagnola ;-)).
Penso come te che il pane ed i giocchi sono una bella occasione per dimenticare tutto quello che non va nella nostra società, ma non si puo rimprovere alla gente di avere bisogno, ogni tanto, di festeggiare un po, è tanto umano...
Bacci et buona giornata ;-)

Écrit par : Hélène | 04/07/2006

Ah oui, alors ! Qu'est-ce qu'on en a à faire de la coupe du monde ? Moi, ça m'est indifférent, que la France soit en demi-finale, mais alors, à un point difficile à nommer.
Et si c'est l'Allemagne qui gagne, alors que c'est elle qui héberge cette année, tout comme c'est la France qui a gagné en 98 quand c'était chez nous que ça se passait, ça prouvera juste que les matchs sont achetés, et puis c'est tout.
Quand à la feria, moi, je pense toujours à la chanson de Cabrel "Ils sortent d'où ces acrobates, avec leurs costumes de papier ? J'ai jamais appris à me battre contre des poupées". Trouver un intérêt à la souffrance et à la mort d'un animal qui n'a aucune chance de s'en sortir (même s'il encorne, il est mort à la fin, car personne ne laisserait jamais toréer une seconde fois un taureau qui a compris qu'il fallait viser le bonhomme plutôt que la cape), je trouve que ça prouve bien qu'on est encore un peuple de barbares, et qu'il y a du chemin à parcourir avant qu'on arrive à se servir des 80 % du cerveau qui sont encore en jachère chez nous.

Écrit par : poupou | 04/07/2006

@sophie L.L : moi ce sont tes commentaires que je lis et relis, ils sont si flatteurs ;-)

@Casual : pas du tout fan des drapeaux non plus ! mais je ne voulais pas aggraver mon cas en fustigeant le patriotisme exacerbé que draîne aussi le sport...

@phan : c'est vrai qu'il ne faut pas bouder son plaisir... surtout quand il dure si peu de temps, comme tu le soulignes !

@Anne Cé : je t'entends chanter d'ici ;-)))

@Hélène : trop fort !!! j'aurais juré que parlais italien, c'est un signe distinctif des gens bien ;-). J'aurais bien aimé te rendre la pareille, mais je ne suis capable que de déchiffrer cette jolie langue, et encore bien péniblement. En fait cette apostrophe était destinée à un cher ami italien, qui m'avait promis un mot, et qui ne perd rien pour attendre ; il est fan de corrida (nessuno è perfetto) donc j'en ai profité pour l'interpeler.
Tu as raison bien sûr, on ne peut reprocher aux gens des réactions si humaines... ce n'est pas moi qui dirai le contraire, puisque j'essaie aussi parfois d'oublier de vilaines choses dans la fête...

@poupou : ça c'est de l'opinion exprimée haut et fort ! Bravo ! Perso je ne suis pas spécialement fan de la SPA, mais un tel rituel au tour de la mort lente d'un animal qui n'a rien demandé, j'avoue que ça me déplaît souverainement aussi... c'est toujours pareil, les avis divergent, des questions culturelles (paraît-il) entrent en jeu... encore un vaste débat tiens !

Écrit par : pomme | 04/07/2006

Tu n'as pas regardé France 2 ce matin ?
Sarkozy était invité sur Télématin et il se servait justement du foot pour faire une comparaison entre les vieux footballeurs français et les vieux politiciens (en gros lui contre ségolène royale). En gros ses arguments était que l'équipe de France est plus forte grâce aux "vieux" footballeurs qui apportent leur expérience et que ça marche pareil dans la politique.
ça t'aurait plus !!!!

Écrit par : Leymia | 04/07/2006

juste un petit mot pour dire que :

- le foot m'indiffère totalement, pire même, m'ennuie profondément, surtout quand, comme en ce moment, on ne peut pas y échapper.

- c'est drôle parce que chez moi (en Provence) la castapiagne (je ne suis pas sûre du tout du tout de l'orthographe) c'est la diarrhée!

Écrit par : PAL | 04/07/2006

Madame Pomme, je suis totalement d'accord avec toi!
Pour commencer, comme tu le dis, le foot n'a plus rien à voir avec du sport, du moins le foot de haut niveau. Et si vraiment tous ces gens rivés devant la télé depuis 21 jours appréciaient vraiment ce sport, ils seraient bien plus nombreux à aller voir les matchs de leur équipe locale, qui évolue en 25e division (ou ligue, ou machin-chose).
Tout ça n'est en fait qu'une grosse hypocrisie. Mais quelque part, ils s'en rendent compte, tous. Qu'ils courent après un idéal qui n'existe pas, qu'il noient leurs soucis dans le gazon, et que tout ça n'est qu'une immense mascarade. Mais visiblement, une imposture partagée par tout le monde, ça fait du bien. Bizarre.
Moi aussi j'ai été entraînée par la foule, (qui nous traine, nous entraine... oups pardon) dans la masse festive samedi dernier. Et j'ai été surprise de constater que la majorité des gens présents sont là en spectateurs des quelques exubérants. L'impression qu'ils étaient là juste pour dire qu'ils y étaient et qu'eux aussi ont fait la fête. Mais sans y croire vraiment.

