Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2006

Les mots pour ne pas le dire

Les mots sont tellement galvaudés. J'ai souvent l'impression que plus rien ne veut rien dire ; on use de tant de circonvolutions, périphrases et autres métaphores que le sens est étouffé.

Forcément je me sens un peu gonflée d'écrire un truc pareil, vu que ma façon de m'exprimer est relativement enrobée ; mais moi bien sûr, j'ai l'impression de le faire à bon escient, donc ça ne compte pas.

En fait il y a deux situations particulières où ça me gêne, et quand parfois elles se rejoignent c'est le pompon, j'ai envie soit de partir en courant, soit de vociférer : « Tu peux pas dire les choses clairement ??? ». Il va de soi que je ne fais généralement ni l'un ni l'autre, je suis aussi lâche que bien élevée.

D'abord il y a tous les cas où on essaie de me vendre un truc ; pour faire simple, la pub. Ah, la publicité... à elle seule cette activité bassement triviale est en train de révolutionner la langue française, à côté les académiciens sont des vaches espagnoles. Pour s'apercevoir des énormités qu'essaient de nous faire gober les héritiers de Jacques Séguéla, il faut lire les slogans en dehors du contexte, c'est vraiment croustillant ; Philippe Vandel avait fait un bouquin là-dessus il y a quelques années, en le lisant je me souviens nettement m'être roulée par terre. Depuis, je refais souvent le même exercice pendant les réclames...

Des exemples ? D'accord : les pubs pour les organismes de crédit, dont le slogan est généralement un truc comme « Vivez vos rêves » ; ben oui, si ton rêve c'est de finir en taule parce trois boulots à plein temps ça suffisait plus pour payer les 25% d'intérêt, c'est sûr, tu peux y aller chez Bofidis ! Un grand classique, les charlataneries en tout genre pour perdre 3 kg (et en reprendre 35 après, soutiens-moi Hélène !) qui veulent nous persuader que « C'est si simple d'être mince ! » ; oui, c'est très simple quand on est un top-model dont le contrat de pub stipule qu'elle ne doit pas avaler plus de trois pommes et quatre yaourts par semaine, le tout pour la modique somme de huit milliards de dollars (il faut quand même qu'elle puisse se payer pas mal de cocaïne pour se couper la faim, qu'est-ce que vous croyez ?). Les déodorants aussi, j'aime bien : efficaces 48 h !!!!! Ah bon ? Votre fréquence de douchage est supérieure à 48 h ? Eh ben déo ou pas, je vous interdis de m'approcher, non mais ! Ca fourmille aussi dans les spots pour les avatars des nouvelles technologies, écrans plats et autres LCD ; là rien de précis ne me vient à l'esprit, mais en gros ils tentent de nous faire gober que ces indispensables appareils vont nous propulser vers un autre monde, voyage voyage et compagnie ; ben moi, quand j'allume ma télé pour les infos et que je vois la tronche de Pujadas, j'ai pas précisément l'impression d'être à Bora Bora. Mais bon, les goûts et les couleurs...

Le pire dans tout ça, c'est que souvent ça marche... au fond de nous, on sait très bien que c'est du flan, mais on peut pas s'empêcher, il faut qu'on achète pour voir ! C'est dire si le pouvoir des mots est immense, même (surtout ?) quand ils ne veulent plus rien dire... pour en finir avec la vente, il me faut quand même parler des moments où on en est amené à se vendre. Eh oui. Les entretiens d'embauche. Une certaine idée de l'enfer. La foire au mensonge à bon compte. Une lutte à mort, le couteau sous la gorge. Parfaitement. A la question : « Quelle est votre motivation pour ce poste ? », je me suis juré qu'un jour je répondrai : « Ne pas avoir une meute d'huissiers en furie devant ma porte à la fin du mois ». Vous croyez qu'ils en penseraient quoi les recruteurs ? Peut-être qu'eux aussi ils en ont marre des trucs formatés genre « Evoluer dans ma carrière en mettant mes compétences et mon expérience au service d'une société innovante et en pleine expansion ». Dans la colonne « Qualités », à la place de « Dynamique (qui bouge tout le temps ?), rigoureuse (comme l'hiver ?) et motivée (comme le refus ?) », si on mettait plutôt « Ponctuelle, jamais malade et bosseuse », ça serait pas plus convaincant ? Moi je dis que ça se tente.

