Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2006

Maillot jaune

Que ce soit bien clair : je hais le sport, et il me le rend bien. A la réflexion, je me demande même si ce n'est pas lui qui a commencé, parce qu'à la base j'avais rien contre ; mais nos premières rencontres ont été calamiteuses, et la grande saga de la haine mutuelle est née. Je déteste faire du sport, évidemment, et je déteste le sport d'une façon générale, notamment tel qu'il s'étale sur nos écrans et dans les colonnes des journaux. A la limite, j'accorde de l'indulgence à l'athlétisme, parce que c'est un truc de puristes j'ai l'impression, et surtout pour baver pendant des heures devant la plastique hallucinante des demi-dieux qui le pratiquent. Il y aurait bien aussi le cas particulier de rugby, Sud-Ouest oblige, mais c'est en train de devenir pire que le foot pour l'aspect financier, et la nouvelle génération de joueurs donne une image qui à mon avis est totalement contraire à l'esprit de ce sport, notamment en posant pour des calendriers à côté desquels Gai Pied pourrait passer pour un missel de 1938. Si vous vouliez être acteur porno, y'avait pas besoin d'un ballon ovale.

Bref, c'est pas la question ; bon gré mal gré, il faut que je me rende à l'évidence : je suis rouillée, ankylosée, verrouillée, toute coincée de partout, si ça continue je ne pourrais même plus passer l'aspirateur ; sans parler de mes capacités respiratoires, parfois je me demande si je n'ai pas contracté la mucoviscidose. Je ne serai jamais une championne olympique, mais il faut quand même que je m'entretienne un minimum. La mort dans l'âme, j'ai examiné diverses possibilités :

 

La piscine : j'adore nager, je me sens très à l'aise dans l'eau ; les obstacles sont ailleurs : épilation permanente, démaquillage préalable obligatoire, lentilles de contact prohibées, port d'un bonnet hideux, yeux de lapin russe. En fait la seule solution serait d'aller à la pistoche le week-end, au réveil et à tâtons, avant le shampooing et le maquillage. Et encore, le problème pileux resterait entier : je n'ai pas encore trouvé la solution miracle pour être parfaitement nette 365 jours par an.

Le club de gym : ça va pas bien la tête ? Je ne vais tout de même pas m'infliger des souffrances atroces au milieu de radasses en collants fluos venues exhiber leurs 28 kg en se plaignant de leurs bourrelets (où ça les bourrelets ? Autour du cerveau peut-être ?), et de gym queens s'admirant dans tous les miroirs disponibles, profitant de l'occasion pour faire leur marché de chair fraîche. De toute façon, je ne peux pas faire de step, j'ai les rotules déformées.

Le foot : ce n'est pas un sport, c'est un commerce. Et puis les sports collectifs me hérissent, comme disait Brassens, à plus de quatre, on est une bande de cons ; ça ne s'applique pas nécessairement à toutes les situations, mais je trouve ça particulièrement adapté aux équipes de sportifs en tout genre. Donc pas non plus de basket, de hand-ball, de bobsleigh ou de curling (je n'ai bien sûr jamais envisagé d'en faire, mais j'avais très envie de parler de ces deux sports particulièrement ridicules).

Le tennis : pas possible, je posséde une paire de seins ; regardez bien les joueuses de tennis, aucune n'en a. Et puis je porte très mal la minijupe.

Le jogging : alors là, c'est un aller simple pour le funérarium. D'abord je ne sais pas courir, et ensuite j'ai tellement peu de souffle qu'au bout de 12 mètres je m'écroule, littéralement au bord de l'apoplexie. Non, décidément, je préfère continuer à fumer un paquet par jour.