Écrit par : Cely | 04/07/2006

Bon, personnellement, je regarde. Tout en cautionnant tout ce que tu dis, Pomme. Mais je sais pas, c'est une réminiscence de mon enfance, je me souviens des matchs regardés avec mon père, de la fête quand on avait gagné, de l'atmosphère plombée dans le cas contraire. Il m'emmenait aussi sur les stades et je me laissais prendre par l'enthousiasme collectif.
Mais samedi, avec des amis, après avoir sacrifié au rite et applaudi la victoire, nous avons picolé une bonne partie de la nuit - pas nécessairement pour fêter ça, encore une fois on est plutot amateurs mesurés. La clameur qui venait de la ville nous a d'abord amusés, puis, au fur et à mesure que la nuit avançait, inquiétés. Oui, je trouve inquiétant une telle ferveur. Inquiétant que l'on puisse être à ce point heureux pour une victoire de foot. Et révélateur de la misère sociale et affective actuelle... Et j'ai moi aussi pensé à "Du pain et des jeux"...

Bref, ça ne m'empêchera pas de regarder demain, mais en gardant à l'esprit que tout ça n'est finalement qu'un jeu, destiné bien sûr à nous faire oublier le reste...

Écrit par : caroline | 04/07/2006

@Leymia : en effet j'aurais adoré !!! et en plus de bon matin, ça m'aurait trop donné la pêche !!! J'ai quand même l'impression, pour entrer dans le jeu de notre cher ministre de l'Intérieur, que les vieux footballeurs sont nettement plus efficaces que les vieux hommes politiques sur ce coup-là ;-)

@PAL : je pense que l'orthographe de ce mot n'est pas contrôlée par l'Académie Française, donc pas grave ! Maintenant que tu me le dis, c'est vrai qu'à Toulouse il a aussi ce sens-là, mais aussi une acception plus générique. Il faut dire que les régionalismes, comme les patois, changent tous les dix kilomètres ;-)

@Cely : Mademoiselle Pomme, si ça te fait rien ;-)))
Ce n'est souvent qu'un prétexte comme une autre, c'est vrai, de faire la fête, mais moi aussi l'impression de mascarade me mine...

@caroline : moi aussi ça me fait un peu retomber en enfance... mais il me semble qu'à cette époque c'était bien moins perverti ; cela dit, j'ai du mal à me rendre compte, j'avais huit ans ;-) et j'étais amoureuse de Dominique Rocheteau (je n'arrive pas à croire que j'écris un truc pareil). Je le suis toujours un peu d'ailleurs (je m'enfonce là non ?). Je me suis laissé dire que mon entourage, décidément maléfique, essayait de m'enrôler demain soir en profitant bassement de ma faiblesse ; si je cède, comme toi je garderai une dose de détachement...

Écrit par : pomme | 04/07/2006

Ben moi j'aime bien la Coupe du monde... J'ai regardé pas mal de matchs (même certains où la France ne jouait même pas...), j'ai stressé comme une malade à la fin de France-Brésil samedi, je vais regarder Allemagne-Italie ce soir, et bien sûr France-Portugal demain. J'espère que l'Italie va gagner ce soir, parce que je pense qu'elle serait moins difficile à battre que l'Allemagne, donc si la France va en finale, je préfèrerais France-Italie à France-Allemagne.

Bon après ces basses considérations pratiques, je suis d'accord qu'il y a des excès autour du foot, et que la médiatisation est un peu démesurée. Et des scandales comme celui du championnat d'Italie en ce moment ne vont pas redorer son image.
Mais je ne boude pas mon plaisir, ça reste malgré tout un grand rassemblement populaire (si si je maintiens), et c'est aussi ce genre d'événements qui permet de supporter des problèmes (et pas de les oublier).

Pour ce qui est des drapeaux, pour lesquels je n'ai pas de tendresse particulière en général, j'avoue que je n'avais jamais été gênée par ceux des supporters, même si je comprends bien ce que vous voulez dire. Cependant, en y réfléchissant, il y avait beaucoup de drapeaux portugais samedi, et je n'y ai pas vu de dangereux patriotisme exacerbé, simplement une grande joie (je prends l'exemple du Portugal et pas de la France parce que c'est toujours plus facile de réfléchir quand on est extérieur).

Je précise qu'avant 98, je trouvais que le foot c'était vraiment un truc de demeurés ou de hooligans, et j'étais plutôt d'accord avec la phrase malheureuse de Coluche, qui avait dit que les morts du Heysel, c'était autant de connards de moins
(je ne me souviens pas de la phrase exacte, mais l'idée est là). Et puis comme beaucoup, en 98, je me suis prise au jeu, et j'ai continué ensuite, et maintenant c'est vraiment un spectacle que j'apprécie (oui je prends ça comme un spectacle, je ne vais pas supporter un club, mais j'aime voir un beau match).
J'en reviens pas de ce que je fais, si on m'avait dit qu'un jour je défendrais la Coupe du monde ;-)

Une dernière chose et après j'arrête, les matchs achetés c'est bien beau, mais j'ai du mal à croire que le Brésil ait pu être payé pour lever le pied en 98. Le foot ça fait partie de la vie là-bas, et la finale de la Coupe du Monde, c'est pas non plus un match de championnat, on n'y renonce pas comme ça...