L'autre situation où la vacuité vertigineuse des mots me tue, c'est plus délicat, car ça touche au politiquement correct. Il s'agit des mots de la chose, justement. Je précise que je ne suis pas particulièrement à l'aise pour parler de sexe, en fait je suis très vieille France, limite prude, mais bon, un chat un chat quand même ! La première fois que ma gynéco m'a demandé « Vous avez eu des rapports récemment ? », j'ai immédiatement pensé au sketch de notre regretté Elie Kakou où il joue un instit intraitable qui menace d'envoyer ses élèves chez le directeur... des rapports ! Non mais c'est quoi ce mot, on n'est pas en cours d'éducation sexuelle en 4°B du collège Jules Ferry ! On est des adultes !

Cela dit si je redémarre sur les docteurs, il y en a pour un moment ; récemment une gynécologue (une autre) m'a doctement asséné : « Le vagin est une cavité virtuelle ». Ah bon ? Ben on doit pas avoir le même alors ! Non mais n'importe quoi. A 60 € la consultation, elle a peut-être pensé qu'une pointe de métaphysique ferait passer la pilule (!), mais merci, si je veux lire la critique de la raison pure, j'irai pas chez le médecin, mais à la bibliothèque.

Et encore, j'en passe sous silence, je ne peux pas tout écrire non plus, j'ai une réputation à tenir ! Mais le summum, c'est quand la pub et la bagatelle sont associées. On atteint des sommets de tartufferie enviés par nos plus brillants orateurs politiques. Il y a un an à peu près, était diffusé sur nos écrans un spot vantant les mérites d'un produit d'hygiène intime (cette expression me donne envie de me rouler dans la boue, ça doit être freudien). Donc bien sûr, une nana (squelettique, évidemment, si tu pèses plus de 40 kg tu peux bien avoir le popotin sale, ça changera rien) à oilpé nous explique douceureusement qu'elle n'utilise plus que Trucmuche pour prendre soin de son intimité. T'appelles ça comme ça toi ? Vous vous imaginez penser soudain, dans les rayons du supermarché « Tiens, il faut que j'achète un flacon de Machin pour prendre soin de mon intimité » ? Mais où va-t-on ? A chaque fois que la pub passait, je me surprenais à souhaiter de toutes mes forces qu'à la place de ce mot abscons (une contraction très pratique de absurde et con), elle en utilise un autre, tellement plus simple, tellement plus vrai, tellement plus réel... pas vulgaire, pas dégradant, juste un mot que les vrais gens disent dans la vraie vie... j'avais l'impression que si ça arrivait, l'espace d'un instant, le monde serait un peu moins laid... c'est aller chercher bien loin la beauté, je vous l'accorde, mais pour moi ce genre de dérives est symptômatique.

Encore une fois, je trouve qu'on nage en plein paradoxe : on utilise des formules de plus en plus alambiquées, pour dire des choses de moins en moins vraies. Ca me mine. Et là encore, j'ai pas parlé de choses graves... si on fait pareil avec les discours de nos dirigeants, les publications du FMI ou les articles des Echos (spéciale dédicace à ma voisine), on est pris par l'envie soudaine d'aller vivre en haut d'un baobab en pleine forêt amazonienne. Enfin, moi ça me fait ça en tout cas. Mais c'est pas possible, dans ma cabane au Brésil, il n'y aurait pas de télé pour se bidonner devant les pubs débiles...

Commentaires

exuse moi rien à voir mais je suis sous le choc... joe dassin? joe dassin te fais triper?

Écrit par : julie | 14/06/2006

En même temps le slogan c'est : " c'est si simple de rester mince" ... en d'autres termes : les grosses vous pouvez toujours en bâfrer, vous ne mincirez jamais, faut l’être au départ !
Ca me rappelle une scène de film où la nana, mannequin de profession, 1,80m, 35 kgs dit à son mec qui veut aller faire un tour "je peux pas, j'ai rendez-vous avec le photographe et je ne me suis pas encore fait vomir"
MDR

Écrit par : Stéphanie | 15/06/2006

Bah oui, on a peur des vrais mots, on se cache derrière des mots-placebos vides de sens et tout le monde est content!
Le pire pour moi c'est la pub pour les couches pour l'incontinence ou "fuites urinaires"; je crois qu'ils n'emploient même pas l'un de ces termes! parce que ça doit rester discret, un peu private joke.
Et pourtant, par amour des mots, on peut être tentés par la paraphrase, parce que c'est plus beau, plus agréable à lire, parce que pour parler d'amour ou faire rire c'est bien mieux. Mais cet usage là des mots, il est sain, il est vrai; comme quoi la profusion ne tue pas. La langue de bois, presque!