 

Bref, les possibilités qui s'offrent à moi sont drastiquement limitées. J'ai donc fini par me rabattre sur le bon vieux vélo. Il y a deux ans, le vélo m'a beaucoup aidée pendant un de mes nombreux régimes, un de ceux qui a marché en tout cas ; je possédais un magnifique spécimen mauve irisé (mais si) tellement rutilant qu'on a bien sûr fini par me le chouraver sans vergogne. J'ai donc racheté il y a quelques semaines un nouvel engin, beaucoup plus banal cette fois-ci, mais joli quand même ; j'ai pris la précaution d'acquérir aussi un antivol qui pourrait être efficace sur la fusée Ariane ; ce n'est pas que je croie furieusement aux vertus de la propriété privée, mais bon, il faut être pragmatique, je ne vais pas non plus en racheter un tous les matins.

J'A-DO-RE faire du vélo. Je trouve presque ça reposant. En ville, il faut choisir ses itinéraires, sinon on a vite l'impression de pédaler sur l'autoroute, mais dans des coins pas trop fréquentés, c'est super agréable, on découvre les choses sous un autre angle. Tant que ça reste sur du plat, tout va bien. Mais la nature étant d'une fourberie sans bornes, parfois il y a des côtes.

Hier dimanche, par un soleil radieux et une température supérieure à 15° (pas trop tôt), j'ai entrepris de partir chez un couple d'amis heureux propriétaires d'une piscine (et d'une maison aussi, juste à côté de la piscine). Comme il faut bien que j'amortisse mon achat, et qu'en semaine je ne trouve pas le temps de faire du vélo, j'ai décidé de m'y rendre en pédalant. Seulement voilà, ces charmants garçons ont la bonne idée d'habiter en haut d'une sorte de colline (je ne sais pas si on peut dire colline pour la ville). J'ai donc concocté un itinéraire diabolique censé m'éviter au maximum les côtes trop raides.

A l'aller, ça n'a déjà pas été évident ; sur la fin, je me suis retrouvée devant une rue si pentue que je me croyais à Montmartre, mais bon, faut pas rêver, j'étais à Toulouse. Je commençais à faiblir sérieusement ; j'ai donc ravalé ce qui me restait de fierté, et je suis descendue de mon vélo, le poussant à pied jusqu'en haut de la côte. Je vous épargne les commentaires désobligeants et les remarques d'une perfidie stupéfiante qui ont accompagné mon arrivée au bras de ma bicyclette.

Bien. Nous voilà au moment de repartir. En désespoir de cause, je choisis un autre chemin. Pendant un moment, ça se passe à peu près bien ; mais fatalement je finis par me retrouver face à une nouvelle côte. Mais c'est pas possible, elles s'étaient toutes donné rendez-vous ou quoi ??? J'étais au fond du trou, avant même de commencer à la gravir. Qu'à cela ne tienne, je rassemble le peu de courage qui me reste, et je m'attaque à l'ascension. Et là, stupeur sans nom, mutisme surpris, au bout de quelques mètres je m'aperçois que je n'arrive plus à avancer d'un centimètre. J'ai quasiment réussi l'exploit de reculer en continuant à pédaler, je songe à contacter le Guinnes Book, c'est dire. J'ai essayé pourtant ; pas moyen, le sur-place pur et simple. Très vite, sous le coup de l'effort surhumain, j'ai eu le sentiment qu'on m'avait injecté du napalm dans les cuisses tellement je peinais ; pendant quelques secondes j'ai caressé le fol espoir que ce puissant défoliant ferait disparaître mes cuisses, au moins en partie ; mais bien sûr, en arrivant elles étaient toujours là, comme par hasard. Craignant terriblement de péter du coeur, je suis à nouveau descendue de mon vélo (j'entendais presque les quolibets de la foule) pour finir la côte à pied.

J'ai fini ma route à toute vitesse (ben oui, après la montée, il y a eu la descente, j'ai eu l'impression de faire du deltaplane tellement c'était grisant) et je suis arrivée chez moi écumante, rageuse et suant comme jamais. Heureusement que je n'avais pas de mascara, sinon je me la jouais Pandi Panda, petit ourson de Chine. Tout ça pour même pas profiter de la piscine, elle était tellement froide que je m'attendais à voir surgir à tout moment une famille de pingouins.

