Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2006

C'est fait de tout petits riens

Le monde est moche, mais parfois aussi il est beau.

Très beau.

Je ne vais vous faire le coup de le vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie, mais quand même si.

Il faut essayer d'y croire.

En pensant par exemple à ça :


  • les bisous dans le cou

  • les mains sur les hanches

  • les enfants qui rient

  • un ordinateur qui fonctionne

  • les melons, les pêches, les cerises, les framboises

  • une tasse de café fumant, un matin d'été sur une terrasse en plein soleil

  • du champagne bien frappé, les yeux dans les yeux, une nuit...

  • Nicolas Sarkozy fait 1m60 (j'ai pas vérifié mais il est impossible qu'il soit plus grand)

  • le chauffeur de bus vous a attendu à l'arrêt, au lieu de redémarrer dans des trombes d'eau, alors que votre poumon droit vient de rendre l'âme après le sprint que vous piqué

  • soudain, un inconnu vous offre des fleurs. Bon ok, ça n'arrive jamais.

  • dimanche, 16 h, il vous reste des cigarettes

  • votre boss vous félicite. Ah tiens, ça non plus ça n'arrive jamais ! Alors disons qu'il passe la journée sans vous lancer des regards furibards ou vous faire des remarques perfides

  • une interview télévisée de Noël Mamère à 8 heures du mat. Qu'on soit d'accord ou pas, ça booste pour la journée

  • un fou rire avec des gens qu'on aime

  • une discussion politique exaltée pendant un apéro qui dure jusqu'à 23 h

  • être réveillé par le chant des oiseaux (mais pas avant 11 h svp)

  • s'endormir sous les caresses de son(sa) chéri(e)

  • faire le marché. Mais un vrai marché, dans un bled à la campagne, avec des légumes biscornus encore tout pleins de terre, et des fruits qui ont goût à fruit, et des gens avec un accent qu'on comprend pas toujours très bien


  • aller à la plage en fin de journée, il n'y a plus grand monde, la mer est tiède, le soleil se couche, pour un peu on s'endormirait dans l'eau tellement on est bien


Voilà, on pourrait trouver bien d'autres choses, encore plus réconfortantes ; l'essentiel c'est qu'elles existent, et qu'elles nous fassent oublier, l'espace d'un instant précieux, les fâcheux, les méchants et les crétins, toutes les guerres qui embrasent ce sale monde, les enfants malheureux et les bénéfices records de la World Company...

Commentaires

POuarf, y fait ma taille le Sarko ?
Moi j'l'appelle Iznogoud, un paquet de nerfs d'1m60...

Écrit par : marinounette | 10/03/2006

pas mal comme surnom pour le petit Nicolas ! mais Iznogoud il est un peu moins moche non ? et beaucoup moins méchant aussi !

Écrit par : pomme | 10/03/2006

Il y a de cela un seul billet c'était Paris, son beau son laid, son brillant son terne, son populaire et son surfait ... ; voilà aujourd'hui le monde dans son entier, avec une même lecture contrastée par le moche et le beau ... Pomme nous ferait-elle l'apologie de la discordance ?
Je distingue dans cette liste à puces une pastille isolée ; il est trop simple de ne la voir que comme un accident, une faute en quelque sorte .. Pomme semble trop soucieuse de maîtrise dans son blog et l'art du typographe lui appartient assurément.
Alors je m'interroge sur ce signe sans suite, comme une ébauche de points de suspension qui assureraient le transit entre un ennoncé qui parle de la terre et montre une rugosité et du vrai, et un suivant qui converse de la mer et propose du douillet, de l'insouciance et de l'endormissement ...; encore et toujours là une affaire de contraste ... Serait-ce cette puce orpholine le vrai sujet, le message d'entre les lettres, le coeur et la ruse de ce disposotif littéraire ? Je l'ignore mais je suis encore dans l'impatience des prochains paragraphes.

Écrit par : zulunation | 11/03/2006

Vous parlez sarco : o secour ! Je suis daccor : un vrai paquet de nerfs... à 1m60, même pas !

Écrit par : Clara | 11/03/2006

Les commentaires sont fermés.