Écrit par : mariaba | 15/06/2006

Je note et je retiens que lorsque tu regardes le journal, c'est celui de France 2... ^^
Bien, bien!

Écrit par : Casual | 15/06/2006

Je suis comme Mariaba, les mots à force de les utiliser n'importe comment on les vide de leur sens. Ce qui me gène dans l'histoire des pubs, ce sont les pubs qui "combattent" les odeurs.
Celle qui me choque le plus est celle qui incite à utiliser les couchesmachins qui enlèvent les odeurs!!! parce que c'est bien connu, on pue.

Écrit par : Lucette | 15/06/2006

On ne trouve plus nulle part de nains, aveugles, instits, noirs, mais des gens de petite taille, non-voyants, professeurs des écoles, personnes de couleur (moi, la blanche, je n'ai pas de couleur ?).
La Presse ne parle jamais des flics, mais des "forces de l'ordre".
On édulcore les mots, mais ça ne change en rien ce qu'il y a derrière.

Écrit par : poupou | 15/06/2006

bon maintenant que je suis remise je peux revenir à tes moutons, surtout que ce que tu dis est très juste. personnellement depuis quelques temps je ne travaille plus auprès d'handicapés mais de personnes "en situation de handicap", ce qui change tout non? et il se peut que certains soient "déficients visuels" mais certainement pas aveugles malheureuse!
et j'ai beaucoup ri intérieurement quand j'ai entendu ma voisine tenter de décrire à une autre notre nouveau voisin en essayant d'éviter de dire la seule chose qui lui aurait permis de le reconnaitre à savoir "il est noir"...
sur ce, je vais m'occuper de mon intimité afin d'avoir des rapports.

Écrit par : julie | 15/06/2006

ah oui mince pomme j'avais oublié qu'ici je suis julie bibliobus. que c'est compliqué les mots hein, si on pouvait simplement dire les choses comme elles sont! ;)

Écrit par : julie bibliobus | 15/06/2006

Pomme, bonjour, et merci pour tes petits billets qui m'aident à passer l'étape de léthargie postprendiale qui m'assaille à 13h!
Donc là je m'excuse d'avance de poster padutou dans le bon billet, mais celui qui m'intéresse (plus) est fermé aux commentaires :D
Je parle des informaticiens.... et je souhaite réagir, passke moi, j'en suis une, d'informaticienne! Et super sympa en plus! Bon ok je suis pas technicienne, mais yen a, chez nous, et plutôt efficaces, serviables et sympatiques. Et ils parlent l'humain moyen, parce que nous, les ingénieurs, bon ok, on sait ce que veut dire "rebooter un micro", mais résoudre un souci de thermal error dans le ventilo, bof.
La semaine dernière j'ai descendu mon pécé qui ne démarrait plus (non, pas descendu au cours d'un duel sans merci, descendu d'un étage, c'est tout) - chez eux il a démarré tout de suite et je suis repartie (remontée!) avec - ils se sont même pas moqués!! Ou alors ils ont attendu que je sois partie?
Bref, faut pas généraliser, les pécés, c'est pas nos seuls meilleurs amis ;)
Au plaisir de te lire encore ........

Écrit par : NuNue | 15/06/2006

Raah moi aussi y'a des mots qui m'énervent ! C'est plutôt des mots qui ont été très utilisés à un moment et qui du coup perdent leur sens.
Comme ça là je pense à "respect" et à "assumer". Et aussi "opportunité", qui m'énerve au plus haut point, alors que "possibilité" est tellement plus simple, ou même "boulot", puisqu'en général c'est ça que ça veut dire.
Il y a aussi "au jour d'aujourd'hui", au cas où on n'aurait pas compris qu'on parle du maintenant de tout de suite.
Et puis "y'a pas photo" (je n'ai jamais compris d'où ça pouvait venir, si quelqu'un a une idée...)

Les "personnes en situation de handicap", c'est vraiment affligeant...

Écrit par : Catherine | 15/06/2006

@julie bibliobus : eh oui, je sais, ça peut paraître incroyable, mais je trouve Joe Dassin très séduisant... nostalgie de l'enfance probablement... C'est sûr que si on étend le sujet à toutes les contorsions verbales politiquement correctes, il y en aurait pour des plombes ! Le genre sévit de plus en plus...

@Stéphanie : je la trouve plutôt vraisemblable ta blague !

@mariaba : c'est exactement ça, cette "dépréciation" des mots me tue à petit feu...