Voilà, ce n'était qu'un épisode de ma triste et vaine relation avec l'effort physique. Il y en aurait bien quelques autres, mais je trouve que j'ai assez malmené mon amour propre pour aujourd'hui. Je me doutais depuis pas mal de temps que je ne gagnerais jamais le Tour de France, mais l'humiliation reste intense. Contre vents et marées, je continuerai à faire du vélo, mais uniquement sur du plat. Je devrais peut-être envisager l'exil en Belgique, il paraît que les frites y sont délicieuses.


Commentaires

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah enfin !!!!
Merci merci merci merci, et mille fois encore merci =^^=
Ce post vient de me prouver que je suis pas la seule à ne pas pouvoir faire de sport (tachycardie = youpi) sans crever au bout de 20 mètres de course pour attraper un tram ou un bus... et même souci avec la piscine pour l'épilation *sigh*
Pour le vélo... hmmm j'en faisais il y a quelques années, quand j' en avais encore un... avant que ma propre mère ne me le pique... (oui à moi, sa fille !!!)
Bref depuis je vais à la piscine quand j'arrive à me motiver (euh depuis que ma voisine a déménagé et que j'arrive pas à y aller toute seule, c'est le désert et c'est pas rien de le dire).

Merci encore =^^=

Une MeLu consolée

Écrit par : MeLu | 05/06/2006

Désolée pour les commentaires perfides...! Je ne me doutais pas à quel point la pratique du sport est difficile (et nécessaire, oups pardon). Pour me rattraper, je te propose de planifier une randonnée (non, tu ne seras pas obligée de porter des chaussures ridicules) pour t'apprendre le maniement des vitesses. On pourrait même pique-niquer, et manger du saucisson!
Allez, big up!

Écrit par : Jen | 05/06/2006

Gigi ? C'est toi là-bas dans le noir ?

Écrit par : pomme | 05/06/2006

Je sors du bois (et pas de la forêt magique, je sens la réplique poindre au bord de tes lèvres)...

Écrit par : Jen | 05/06/2006

Plutôt eu l'impression que tu avais passé le week-end en haut du Macchu Picchu (orthographe ????).
Eh ben c'est pas trop tôt !!! J'y croyais plus !!!! C'est extraordinaire. Je suis à deux doigts de me rouler par terre. Mais je peux pas, j'ai trop mal aux cuisses.

Écrit par : pomme | 05/06/2006

Tu me déçois, tu aurais au moins pu chercher le nom d'une colline tonkinoise! Trêve de private jokes, tes fans vont se sentir exclus...

Écrit par : Jen | 05/06/2006

Ah, comme je me retrouve... Petite déjà, j'avais peur du ballon et les profs de sports me trouvaient donc bon arbitre. Je me suis dévoilée en natation et c'est là que j'ai battu tous les records, et épaté tout le monde. Malheureusement la vie est cruelle pour les brunes, je ne connais pas non plus de solution au problème épineux, voire broussailleux, des poils (voir à ce sujet la BD d'Anne Guilard, "Valentine") et je n'apprécie pas non plus les pauvres types saucissonnés dans leurs slips moches qui reluquent nos fesses avec leurs lunettes "super vision sous-marine" (ou bien alors je suis parano?)
J'ai essayé le yoga, mais j'arrive pas à trouver le temps. Par contre j'adore l'idée d'adopter un mode de vie sain et zen. Genre "petit scarabée grande sagesse".
Ma dernière trouvaille, la marche rapide aux 4 coisn de Paris, poussée par l'irrésistible besoin de chasser ma ration quotidienne de chocolat. Eh bah c'est ce que j'ai trouvé de mieux, je ne m'en lasse pas!!
Sans vouloir faire de mauvais jeu de mots, j'ai un peu "joué les prolongations", et ça se fait pas trop de sqatter les blogs des autres.
Alors bon courage pour le maillot jaune! (je crois que le blanc à pois rouges est un peu plus à la mode ces temps-ci!!!)