PS pour redorer un peu mon blason : moi aussi je parle un peu italien, pas couramment mais je me débrouille ;-)

Écrit par : Catherine | 04/07/2006

@Catherine : ce serait parfait si tout le monde avait le même détachement que toi, mais je crains que ça ne soit pas le cas ; le foot est si souvent prétexte à des débordements en tout genre... cela dit je comprends aussi qu'on puisse aimer ce sport ; mon billet se situait dans l'outrance parce que j'adore ça, mais en réalité je suis beaucoup plus raisonnable ,-)
Bravo pour l'italien, quelle chance de savoir le manier ! Au fait, j'y pense ! (cela dit je ferais peut-être mieux de me taire... ), cet entretien... des résultats ?

Écrit par : pomme | 05/07/2006

Pomme sur le fond tu as raison, et je me suis un peu emballée. Finalement je crois que c'est Anne-Cé qui avait le mieux résumé ce que je voulais dire :
"c'est vrai ça.
(mais... on est en demi, on est en demi, on est, on est, on est en demi !!!!!!!!!)"

Pour les suites de mon entretien, j'ai décroché un CDD. Je suis plutôt contente, j'avais postulé à un poste dans lequel je n'ai pas d'expérience, ce qui ne leur convenait pas, ils ont besoin de quelqu'un d'autonome, mais ils m'ont prise en CDD dans le même service. Merci d'avoir pris des nouvelles en tout cas :-)

Écrit par : Catherine | 05/07/2006

@Catherine : raison, peut-être, mais pas plus tard que tout à l'heure je vais rejoindre ma bande pour voir le match... je n'ai pas pu résister à leur appel... que de la bouche, comme on dit chez moi ;-)
Pour le travail : bonne nouvelle alors ! Non ? J'avais peur de demander, mais finalement je ne regrette pas ! Bravo !!!

Écrit par : pomme | 05/07/2006

Ehhhhh ! Bravo Catherine !
Bon les Bleus, on se réveile un peu please ? ;-))

Écrit par : Hélène | 05/07/2006

Et voilà, il suffit de demander ;-))

Écrit par : Hélène | 05/07/2006

@Hélène : le bonheur, c'est simple comme un coup de pied ;-)))

Écrit par : pomme | 05/07/2006

;-))))))))))))))))))))))))))))))

Écrit par : Hélène | 06/07/2006

le bonheur c'est simple comme vos commentaires ;-)))

Écrit par : sophie L.L | 06/07/2006

Le bonheur c'est simple comme un regard de Zidane... Zizouuuuuuuuuuuu !!!

Écrit par : caroline | 06/07/2006

ils ont gagné....
j'ai eu droit aux coups de corne de brume pendant tout le match (pas chez moi, mais sous mes fenêtres), puis au concert délirant des cornes, des klaxons et des hurlements pendant 2 heures après la fin du match.
on peut dire ce qu'on veut, mais ce n'est pas de la joie çà, c'est du défoulement, du pétage de plomb, un prétexte pour se lâcher et faire n'importe quoi... Un tel déchainement pour un simple jeu de ballon me laisse pantoise, et un peu inquiète... Dire que ça va recommencer dimanche soir. Et bien voilà, je le dis comme je le pense, j'espère que la France va perdre, que je puisse regarder (et écouter) New York 911, et dormir tranquille, et ne pas trouver les rues de ma ville pleines de détritus et de bouteilles de bières cassées. Et j'ennuie tous ceux qui pensent le contraire, comme ils m'ennuient depuis de longs jours (je suis énervée, mais je reste polie!) NA!!!

Écrit par : mémé casse couilles | 06/07/2006

@caroline : tu es complètement folle ;-)))

@mémé cc (désolée je ne peux pas l'écrire, j'aurais l'impression de t'insulter-;)) : pour moi aussi c'est assez loin de la joie... mais bon, la définition doit varier d'une personne à l'autre ! Je trouve ça totalement disproportionné, moi aussi. Je ne peux pas dire que je souhaite que l'équipe de France perde, mais juste que ça m'est totalement indifférent ; je me dis que lundi matin, ce sera fini et qu'on passera à autre chose... les villes vont se vider, on sera plus tranquilles, plus calmes...

Écrit par : pomme | 06/07/2006

oui, je l'avoue, je suis un peu secouée du bulble. Mais que tout le monde se rassure, pareil, dès lundi, ça m'aura passé ! Et puis bon, entre zidane et moi, c'est purement sexuel...

Écrit par : caroline | 06/07/2006

@caroline : tu me rassures ! j'ai eu peur que tu te sois mis en tête de l'épouser ;-)

Écrit par : pomme | 06/07/2006

Les commentaires sont fermés.