Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2006

Homo, d'accord, mais sexuel, c'est moins sûr

La question est terriblement mal posée non ?

Homosexuel. Je déteste ce mot. Il ne reflète qu'une vérité tellement partielle... oui d'accord, la population concernée a pour caractéristiques (entre autres !) d'avoir envie de faire pim pim avec des personnes de même sexe. Et alors ? C'est tout ?

Bah non bien sûr ! Et pareil pour les hétérosexuels d'ailleurs ! On devrait se contenter d'être défini par ses préférences sexuelles ? Le qualificatif est DEJA une discrimination ; comme tous les qualificatifs si on va par là, surtout en ces temps de politiquement/socialement/moralement/émotionnellement/visuellement (cochez la bonne case) correct. Mais dans le cas précis des rainbow people, ça me semble être particulièrement pervers.

Je ne vais pas faire ici l'historique de l'homophobie, j'en suis bien sûr incapable ; mais j'ai souvent l'impression que le fait que le mot rappelle sans cesse la sexualité est de nature à jeter l'opprobre... bouh, regardez-les ces vilains obsédés qui ne pensent qu'à forniquer ! Et je vous raconte pas de quelle façon en plus ! Pas de ça chez nous Madame ! Je n'arrive pas à me défaire de l'idée qu'au fond, c'est la seule chose qui gêne vraiment les ennemis déclarés du PACS ou de l'adoption par des homos... Je ne parle bien sûr pas des homophobes primaires, eux on sait bien que c'est ça qui les défrise (ou qui les excite, allez savoir). Non, je veux parler des gens qui disent : "Moi je n'ai rien contre eux, du reste, parmi mes amis artistes... mais bon, de là à leur confier l'éducation et l'équilibre d'un enfant !" Ben quoi ? Vous avez peur que ce soit contagieux peut-être ? Et quand même ça le serait ? Que je sache, le fait d'être gay n'empêche pas de donner de l'amour, ni d'en recevoir ! Alors ? C'est quand même bien ça l'essentiel... Bref, ce sont les mêmes personnes qui disent, comme pour s'excuser : C'est bien connu, les gays sont libérés, ils baisent à tout-va, mais vous savez c'est très bien, tant mieux pour eux ! Et puis ce sont des gens si drôles, si délicats, si sensibles ! Et d'un goût ! Exquis ma chère !!!

Et bla bla bla. Il paraît que c'est de la discrimination positive. C'est avant tout une tentative de généralisation, et par-là même une connerie sans nom. Le seul point commun que je connaisse aux homosexuels que j'ai pu croiser, et à tous mes chers amis que j'ai le bonheur de voir régulièrement, c'est juste qu'ils sont effectivement attirés par des personnes de même sexe, n'en déplaise à tous les autres clichés qui ont la vie si dure ; mais pour autant, ils ne se réduisent pas à un appareil génital... pas plus en tous cas que les hétéros (et peut-être moins que certains finalement).

Le pire dans tout ça, c'est que la tartufferie ambiante se réapproprie les fameuses qualités tant vantées des coiffeurs, stewards et autres danseurs, allons-y gaiement dans l'amalgame ; la mode est homosexuelle, la déco est homosexuelle, la musique est homosexuelle, la branchitude est homosexuelle ; comment s'en étonner, ils l'ont bien mérité, ils ont dû se cacher si longtemps... et puis ne nous privons pas, ça fait vendre en plus ! Du coup, semaine après semaine, on nous annonce triomphalement l'avènement d'avatars hétérosexuels de cette vague gay : métrosexuel (qui nique dans le métro ?), ubersexuel (qui nique en allemand ?), et même dernièrement, copyright Mademoiselle Agnès, philippenoiretsexuel (mais bon, ça c'était pour rigoler). Ils me font bien rire tous ces gentils petits hétéros qui essaient d'être aussi bien coiffés que leur coiffeur (encore !)... laisser dépasser son boxer de son jean, mettre du khôl JPG et faire des chorés sur le dernier album de Madonna, ils sont partants, mais alors pour passer à la casserole, y'a plus personne ! C'est un peu facile... les homosexuels valent mieux que ça ! Ce sont des gens, tout simplement, et tout bêtement comme les autres, avec un cerveau, un coeur, un foie et une rate, alors les réduire à des consommateurs effrénes de sexe, à une cible marketing ou à un mot à l'étymologie lapidaire, ça sonne à mes oreilles comme une insulte...

Alors bien sûr, il y a la fameuse « culture gay »... là je serais de mauvaise foi si j'essayais de dire qu'elle n'existe pas ; elle existe, pour mon plus grand bonheur, car je l'aime et je m'y reconnais souvent, dans sa folie, sa tendresse, son humour, son sens de la tragi-comédie, et tant d'autres choses que je ne saurais exprimer. Mais en quoi est-elle plus particulière que la culture hétérosexuelle ? Pourquoi serait-elle plus mystérieuse, plus souterraine, plus effrayante somme toute ? Question de nombre, me direz-vous... à quoi je répondrai : réfléchissez bien, et vous verrez que nous faisons TOUS partie d'une minorité... il faut croire qu'il y des minorités plus gênantes que d'autres, surtout quand ce sont des minorités sexuelles.... retour à la case départ.

Commentaires

lol les grands esprits se rencontrent ... ;-p

Écrit par : La fée Daubette | 07/04/2006

Lucide et clair ...chui d'ac avec toi mais fo pas se poser trop de question aussi...non? cool ton blog...tu es de mes liens maintenant!

Écrit par : Fodsy | 08/04/2006

Non, il ne faut surtout pas se poser trop de questions, sinon on s'en sort plus...
Merci du compliment !

Écrit par : pomme | 08/04/2006

"übersexuel (qui nique en allemand ?)"
Mort de riiiire ! J'adooooore !

Écrit par : T. | 19/04/2006

Moi aussi sur ce coup-là je me suis trouvée très drôle !
Merci beaucoup ! Et bises aux gens du Nord....

Écrit par : pomme | 19/04/2006

Les commentaires sont fermés.