Écrit par : mariaba | 05/06/2006

Et ben moi aussi je deteste le sport plus que tout, depuis mes 4 ans (première rencontre avec le sport, premier traumatisme), je hais le sport, je le hais vraiment, je vais dans une salle sympa de temps en temps où il n'y a aucun déesse en maillot fluo d'ailleurs, avec une copine de _allez viens_on_se_motive_ma_grosse_, mais bon, j'y vais pas regulierement, et le seul truc que j'aime bien, c'est le vélo, mais sur du plat, je peux en faire longtemps, mais sur du plat lol. Alors je te comprends...!:)

Écrit par : Eliesa | 05/06/2006

Je viens de découvrir votre blog (ton blog ? je ne sais plus à force, tant il est vrai d'une art qu'internet est propice au tutoiement, et que certaines personnes ne le supporte pas...) et je me suis tordu de rire à la lecture de cette incapacité sportive dans laquelle je suis bien obligé de me reconnaitre...
La lecture du billet précédent, politesse du désespoir, m'a confirmé dans ma première et bonne impression. Je repasserai souvent donc.
Bonne continuation, merci pour ton humour et ta joie de vivre (crac, ça y est, j'ai choisi le tutoiement)

Écrit par : Sammy | 05/06/2006

Je viens moi aussi de découvrir ce blog et d'en créer un. Seulement, le jour où j'oserai donner mon adresse n'est pas arrivé, pour moi c'est pas le sport qui me déteste mais l'informatique!
Contente que tu tienne en si bonne estime l'athlétisme, j'en fais. Par contre, le vélo j'ai déjà du mal à moter dessus!(mes parents avaient prévus que je grandisse encore un tout petit peu.)
Pour info:Même en Belgique il y a des montées en tout cas, à Bruxelles.(les Pays-Bas, sont tout plats)

Écrit par : laurence | 05/06/2006

Je te propose d'optimiser ton temps. Investis dans un vélo d'appartement que tu installes dans ton bureau. Mets en diaporama des images de paysages lointains et te voici transportée dans de belles balades à bicyclette.
Double effet, puisque tu peux oublier que tu n'as rien à faire au travail! Sans compter la jalousie dans les yeux de tes collègues qui verrons que tu sais gérer ces longues journées de fausse activité.

Écrit par : jean-christophe | 05/06/2006

Qu'est ce que je peux dire, encore une fois tout pareil, même Toulouse c'est dire !!
J'essaie de marcher le plus possible, la piscine j'y suis allée chez des amis samedi, elle était glaciale j'ai trempé mon pouce du pied gauche, le vélo, depuis que j'ai crevé il y a 1 an il attend dans la cave !!

Écrit par : Laurette | 05/06/2006

Cette fois c'est confirmé, on pourrait monter un parti des handicapés du sport !!!

@Laurette il me semblait bien avoir lu que tu étais toulousaine !!!

@jean-christophe merciiiiiiiiii d'être venu !

Écrit par : pomme | 05/06/2006

j'ai rigolé comme j'aime par dessus tout rigoler en lisant ce dernier billet !! Ce rapport au sport, tellement partagé et donc d'une terrifiante banalité, tu nous le comptes avec une drôlerie tellement parfaite que l'on s'y identifie focément tous les trois mots !
Encore ! encore ! encore !! (rendons grace aux week-end prolongés ...)

Écrit par : zulunation | 05/06/2006

C'est par où, pour les bulletins d'adhésion pour les nazes du slip sportifs?
Je peux prétendre à un poste haut placé......

Cela dit, la preuve que personne n'est réellement insportifiable, j'ai réussi cette année à en faire.....du vélo (en planifiant stratégiquement à l'avance les trajets sans aucune côte), de l'escrime (à arrêter dès les beaux jours tellement les infâmes combinaisons en plastique tue-l'amour se mettent à fleurer le mâle), et de la corde à sauter (bon, apparemment, le Dieu de la météo est contre moi, dès que je sors avec ma corde à la main, il se met à pleuvoir (à moins que ce ne soit le fait d'habiter en Picardie).

