Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2006

Politesse du désespoir

De temps à autre, quand vraiment j'ai rien d'autre à faire, ou qu'un doute soudain sur le sens de la vie m'assaille (n'importe quoi... je sais bien que la vie n'a aucun sens), je relis certains de mes billets sur ce blog. Ca doit paraître atrocement prétentieux, mais ça me rassure ; et puis d'une façon générale, j'adore relire, presque autant que j'aime lire, ça c'est encore un coup de ma personnalité obsessionnelle et compulsive. Et psychorigide, j'ai failli oublier. Je suis bonne pour l'asile. Mais c'est un autre problème.

A la relecture de certaines notes donc, et à la lumière de discussions avec mes proches sur ce même sujet, il apparaît que l'image que je renvoie de moi est déplorable ; j'aurais l'air d'une quasi-désespérée qui n'attend que la cerise qui fait déborder le gâteau (copyright !!!!! Dave mon chéri) pour choisir entre la corde et le four. Eh bien il n'en est rien. Je déborde de gaieté et de joie de vivre.

Inutile de hausser les sourcils, bande de sceptiques, c'est la pure vérité. Tous les gens qui me côtoyent vous le confirmeraient, je suis tordante, toujours l'oeil qui frise et la blague au coin des lèvres. Je soupçonne les gens de ne m'inviter à leurs soirées que pour distraire l'assistance, contre quelques coupes de champagne (frappé, s'il vous plaît). Nous avons tous un rôle, et celui-là me pèse parfois d'ailleurs, mais je m'y plie de si bonne grâce que je serais vraiment de mauvaise foi (et ça, ça m'étonnerait !!!) si j'essayais de le renier. Donc même si cet emploi est parfois lourd, je l'occupe avec bonheur, d'autant plus qu'il n'est pas le seul. Je ne suis pas seulement ça, de la même façon que je ne suis pas seulement la fille qui déverse ici ses doutes et sa mélancolie. Je suis plein de personnes à la fois, et ça me va bien comme ça.

Tout ça pour dire que ma vie est agréable, et parfois même légère (ah, si seulement moi aussi je pouvais l'être...). En tout cas beaucoup plus vivable que celle des enfants d'Afrique, des fans de tuning ou des sosies de Britney Spears, dans le désordre et sans volonté de comparaison, bien sûr. Et je crois qu'elle l'est parce que j'ai décidé qu'elle le serait, parce que si je ne l'avais pas décidé, personne ne l'aurait fait à ma place (en tout cas aucun volontaire n'a levé la main). Et surtout, la vie aurait été insupportable. Je me serais détestée. J'aurais semé la tristesse autour de moi. J'aurais rendu les gens malheureux. Je n'aurais pas su comment protéger ceux que j'aime, parce que je n'aurais pas cru que ce soit possible, alors que maintenant je sais que ça l'est... mais je ne suis pas sûre que moi, j'y serais arrivée. Et le fait de rendre les gens tristes, ça m'aurait encore plus détruite.

Et voilà, je recommence !!!! Mais c'est pas possible, empêchez-moi ! C'est exactement pour ça qu'en société je débite des absurdités à n'en plus finir, parce que sinon je dirais des trucs pareils, et les plus folles nuits se transformeraient en veillées funèbres !!! Juste milieu, adieu...

Heureusement, il n'en est rien ; le meilleur antidote à la lucidité étant l'humour (enfin, à mon avis), je le pratique sans retenue, et d'abord envers moi-même, ça m'empêche souvent de sombrer dans le pathétique le plus obscur. Et quand même aussi avec les autres, surtout ceux que j'aime ; en général je ne me moque que des gens que j'aime, ouvertement je veux dire, parce que je me moque aussi abondamment de ceux que je n'aime pas, mais seulement quand ils ont le dos tourné. Oui, je sais, c'est fourbe. Mais ça fait du bien. Et c'est un juste retour des choses, puisque où que vous soyez, et quelque soit le moment, il y a toujours quelqu'un pour se moquer de vous aussi, je vous rassure !

Voilà, je ne suis pas fière de grand-chose dans la vie, il n'y a vraiment pas de quoi, puisque je n'ai inventé ni le vaccin contre la petite vérole (j'étais pas née), ni les frites à 0% de matière grasse (ça ne serait pas aussi bon de toute façon), ni la psychothérapie qui marche à tous les coups (mais ça personne ne l'inventera jamais, donc pas de regrets) ; mais de ça au moins, je suis fière, être devenue ce que je suis malgré toutes mes casseroles. Elles ne sont pas plus graves que celles de la moyenne des gens, mais la souffrance, la détresse et la solitude que j'en ai ressenti auraient pu m'achever. Faut croire que j'ai la peau dure.

Commentaires

j'aime bien cette note...:)

Écrit par : Eliesa | 02/06/2006

Pffffff tu me démoralises totalement, tes 2 dernières notes me donnent envie de pleurer.....

Non, tu n'as rien fait de mal, et j'ai l'impression de découvrir mon alter ego en lisant certains paragraphes, mais ce qui me tue, c'est que TOI, tu arrives à l'exprimer aussi clairement, simplement, et élégamment. C'est construit, structuré, réfléchi, et joliment dit.

Je suis une merde. Je vais aller me pendre.