@Casual : disons plutôt que quand il m'arrive de regarder le JT, j'opte pour F2 dans le seul but d'éviter TF1... mais je me demande si ça fait réellement une différence...

@Lucette : c'est vrai que l'olfactif est particulièrement touché par la tartufferie... quel dommage, décrire les odeurs (bonnes ou mauvaises) est un exercice de style passionnant.

@poupou : le langage administratif est une mine aussi !

@NuNue : tu as bien fait de réagir quand même ! les commentaires sont automatiquement fermés après un mois, et comme moi je ne suis pas informaticienne, je ne sais pas comment modifier ça ! En tout cas je suis enchantée d'apprendre (même si je m'en doutais un peu quand même !) qu'il y a des informaticiennes sympa !

@Catherine : y'a pas photo, a priori je dirais que ça vient du langage hippique : quand deux chevaux arrivent presque en même temps sur la ligne, il faut examiner la photo de l'arrivée pour déterminer lequel a un chouïa d'avance, donc si la différence est nette, pas besoin de la fameuse photo... il faut que je vérifie cette explication. Tous les exemples que tu cites sont très pertinents, et ils sont légion...

Écrit par : pomme | 16/06/2006

Re-moi, désolée d'écrire ça ici mais je n'ai pas trouvé ton mail, (je l'ai déjà dit je suis pas TECHNICIENNE) mais je sauve l'honneur, j'ai trouvé comment désactiver les commentaires à ton idée : dans l'administration du blog, tu vas dans le menu notes --> puis dans l'onglet propriétés --> dans la page c'est à la partie propriétés des commentaires, "Fermer les commentaires après" et tu peux choisir jamais!
Voilà tu peux m'effacer après avoir lu bien sûr ça fait pas très "pomme" ce commentaire :p

Écrit par : NuNue | 16/06/2006

Merci pour ton explication Pomme, elle me parait tout à fait vraisemblable (bien que je n'y connaisse rien en course hippique ;-))

Écrit par : Catherine | 16/06/2006

Mettez de la musique sur vos blogs !

http://dolgoroukiinc.hautetfort.com/archive/2006/06/16/de-la-musique-a-volonte-sur-la-dolgorouki-inc.html

Zalutazions !

Écrit par : Dolgo | 17/06/2006

Extraordinaire ! Hyper bien écrit, et tout comme je pense ! Pomme tu es la meilleure (parce que tu penses comme moi ? rooooh, qui a dit ça ? ;-)).

Pour les régimes évidememnt je te soutiens ;-

Pour le boulot et les entretiens d'embauche, je suis assez certaine que la franchise paye, je l'ai expérimenté de temps en temps, ça fait plaisir
Et quand ça paye pas c'est qu'on est tombée sur un con et qu'il vaut mieux pas bosser avec lui.

Je lutte furieusement contre le politiquement correct depuis des années, il n'y a vrament pas un mot (hi hi !) de ton billet que je n'approuve pas à 500% !

Écrit par : Hélène | 17/06/2006

C'est encore moi ;-) Tu es vraiment géniale, j'avais besoin de le répéter ;-)

Écrit par : Hélène | 17/06/2006

@NuNue : ne t'excuse pas, c'est gentil de vouloir m'aider ! En fait j'ai déjà fait ce que tu m'expliques, mais je pense que ça n'agit pas rétroactivement, en gros ça ne rouvre pas les commentaires déjà fermés, mais pour les billets ultérieurs je pense que ça marchera... enfin j'espère !

@Catherine : je n'ai pas eu le temps de vérifier ma théorie, mais plus j'y pense, plus je me dis que c'est bien ça... je ne sais pas où je suis allée pêcher ça, je fréquente très peu les PMU !

@Hélène : merci, merci beaucoup.... chais pu quoi dire... je suis rouge de confusion... décidément oui, soeurs d'âme... cette expression m'a beaucoup touchée...
Pour les entretiens d'embauche je crois que tu as raison... vu ma vie professionnelle cahotique je devrais en resubir quelques-uns avant longtemps, donc je vais peut-être tester le truc, au moins pour rigoler !

Écrit par : pomme | 17/06/2006

Hi hi, j'attends que tu nous racontes ça avec délectation pomme ;-))
"Comment ça vous c'est pas un poste aux 35 heures ? Et c'est vous qui allez vous occuper de mon blog peut-être ?"
"Il y a la clim dans les bureaux ? Non ? Ahhhh ça va pas être possible alors..."
"X € ?? c'est une farce ? ou alors vous payez à la semaine ??"
etc, etc...