Mais mon meilleur conseil reste le suivant : pourquoi, in heaven's sake, veux-tu passer l'aspirateur??!!! Moi, j'ai un mec pour ça, et de toutes façons, il ne fonctionne plus depusi des lustres (l'aspi, hein, pas le mec), et on le vit très bien!!!!

Écrit par : Charisma | 05/06/2006

Chère pomme, tes réflexions acidulées nous font bcp rire. Nous t'attendons quand tu veux pour l'ascension du Tourmalet. Nous contacterons la caravane pour organiser les jets de saucisson, de casquettes, de porte-clés débiles...qui précéderont ta fantastique montée.
Très grosses bises...

Écrit par : jean-christophe | 05/06/2006

@Charisma : je vais songer à ton conseil d'embaucher un homme de ménage... ah, j'ai mal compris ? ;-)

@jean-christophe : mais quelle bonne idée ! je précise que je suis nettement plus intéressée par les saucissons que par les casquettes et les porte-clés. Bises pareil.

@laurence : je n'aurai qu'un mot : l'adresse !!!

@Sammy : le tutoiement est parfait !

@mariaba : j'ai déjà adopté ta méthode, quand je vais au marché c'est en vélo !

@Eliesa : bienvenue au club !

@zulunation : en effet il faudrait trois jours tous les week-ends. Entre les boas blancs, les garçons torse nu et le critérium de Jolimont, ça passe tellement vite ! Si heureuse de t'avoir fait rire...

Ouf, je crois que j'ai répondu à tout le monde ! Désolée si je ne le fais pas toujours.

Écrit par : pomme | 05/06/2006

Un seul mot (bon, peut-être deux, ne soyons pas mesquins) :

kikoo mdr !!!!!

Voire kikoo mdr XXL (soyons fous) !

Écrit par : Alinéa | 06/06/2006

Mais que ca fait du bien de lire tout ca de bon matin! Eh bah hop j'ai la peche! sans meme faire de sports!!!!
c'est pas beau ca?
merci ma pomme!

Écrit par : M | 06/06/2006

Pour avoir eu un velo a Bruxelles et ne l'avoir quasi jamais utilise pendant tout mon sejours de quelques mois la-bas, je confirme : la Belgique n'est pas plate... Y sont un peu fourbes, les belges... Peut-etre les Pays-Bas, c'est mieux?

Bref, je te soutiens a 100% pour l'ascension du Tourmalet et pour les saucissons!

A mort le sport...

Écrit par : Choups | 06/06/2006

Merci beaucoup pour le fou rire de ce matin. Mauvaise foi et mauvaises excuses étaient au rendez vous.............. pour notre plus grande joie.
De plus tu viens d'inventer une nouvelle discipline, la bicyclette à pieds......

Écrit par : Lucette | 06/06/2006

Remarquable, une fois de plus !
Je suis rassurée que tu détestes le sport pomme, j'aurais été déçue du contraire, vu comme tu as l'air chouette par ailleurs ;-))

Moi aussi je peux faire du vélo sur terrain rigoureusement plat (mais je m'en garde bien), et je ne passe pas l'aspirateur (j'ai acheté récemment uen femme de ménage, l'Homme en avait marre de se taper la corvée).

Écrit par : Hélène | 06/06/2006

@Alinéa : irais-tu même jusqu'à PTDR ???

@Lucette : de la mauvaise foi ? où ça ????

@Hélène : j'espère de tout coeur que ma haine du sport suintait de tout mon être avant que j'en parle !!! mais je suis sûre que oui ; les grands esprits se rencontrent ;-)

Écrit par : pomme | 06/06/2006

ahhhhh comme je m'y retrouve moi aussi. Pareil j'ai un vélo mais moi, comme j'en ai là dedans..., je n'en fais que sur du plat. ;)

Mais j'habite à bordeaux où l'altitude maximale est de 49 m (j'en suis sûre, je viens de regarder), alors le vélo c'est plutôt cool.