Quoi que. A la réflexion, vais ptet aller fumer une cigarette, avant de prendre une quelconque décision hâtive;-)!

Écrit par : Charisma | 02/06/2006

loool, non non, vas pas te pendre!!
c'est gentil pour le compliment, vraiment, ça me touche (snif), mais bon, je raconte mes petites deprimes du jour, moi je trouve ke j'ai l'air d'une depressive alors que c'est pas le cas en general, enfin, c'est comme ce que tu dis toi dans cette note. c'est juste que le blog me sert à exprimer certaines facettes que je zappe un peu dans ma vraie vie! Bon, moi jvais aps m'envoyer des fleurs pour mes notes vu que je les trouve pas sensass, desfois je les trouve même assez pathétiques, mais bon..j'aime bien les tienne en tout cas, je reviendrai...j'espère que t'es toujours envie après ta clope, moi, je vais aller m'en griller une aussi.

Écrit par : Eliesa | 02/06/2006

Au contraire, Pomme, je trouve que tout ici respire la joie de vivre. On sent, derrière les mini crises existentielles et les "portraits au vitriol", qu'il ya de la vie, de la vraie, avec ses hauts et ses bas, et tu sais bien dire tout ça.
Et puis une pomme, c'est frais, c'est tonique, et aussi, mais là j'ai trop honte de mes références musicales pourries, ça me fait penser à la chanson des "il était une fois", tu vois à laquelle je pense?? (non, je ne vais pas chanter, mais je suis à 2 doigts...)

Écrit par : mariaba | 03/06/2006

Mais ouiiiiiiii je vois très bien, j'adore cette chanson, du moment que c'est sorti entre 68 et 85, de toute façon j'aime !!!!

Merci à toutes !

Écrit par : pomme | 03/06/2006

Alors moi je suis bluffée, epoustoufflifiée, désorientée, enjouée, contente (ah mince a rime pas!), bref j'adore!
enfin quelqu'un qui sait vraiment ecrire, et qui sait qui elle est. dis moi, tu sais que tu es chanceuse? parce que moi je dois etre trop bete mais quand je me pose la question "qui tu es" bah je dis euh..y'a pas une lessive a etendre? un bouton a recoudre?
je ne vais pas te dire que je t'aime parce que bon on me taxerait de lesbienne, ou voir meme de fille tres entiere (ce que je suis!) mais c'est ce que je ressens al tout de suite.
merci pour cette heure de lecture....

Écrit par : M | 03/06/2006

ce n'est que de la lucidité tout ça, comme disait l'autre : "la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie", alors on continue notre petit bonhomme de chemin, bon grès mal grès, de toute manière nous sommes maitre de très peu de chose, un sourire pour ne pas sombrer, un peu de dérision et d'autodérision, et pis quoi , de toute manière "la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie".
C'était Hélène qui disait dans son post sur l'égoïsme, qu'étand donné qu'on vit avec soit 24h/24h, autant être amie avec soit-même et ne pas s'autopunire (j'ai un reste d'éducation judéochrétienne qui m'aménerait rapidement à ce genre de connerie si je n'y faisait pas gaffe).

Écrit par : Laurette | 03/06/2006

Attention Laurette, je suis partout, et je te surveille ! Pas d'autopunition le ouikende please ! ;-)

Pomme c'est très très bien écrit, je suis vraiment épatée. Et rassurée de savoir que tu es aussi une rigolote, quand même ;-)

Écrit par : Hélène | 03/06/2006

Oui nous avons la peau douce...et la peau dure.

Nous sommes résistantes !

Et plus ça va , plus nous serons fortes: douces avec ceux que nous aimons...vigilantes envers nous-même,...
inflexibles avec les empêcheurs de vivre...

( quelqu'un avait comme devise:"dur avec les puissants, tendre avec les faibles", j'aime bien !)

Léger et doux week-end à toi.

Écrit par : sophie L.L | 04/06/2006

Rhoo tu es gentille......et en plus tu fumes! tu es vraiment mon alter ego....je s'rais un garçon que je te demanderai de m'épouser cash!

Me suis pas pendue, finalement, j'ai refumé une cigarette, c'est mieux!

Personnellement, je n'avais pas perçu de négativisme dans tes posts, probablement parce que je suis pareille, je me plains et je râle tout le temps, mais avec le ton qu'il faut (c'est mon popa qui m'a expliqué que le ton changeait tout à la perception des mots, ben il a raison!)

Bises et à très bientôt!

Écrit par : Charisma | 04/06/2006

j'arrive, on dirait, un peu après la bataille, puisque je découvre ton blog aujourd'hui. Alors, que dire qui ne l'a pas déjà été ? Je suis émue, je suis touchée, je me reconnais dans ces mots, et dans ses sentiments, c'est très troublant de réaliser que des gens qu'on ne connaît pas, qui sont sûrement très différents, ressentent les mêmes choses.. J'ai choisi d'écrire sous ce titre par ce que j'aime beaucoup cette expression de "politesse du désepoir"... et j'adore moi aussi Alison Lurie (je viens juste de finir le dernier) Continue, à bientôt !

Écrit par : PKL | 08/06/2006

Merci de ton commentaire PKL.... je viens de commander "La vérité et ses conséquences", je brûle de le lire !

Écrit par : pomme | 09/06/2006

Les commentaires sont fermés.