Je t'ai mise en lien sur mon blog (je sais pas comment c'est possible, mais j'avais oublié jusqu'à aujourd'hui), j'ai failli mettre "soeur d'âme" dans le descriptif et pis j'ai pas osé de peur de passer pour une folle furieuse ;-)

Écrit par : Hélène | 18/06/2006

J'ai justement un entretien d'embauche demain matin... Je vous ferai un compte-rendu si jamais j'ose des trucs qui sortent un peu des sentiers battus ;-) Mais je vous garantis rien hein, on verra comment ça se présente, parce que j'aimerais bien le décrocher ce boulot quand même ;-)

Écrit par : Catherine | 18/06/2006

@Hélène : ne me tente pas, je suis capable de raconter n'importe quoi pendant un entretien d'embauche juste pour le plaisir d'écrire un billet dessus ;-)
J'ai vu pour le lien... j'ai failli me faire pipi dessus de plaisir. Le descriptif va au-delà de mes espérances les plus folles ! Soeur d'âme, ça restera entre nous... enfin presque !

@Catherine : là c'est sûr que c'est quitte ou double, rouge impair et passe, la bourse ou la vie, enfin bref c'est tout ou rien, pour faire court ! Mais si tu sens bien le truc, je me répète, ça se tente. Tiens-nous au courant !

Écrit par : pomme | 18/06/2006

Voui voui Catherine, si tu sors ds trucs rigolos viens nous raconter surtout ! ;-)

Pomme je ne savais pas qu'on pouvait se faire pipi dessus de plaisir, c'est un concept intéressant ;-))

Écrit par : Hélène | 18/06/2006

@Hélène : absolument, intéressant mais salissant ;-)))))

Écrit par : pomme | 18/06/2006

Bravo pour ces beaux placés-mots !

Filou

Écrit par : filou | 21/06/2006

@filou : jeu de mots maître Cappello !!! merci du compliment, et aussi de m'avoir citée sur ton blog !

Écrit par : pomme | 21/06/2006

Bon ben j'ai rien osé de spécial à mon entretien, c'est resté très classique. Mais comme je l'ai dit, je compte pas mal sur ce boulot, alors c'était pas évident de dire n'importe quoi ;-) Je ferai peut-être mieux une prochaine fois !

Écrit par : Catherine | 21/06/2006

@Catherine : tu as bien fait de rester sage, ce serait dommage de passer à côté d'un travail juste pour faire la mariole ;-). Maintenant il ne te reste plus qu'à nous tenir au courant de l'issue de tout ça... je te dis le mot auquel il ne faut pas répondre !!!

Écrit par : pomme | 21/06/2006

Roh, je suis un peu déçue, mais c'est pour la bonne cause Catherine ;-) Croisons tous nos doigts en attendant l'issue de cet entretien ;-)

Écrit par : Hélène | 22/06/2006

Quel esprit, j'avoue avoir bien ri, surtout pour le passage sur les entretiens d'embauche !
Ce qui me hérisse c'est l'emploi de certains mots ou expressions qui tentent de gommer la réalité de ce qu'ils décrivent, par exemple :
"Centre de rétention" pour parler de l'endroit où sont confinées les personnes sans papiers en attente d'être chartérisées en masse, par exemple. Tout ça pour ne pas dire "détention" ou "prison". Au départ c'était une subtilité administrative car il n'y avait aucun cadre législatif pour encadrer cette pratique, de fait, mais pas de droit. Depuis le tournant réac' visant à assimiler demandeur d'asile à sans papier et donc à clandestin et enfin à délinquant (ben oui ne serait-ce que du fait de ne pas avoir de papiers), il s'agit bien d'une détention.
Et surtout, cette expression est à présent communément utilisée. On fait donc toujours une distinction, de fait, entre deux situations (la détention et la rétention) qui ne se distinguaient au départ que d'un point de vue administratif et législatif, mais pas de fait.

Écrit par : Thulip | 26/06/2006

@Thulip : tu vois, c'est exactement pour ça que j'admire les gens qui ont beaucoup étudié (et tout retenu, contrairement à moi qui me suis empressé de tout oublier) ; pour arriver à pondre une explication si magistrale, et en même temps accessible, il faut être réellement doué. Et avoir le sens de la nuance, une autre qualité qui me fait cruellement défaut. Bref, tu es vivement encouragée à laisser des commentaires de cet acabit le plus souvent possible ;-)

Écrit par : pomme | 26/06/2006

Les commentaires sont fermés.