Le sport, je conçois cela comme prendre mon vélo, aller m'acheter un bouquin chez Mollat (librairie locale) et revenir chez moi.

Heuuu sinon pour le régime qui a marché, serait trèèèèèèès intéressée ;=)

Écrit par : Papilles et Pupilles | 06/06/2006

pas trop de regrets...
car de toute façon, même si c'était plat à Toulouse, à partir de mai, il fait bien trop chaud pour envisager un quelconque effort cycliste...

@ bientôt !

Écrit par : Anne Cé | 07/06/2006

un seul mot : ha ha ha ha
Serieux les filles vous etes trop ........... merci pour quand meme pour la crise de rire ;)

Écrit par : un gars | 07/06/2006

Voilà, mais maintenant il est un peu mieux!
La corde à sauter quelle rigolade! J'était sensée en faire parce que le médecin des sports me trouvait trop souple(à moins que ce ne soit l'inverse) mais à part une fois pour montrer que j'y arriverai encore, je n'en ai plus fait.
Remarque ça se pratique pas à l'intérieur et en Belgique, il fait tjs beau.
J'ai une amie qui n'a pas pu faire la gym parce qu'elle avait trop forcé. Raison de plus, pour ne pas pratiquer cet art dangereux.

Écrit par : Laurence | 08/06/2006

30sec de bonheur pourquoi pas ?
merci
à plus

Écrit par : Dolgo | 09/06/2006

@ pomme : je voulais dire ... coucou et merci. biz tout doux

Écrit par : Mister La Fée | 09/06/2006

Des commentaires masculins en cascade... agréables aussi !!!

Écrit par : pomme | 09/06/2006

Pomme, svp, un petit (ou long !) billet !

Écrit par : sophie L.L | 09/06/2006

Je rêve ou on me réclame ?

Mais c'est outrageusement flatteur sophie... j'y travaille, mais il me faut du temps, je suis une besogneuse... à très vite !

Écrit par : pomme | 09/06/2006

Bonjour à tout le monde. Je découvre ce blog via la petite fenêtre ouverte par cette note : pour être complet, c'est Google qui m'a conduit ici suite à la recherche "ascension Tourmalet" que je prépare pour ce WE. Drôle de destination finalement, quand on ne fait ici que l'apologie du terrain plat ;)

Sinon, Pomme, tu devrais inciter tes amis à s'installer le long du canal du midi ; la balade à vélo y est agréable ; les écluses y seraient-elles d'idéales Piscines ? Et en étudiant bien ton chemin, tu pourrais même profiter de la fraicheur de la forêt de Boucone, tout en évitant les creux et les bosses.

Lizuel, de Toulouse (aussi)

Écrit par : Lizuel | 13/06/2006

@Lizuel : les toulousains sont légion ma parole ! je pensais qu'il y en avait autant qui connaissaient internet ! ;-)
Oui, les ballades au bord du Canal c'est sympa, par contre avant que j'y plonge un orteil, beaucoup d'eau (mais est-ce bien de l'eau ?) aura coulé sous ses ponts ! Quant à la forêt de Bouconne, c'est trop loin malheureux ! Une fois arrivée je n'aurais plus assez de force pour repartir !
Je ne suis pas très fan de Gogol mais je suis tout de même hyper fière qu'il me classe aussi bien dans ses réponses...
Merci de ta visite en tout cas !

Écrit par : pomme | 13/06/2006

Moi, j'ai une bécane d'appartement, à mi-chemin entre le vélo, le rameur, et le tapis de course. Je mets une musique entraînante à fond la caisse (les voisins n'apprécient peut-être pas ?), et je me prends pour une grande athlète que tout le monde vénère. Il faut bien que je me motive, pour sublimer, s'pas ? Mais si j'en fais 23 mn deux fois par semaine, c'est le bout du monde. Y'a des fois, je me dis "brique ton bureau, ta glace de salle de bain, tes meubles, etc, au moins, tu te bougeras et calories tu perdras en te rendant utile".

Écrit par : poupou | 14/06/2006

Les commentaires sont fermés.